Aller au contenu principal

La famille du Savoir Vert s’agrandit

Le Savoir Vert des agriculteurs, association regroupant plus de cent fermes pédagogiques sur la région Hauts-de-France, forme les agriculteurs souhaitant intégrer le réseau afin qu’ils puissent recevoir des classes sur leur exploitation.

Savoir vert
Le 16 février dernier, une des formations annuelles proposée par le Savoir Vert, le réseau des fermes pédagogiques des Hauts-de-France, s’est achevée.
© D. R.

Le 16 février dernier, une des formations annuelles proposée par le Savoir Vert, le réseau des fermes pédagogiques des Hauts-de-France, s’est achevée. Son objectif est de transmettre toute la pédagogie et le savoir-faire nécessaires aux agriculteurs pour accueillir des classes sur leur exploitation.

À l’issue de cette formation, neuf agriculteurs (dont deux couples) ont ainsi rejoint le Savoir Vert et proposent désormais des visites pédagogiques sur leur ferme. Leurs productions sont variées : de la vache laitière à l’héliciculture, en passant par la polyculture, l’élevage caprin ou encore l’horticulture. De part cet éclectisme, les enseignants et leurs élèves peuvent réaliser plusieurs sorties, avec des projets pédagogiques différents, tant les thématiques de visites proposées chez les uns et chez les autres sont diverses.

«Chaque visite est différente»

La formation de base à laquelle participent tous les futurs adhérents de l’association dure neuf jours, non consécutifs. Son objectif principal est l’apport de connaissances en pédagogie et en communication. En effet, l’association étant agréée par l’Education nationale ; une enseignante, missionnée pour le Savoir Vert intervient, lors de la formation, sur les compétences acquises dans les différents cycles scolaires. Cela permet alors aux agriculteurs de prendre conscience que chaque visite qu’il effectuera sera adaptée à la classe qu’il recevra et aussi au niveau des élèves.

Les adhérents du Savoir Vert le répètent souvent : «Chaque visite est différente ; chaque classe, même si l’on accueille 2 CP ou 2 CE2, sera unique». Il est aussi primordial de connaître et d’apprendre les bases de la communication afin de transmettre tous les messages que l’on souhaite faire passer auprès du jeune public. Pour cela, en neuf jours, le programme est intense et riche d’apprentissages, de créations, d’échanges.

 

Rejoindre le réseau

Vous êtes agriculteur dans la Somme, l’Aisne, l’Oise, le Nord ou le Pas-de-Calais et souhaitez rejoindre le Savoir Vert ? Les prochaines formations de base sont prévues au dernier trimestre 2021 en Picardie et en fin d’année 2021-début d’année 2022 en Nord-Pas de Calais. Toutes les informations nécessaires au 03 21 60 57 20 ou par email : fermespedagogiques@savoirvert.fr
 
 

Témoignages

Mathilde Bernard, arboricultrice à Beaurainville (62) 
«J’attends impatiemment les premières visites»
J’ai souhaité rejoindre le Savoir Vert pour être reconnue en tant que ferme pédagogique. Je souhaite que tous les enfants puissent découvrir l’agriculture et avoir, pendant leur cursus scolaire, l’opportunité d’aller découvrir au moins une fois une exploitation agricole. Les enfants pourront mieux comprendre le monde qui les entoure et apprendre comment est produit ce qu’ils consomment au quotidien. Lors des visites, je ferai découvrir un verger de pommes, la Cueillette de Beaurainville : du pommier à l’assiette. De cette formation, j’attendais de la pédagogie pour compléter mes connaissances et mon savoir-faire afin de devenir une ferme pédagogique et de proposer des visites qui répondent aux attentes des enseignants. J’ai pu apprendre les notions de communication, pour l’accueil par exemple, et de sécurité ; à créer des supports pédagogiques et des animations ; etc. Les expériences des différents intervenants m’ont également permis de connaître les astuces pour mieux captiver les enfants et qu’ils repartent de nos exploitations avec plein de nouvelles connaissances ! Cette formation est très complète et a totalement répondu à mes attentes. J’attends avec impatience les premières visites.
 
Cécile Fléchel, agricultrice en polyculture à Marly (59) 
«Relier l’assiette à un métier»
Je suis installée sur l’exploitation familiale depuis quelques mois et communiquer sur mon métier est quelque chose d’important pour moi. C’est en suivant une visite du Savoir Vert dans une exploitation proche de chez moi qu’il m’est apparu évident que l’association était pertinente dans sa proposition pédagogique. Le support pour apprendre est notre ferme. Reste à se former pour savoir comment expliquer simplement et de manière ludique. En rejoignant le Savoir Vert, ma maman, qui s’est formée l’année dernière, et moi-même, profitons de la notoriété du réseau auprès des enseignants, de la communication qui est gérée par des salariés de l’association, et des formations me permettant d’être toujours à jour sur les programmes scolaires et les nouvelles thématiques plébiscitées par les enseignants, ... Je suis arrivée le premier jour avec mes idées et mes convictions. J’ai pu ranger tout cela dans l’ordre pour en ressortir avec un plan de visites, des supports pédagogiques qui me ressemblent et qui sont prêts à l’emploi, des notions sur les comportements des enfants et les attentes des enseignants, les règles de sécurité à ne pas négliger sur ma ferme, etc. Je veux montrer un champ de près aux élèves pour qu’ils constatent qu’il y a de la vie dans le sol, que les plantes ont des besoins pour pousser, que les agriculteurs respectent tout cela : c’est le message que je veux faire passer. Que nous faisons beaucoup d’observations de nos champs avant d’intervenir. Je veux montrer que la farine vient du blé, que le sucre vient de la betterave, ... Je veux relier l’assiette que les enfants (et leurs parents !) voient trois fois par jour à une réalité de la nature, des saisons, d’un métier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde