Aller au contenu principal

A la découverte du métier de salarié agricole

Une trentaine de demandeurs d’emploi a participé à la première journée de l’emploi en élevage organisée par la chambre d’agriculture, l’Asavpa et Pôle emploi.

© AAP

Mardi 25 juin, 9h30. 32 demandeurs d’emploi ont déjà pris place dans les mini-bus qui les emmènent visiter deux exploitations d’élevage samariennes. Ils vont avoir l’occasion d’y rencontrer des salariés agricoles et d’échanger avec eux sur leur métier. Si certains d’entre eux ont déjà travaillé dans une ferme, la plupart d’entre eux ne connaissent pas du tout ce secteur d’activité. Et c’est justement dans l’objectif de faire découvrir ce métier que la chambre d’agriculture a organisé cette première «journée de l’emploi en élevage», en partenariat avec l’Asavpa et les agences Pôle emploi de Doullens, Abbeville, Friville-Escarbotin et Amiens-Millevoye.
«Le métier de salarié agricole, en particulier en élevage, a beaucoup évolué, rappelle aussi Stéphane Verscheure de la chambre d’agriculture. Le besoin en main d’œuvre est bien réel et si on veut susciter des vocations, il faut en montrer les atouts».

Or-ga-ni-sa-tion
C’est un sous un soleil propice aux échanges que Jean-François Bernard, l’exploitant, et Yves Liébert, l’un des quatre salariés, accueillent d’abord le groupe à Long. «Organisation» et «anticipation» sont les maîtres-mots dans cette exploitation de polyculture-élevage comptant bientôt 150 vaches et 700 brebis à viande. Les plannings sont fixés six mois à l’avance : «Il est plus facile de modifier un planning que de s’organiser à la dernière minute», explique Yves.
La situation est un peu différente au Gaec Grancher-Louchet à Bussus, la seconde visite de la journée. Il faut compter là-bas un salarié pour trois associés. «Ce n’est pas facile d’avoir trois patrons !», explique Frédéric Lucquet, 30 ans, le salarié de l’exploitation. C’est pourquoi, tous les matins une demi-heure est consacrée à l’organisation de la journée autour d’un café. «Je suis pompier bénévole et notre organisation me permet de conserver des astreintes», complète Frédéric.
L’intégration du salarié dans la vie de l’exploitation a aussi beaucoup intéressé les visiteurs. Démonstration à l’appui, c’est Yves Liébert qui assure lui-même les inséminations. De son côté, Frédéric Lucquet a été partie prenante des décisions lorsque une nouvelle stabulation a été conçue avec l’aide d’une ergonome.

Le salariat, une solution à la surcharge de travail
Au terme de la journée, les demandeurs d’emploi avaient pu ainsi découvrir quelques facettes du métier de salarié agricole et connaître les différents partenaires de l’emploi (voir encadré). Une quinzaine d’entre eux se sont montrés d’ores et déjà intéressés pour suivre une formation et travailler en élevage. «Ils ont appris qu'ils pouvaient encore trouver un emploi durable ou saisonnier en agriculture», commente Laurence Malherbe de Pôle emploi Abbeville. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs déjà laissé leur CV à la bourse d’emploi et au service de remplacement.
Reste à convaincre les éleveurs les plus réticents à l’embauche. Mais cette journée, avec le témoignage des éleveurs et de leurs salariés, prouve que le salariat est une des clés pour résoudre la surcharge de travail dans les élevages.

ILS ONT DIT

Daniel Roguet, président de la Chambre d’agriculture
"Je me félicite de voir des élevages qui maintiennent ou développent l’emploi salarié. Le salariat est l’un des leviers pour pérenniser de l’élevage. Il nous faut l’encourager".

Gérard Blondel, président délégué du Comité d’orientation emploi-formation
"Ces journées sont importantes pour créer des liens entre les différents organismes et les différents comités qui œuvrent pour l’emploi salarié".

Jean-François Bernard, exploitant à Long
"Etant le seul agriculteur sur mon exploitation, m’appuyer sur des salariés m’a permis de développer mon entreprise et de créer de la valeur ajoutée. Sans salariés, je n’aurai pas pu maintenir les ateliers d’élevage. Ils sont indispensables au développement de l’exploitation".

Yves Liébert, salarié de Jean-François Bernard
"Je suis salarié agricole depuis plus de dix ans et j’ai commencé à travailler avec Jean-François Bernard en 2008. Sur l’exploitation, je m’occupe des vaches laitières. Au fil des ans, nous avons rôdé notre organisation. C’est essentiel pour être efficace dans son travail, mais aussi pour permettre à chacun d’avoir du temps pour sa vie familiale et les congés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Pêcheur
Les pêcheurs vont descendre la Somme jusqu'à Paris
La Fédération de la Somme pour la pêche et la protection du milieu aquatique s’associe à la fédération de pêche de Paris pour une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde