Aller au contenu principal

La Fédération nationale des producteurs de lait prépare un pacte laitier

La Fnpl ne veut laisser aucun producteur qui souhaiterait poursuivre son activité sur le bord de la route.

Thierry Roquefeuil, président de la Fnpl : "Je n’accepte pas que la fin des quotas rime avec un droit nouveau détenu par les seules entreprises".
Thierry Roquefeuil, président de la Fnpl : "Je n’accepte pas que la fin des quotas rime avec un droit nouveau détenu par les seules entreprises".
© AAP

A dix mois de la fin des quotas, et alors que la conjoncture est plutôt favorable, la Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl) entend conforter la dynamique qui est en train de s’établir. Les livraisons ont, en effet, progressé de plus de 7 % depuis le début de la campagne. Mais cette dynamique ne doit pas se faire n’importe comment. «Nous voulons garder des producteurs, chefs d’entreprise, sur tout le territoire», plaide Thierry Roquefeuil, le président. «Il nous appartient de donner de la lisibilité sur l’évolution des marchés, la pérennité des entreprises et l’appui des pouvoirs publics pour que les producteurs sachent dans quel cadre ils vont travailler pour pouvoir engager des investissements pour les 15 à 20 prochaines années», précise-t-il.
Le soutien des pouvoirs publics, les producteurs l’attendent sur l’amélioration de la fiscalité, sur l’emploi, mais surtout sur la simplification administrative. Les quotas abolis, la Fnpl n’entend pas que la gestion de la filière soit abandonnée aux seules entreprises qui décideraient seules où produire le lait.

Simplification administrative
«Notre transformation ne peut décider seule sur quels territoires, pour quels volumes et à quel prix l’activité laitière existera», écrit Thierry Roquefeuil dans une lettre qu’il vient de faire parvenir à son conseil d’administration et aux sections laitières. C’est d’ailleurs le sens de sa proposition de créer un observatoire des volumes sur le modèle de l’observatoire des prix, déjà mis en place, pour avoir une idée des déplacements de production.
Mais ce travail de réflexion la Fnpl souhaite le mener avec l’ensemble des acteurs de la filière, notamment sur le terrain. Aussi demande-t-elle que les conférences de bassin soient mobilisées pour dresser un état des lieux de la situation dans les différentes régions ainsi que de leurs forces et faiblesses. L’objectif étant de faire remonter des propositions à Paris à la mi-septembre, avant la tenue d’une conférence laitière, fin novembre, qui précisera les contours de ce pacte.

Ferme des 1 000 vaches : «N’en faisons pas un modèle»

Interrogé sur la ferme des 1000 vaches, Thierry Roquefeuil estime qu’il ne s’agit pas d’un modèle à suivre. Ce n’est pas tant la taille de l’élevage qui interpelle la Fnpl que les conditions de sa réalisation avec un seul investisseur. «Le problème qui est posé est celui de l’investissement et de l’organisation du travail», observe-t-il. «Si nous avions dix exploitants qui se réunissent avec 100 vaches chacun pour financer l’investissement et améliorer les conditions de travail, notre regard serait différent». Ceci étant, la Fnpl ne croit pas à la généralisation de ce modèle dans une France laitière dont la taille moyenne par exploitation est de 50 à 60 vaches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde