Aller au contenu principal

La FDSEA rencontre des parlementaires

La FDSEA a rencontré, vendredi 26 janvier, le député En Marche, Jean-Claude Leclabart, et la collaboratrice de Barbara Pompili, Emmanuelle Steuperaert, pour évoquer les dossiers syndicaux.

Le député de la 4e circonscription Jean-Claude Leclabart, entouré de son collaborateur Nicolas Blin, et d’Emmanuelle Steuperaert, collaboratrice de Barbara Pompili.
Le député de la 4e circonscription Jean-Claude Leclabart, entouré de son collaborateur Nicolas Blin, et d’Emmanuelle Steuperaert, collaboratrice de Barbara Pompili.
© F. M.

La FDSEA a pu rencontrer ce vendredi 26 janvier Jean-Claude Leclabart (député LREM 4e circonscription) et Emmanuelle Steuperaert, attachée auprès de Barbara Pompili (députée LREM, 2e circonscription). Pour la FDSEA, étaient présents la présidente Françoise Crété, le secrétaire général Denis Delattre, le vice-président Xavier Flinois, le président des bailleurs Jean-Marie Turlot, et Daniel Roguet, membre du bureau et président de la chambre d’agriculture.

Les dossiers présentés ont principalement porté sur la réglementation, les Etats généraux de l’alimentation, et la future loi agricole, notamment sur le volet du statut du fermage.

Réglementation : les ZNT

Pour la réglementation, et notamment les ZNT, la FDSEA a demandé la révision du décret du ministère de l’Environnement relatif aux autorisations de mise en marché des produits phytosanitaires, pour permettre aux préfets une latitude vis-à-vis de la carte des cours d’eau, qui s’avère localement inexacte. Pour les prairies, la FDSEA demande la reconnaissance des fourrages autres dans le calcul du ratio, de sorte qu’il redevienne positif. «Dès lors, nous aurons une supervision des retournements de prairies liée au risque réel sur l’environnement ou l’habitat, et non sur un ratio administratif et inutile», a rappelé Françoise Crété.

Concernant les Etats généraux de l’alimentation, la FDSEA a demandé aux députés un appui pour la sortie rapide d’ordonnances, pour encadrer les pratiques commerciales. «Les négociations actuelles se sont ouvertes suite à la signature d’une charte de bonnes pratiques, signée durant les débats des Etats généraux de l’alimentation. Et l’ambiance épouvantable, dans laquelle se déroulent les négociations actuelles, témoigne bien que la grande distribution ne changera que sous la contrainte», a insisté Françoise Crété. Jean-Claude Leclabart a précisé le calendrier du sujet. «Cela passera par un projet de loi, qui sera examiné à l’Assemblée au printemps. A ce moment-là, il faudra en analyser les termes ensemble», dit-il.

Projet de loi

Autre échéance parlementaire à venir, une éventuelle loi agricole : «tous les gouvernements qui se sont succédé ont marqué d’une loi le Code rural», a ouvert Françoise Crété, en rappelant que «75 % des terres sont en fermage dans notre département». Et de citer trois points clés qui seront à retravailler pour la FDSEA dans cette perspective : l’encadrement des ventes aux enchères de terres agricoles, en entérinant la capacité de la Safer à préempter avec révision de prix et non au dernier prix ; la limitation de la durée possible des actions en répétition de l’indu qui est aujourd’hui extrêmement préjudiciable, quand elle s’applique par calcul sur plusieurs décennies ; la rectification de l’article instauré par la loi d’avenir fragilisant les baux copreneurs, en rendant l’information au propriétaire obligatoire pour les baux signés ultérieurement à la loi, et non rétroactivement, comme ce fut le cas lors de la loi précédente.

Enfin, la FDSEA a exposé toute son inquiétude quant au projet (abandonné) de tester la suppression du contrôle des structures dans le cadre de la loi de simplification. «On a, dans le même temps, d’un côté la volonté de confier aux Safer un rôle plus grand de missions d’ordre public et, dans le même temps, une dérégulation de la vision de l’Etat sur le foncier», a signalé Xavier Flinois, en soulignant l’incohérence des messages.

Le député Leclabart a, pour sa part, souligné que cette loi devra être abordée avec «la volonté de regarder les choses en face, pour clarifier et stabiliser les relations autour du foncier».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde