Aller au contenu principal

Betteraves
La dérogation 2023 pour l'utilisation des NNI en consultation publique

Syndicalisme betteravier et association de protection de l’environnement s’opposent sur l’utilité d’une nouvelle dérogation à l’utilisation des semences traitées avec des substances néonicotinoïdes pour les prochains semis de betteraves sucrières.

jaunisse betteraves
Des traces de décolorations jaune-orangé apparaissent sur les feuilles des betteraves ? C'est de la jau-nisse.
© ITB

Le projet d’arrêté de dérogation permettant d’utiliser les semences de betteraves traitées aux néonicotinoïdes pour la campagne 2023 a été mis en consultation le 3 janvier sur le site du ministère de l’Agriculture. Deux produits sont concernés par le texte : le Gaucho de Bayer ainsi que le Cruiser de Syngenta. Le texte est identique à la version de 2022. Les agriculteurs devront donc respecter les mêmes conditions : ne pas utiliser de semences traitées plus d’une année sur trois dans la même parcelle, et respecter les délais imposés pour les successions culturales dans les parcelles traitées.

Si le blé pourra être semé dès l’année suivante, le maïs devra attendre deux ans, quand le colza ne pourra être installé qu’à partir de la troisième année.

La CGB accueille le texte favorablement

La CGB (betteraviers) accueille « favorablement » le texte, saluant l’absence de contraintes supplémentaires. « Avec les conditions actuelles de la dérogation, certains ont déjà des difficultés à gérer leurs assolements », rappelle-t-on.

Chez Générations Futures, François Veillerette considère à l’inverse que « rien ne justifie la dérogation », avec des réservoirs viraux indiqués comme faibles dans l’étude jointe à la consultation. L’association « demande donc aux ministères concernés de renoncer à accorder cette dérogation injustifiée pour des substances extrêmement dangereuses pour l’environnement et la santé. »

La consultation publique se terminera le 24 janvier, et le comité de surveillance se prononcera à son tour sur la pertinence du texte lors d'une réunion prévue le 20 janvier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde