Aller au contenu principal

La diversité pousse au Panier de l’Omignon

Marine Duparcq a développé une activité de maraîchage en plein champ bio dans l’exploitation familiale de Monchy-Lagache. Le Panier de l’Omignon, exploitation Bienvenue à la ferme, fait partie de celles qui ouvrent leurs portes dans le cadre de l’automne à la ferme.

Marine Duparcq a développé le maraîchage de plein champ bio à la ferme familiale. Un projet ambitieux, qu’elle diversifie le plus possible. 
Marine Duparcq a développé le maraîchage de plein champ bio à la ferme familiale. Un projet ambitieux, qu’elle diversifie le plus possible. 
© Alix Penichou

Chez les Duparcq, à Monchy-Lagache, la diversification est une histoire de famille. Thierry Duparcq a entamé une conversion en agriculture biologique pour son exploitation de 90 ha, il y a quelques années, dans l’objectif de pouvoir en vivre pleinement. Les premières parcelles ont été labellisées en 2018. L’assolement s’est aussi diversifié : céréales, maïs, légumes d’industrie, racines d’endive, jeunes pousses… Et depuis 2019, des petits légumes, en maraîchage. Cette dernière production est le projet de Marine, sa fille, qu’elle mène pour pouvoir s’installer. 

«Cette production, avec une vente en circuits courts, permet de dégager un revenu supplémentaire», explique-t-elle. Choux, choux-fleurs, céleris, poireaux, carottes, tomates, courgettes, ou encore aubergines sont désormais cultivés sur 1,30 ha, en plein champ bio, sous le nom du panier de l’Omignon, du nom de la rivière qui coule tout près. Récemment estampillés Bienvenue à la ferme, les Duparcq ouvrent d’ailleurs les portes de leur exploitation au grand public le vendredi 15 octobre, de 16h à 20h, dans le cadre de l’Automne à la ferme. 

Apprendre en cultivant 

L’occasion, pour Marine, de présenter sa production. «Je suis la rotation des légumes d’industrie pour bénéficier de l’irrigation», précise la téméraire. Les variétés sont choisies pour leur résistance aux maladies. L’activité est chronophage : semis, désherbage à la main, récolte (ce mois-ci est la plus grosse période), lavage des légumes, livraisons… L’expérience n’est pas sans failles. La titulaire d’un BTS ACSE n’a cependant pas été formée au maraîchage. «J’apprends en cultivant. La première année, mes choux n’étaient pas terribles», s’amuse-t-elle désormais. Chaque saison, la jeune maraîchère apprend de ses erreurs. Elle ne commettra plus, par exemple, celle de planter des centaines de mètres de poireaux, dont l’arrachage à la main semble interminable.

Si elle s’épanouit au milieu de sa parcelle, Marine avoue être moins à l’aise en démarchage de clientèle. Elle a pourtant réussi à faire son petit trou, et livre chaque semaine les magasins Biocoop de Beauvais et d’Amiens, ainsi que quelques magasins de produits locaux. Chaque vendredi soir, des locaux viennent directement retirer leur panier à la ferme. «Ma mère tenait un magasin à la ferme autrefois, mais le retrait des paniers, avec des horaires bien définis, est beaucoup plus gérable.» Marine mise enfin sur l’échange avec les collègues agriculteurs. «Véronique et Géry Compère, à Bussu, proposent mes paniers à leurs clients le samedi matin et, moi, je complète parfois mes paniers avec leurs produits laitiers», donne-t-elle pour exemple.

Des productions originales 

Pour se démarquer et séduire les clients, Marine mise sur des produits originaux. Elle cultive notamment la patate douce. «Depuis deux ans, cela fonctionne plutôt bien. Mais cette saison, elles ont un peu souffert du manque de chaleur et de soleil.» L’essai des concombres et des melons a, en revanche, été beaucoup moins heureux. «Je pourrais élargir davantage la gamme lorsque je disposerai d’une serre», espère-t-elle. Cet équipement lui permettrait aussi de récolter toute l’année car, aujourd’hui, elle connaît une période creuse entre juin et août. Les idées de développement ne cessent de germer dans la tête de Marine.

 

Automne à la ferme, par ici le programme 

Pour fêter les couleurs de l’automne, les produits et les activités de la saison, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la ferme ouvrent leurs portes et proposent de nombreuses animations et festivités, jusqu’au 13 novembre. Seize exploitations y participent, dont quelques-unes dans la Somme : 

- Le magasin du lycée agricole du Paraclet, à Cottenchy, les 8 et 22 octobre, de 14h à 19h. Découverte de l’élevage extensif de vaches nantaises, dégustation de fromages le vendredi 8 octobre et dégustation de produits sucrés le vendredi 22 octobre.
Contact : Audrey Hannedouche, 06 22 22 56 73

- La ferme du plant d’endive, à Flers, dimanche 17 octobre, de 9h à 13h. Randonnée agriculturelle de 10 km, avec découverte de la production d’endives, du patrimoine et des spécialités fermières locales. Tarif : 8 €/adulte, 4 €/enfant (- 12 ans).
Inscription : Pierrick Capelle : 06 84 97 13 95

- Ferme de Romiotte, à Ponthoile, samedi 16 octobre et mardi 19 octobre, à 10h. Visite de la safraneraie et découverte du safran : origine et production, comment cuisiner l’épice, dégustation. 8 €/personne, gratuit pour les enfants (- 12 ans).
Contact : Anne Poupart : 03 22 23 59 65

Tous les événements sont répertoriés sur www.bienvenue-a-la-ferme.com.hautsdefrance
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde