Aller au contenu principal

A la Ferme des Vallées : priorité au goût pour les légumes

Liliane, Angélique et Adrien Bled produisent une large gamme de légumes qu'ils commercialisent directement.

Adrien Bled : «Pour moi, plus un  légume a de matière sèche, plus il aura de goût».
Adrien Bled : «Pour moi, plus un légume a de matière sèche, plus il aura de goût».
© AAP

C’est dans les terres de la vallée de l’Hallue, non loin d'Amiens, que les légumes de Liliane, Angélique et Adrien Bled puisent les nutriments qui leur donne un goût si singulier. Depuis une dizaine d’années la Ferme des Vallées à Fréchencourt ne cesse d’élargir sa gamme de légumes. «Sur une saison, nous en cultivons une bonne trentaine. C’est un atout mais aussi une nécessité pour répondre à la demande de nos clients», explique Adrien Bled en soulignant bien que tous les légumes qu'il vend ont poussé sur son exploitation.
Les trois associés cultivent 121 ha en polyculture, 2,5 ha d’endives de pleine terre et 6,5 ha de légumes. 6500 m² sont sous tunnels et serres, ce qui, avec l’aide de leurs trois employés, leur assure à la fois précocité et production toute l'année.
L’année dernière, Liliane, Angélique et Adrien Bled ont investi dans 4000 m² de serre à double parois afin de mieux isoler les plantes. «Grâce à ce système, les journées poussantes sont plus nombreuses et plus longues. Mais l'outil est nouveau, il nous faut encore l’apprivoiser», constate Adrien Bled.
Les légumes sont désherbées à la main ou paillées. Les trois associés ont choisi de limiter les apports d’insecticides par le biais de la lutte biologique car l'application de produits phytos allonge le délai de récolte. L’irrigation et l’aération sont automatique afin de mieux gérer les maladies. L’engrais est apporté par l’eau d’irrigation. «Nous irriguons le moins possible, car dans des conditions sèches le légume puise dans ses réserves et dégage ainsi le meilleur goût», explique Adrien Bled.

Le contact avec la clientèle
Liliane, Angélique et Adrien Bled font partie du réseau Bienvenue à la ferme. Ils vendent le tiers de leur production sur place. Pour le reste, vous les trouverez tous les samedi matin sur le marché Terroir de Picardie en centre ville d'Amiens. «Nous faisons en sorte que l'un d'entre nous soit toujours présent sur le marché. Il faut pouvoir répondre aux questions des clients et garder le contact avec eux. Les gens apprécient les conseils que nous pouvons leur donner, notamment sur la conservation des légumes ou leur cuisson", indique Adrien Bled. "Nous avons pour principe de vendre ce que nous souhaiterions acheter, nous avons donc parfois de la perte, mais c’est ainsi lorsqu’on veut satisfaire sa clientèle», reconnaît-il.
Ce passionné souligne aussi qu'il a créé en 2010 un site internet pour commander en ligne. «Depuis nous avons boosté nos ventes car le client peut comparer les prix, il y a davantage de transparence. Par ce biais nous nous sommes fait connaître». Les commandes sont à retirer en magasin ou sur le marché : le client comme le producteur ont tout à y gagner.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde