Aller au contenu principal

La FermeOgoût encore médaillée au Sia

L’année dernière, le yaourt brassé à la fraise de Grégoire Leleu avait décroché une médaille de bronze au concours général agricole du Sia. Cette année, deux de ses fromages blancs ont obtenu l’argent.

Le fromage blanc lissé et le fromage blanc campagne des Leleu ont obtenu des médailles d’argent au concours général agricole.
Le fromage blanc lissé et le fromage blanc campagne des Leleu ont obtenu des médailles d’argent au concours général agricole.
© A. P.



Une texture onctueuse et crémeuse, et un excellent goût : voilà ce qu’a retenu le jury du concours général agricole du Salon de l’agriculture, quant aux fromages blancs de la Ferme0goût, à Saint-Fuscien. Pour leur deuxième participation, Grégoire et Thomas Leleu ont obtenu deux médailles d’argent pour leur fromage blanc lissé et leur fromage blanc campagne, façon faisselle. Ces titres font des agriculteurs, installés en Gaec, les seuls médaillés en fromage blanc de la région, et les seuls médaillés en produits laitiers de la Somme.
«C’est un bon coup de communication pour nos produits», assure Grégoire, en charge de l’atelier de transformation. Une opération coûteuse (600 € d’inscription au concours), plus l’achat des étiquettes à coller sur les pots, et la publicité à faire autour de cela, mais le retour sur investissement est intéressant, «surtout auprès des clients particuliers». Une cible importante, puisque ces particuliers représentent désormais 40 % des ventes, depuis l’ouverture du magasin de producteurs Esprit fermier, à Glisy, dont Grégoire fait partie. Les écoles commandent les mêmes quantités, et les professionnels de la restauration, eux, font 20 % des ventes.
Depuis l’année dernière, la part du lait de la ferme transformé a ainsi augmenté, passant de 10 à presque 20 %. «Nous produisons 15 à 20 000 équivalents yaourts chaque semaine, précise Grégoire. Nous avons trente-quatre références.» Le top cinq des yaourts : nature, fraise, mangue-passion, citron et myrtille. Le fromage blanc a aussi la cote : «Nous en fabriquons 400 kg par semaine. 100 kg sont vendus à Esprit fermier, et le fromager Planchon, à Amiens, en achète 50 kg.» Pour continuer de séduire les papilles des clients, trois nouvelles recettes ont été élaborées : un gâteau au fromage blanc, du riz au lait et une confiture de lait. «Nous avons proposé quelques dégustations, et les gens ont adoré !»

Nouvelle embauche
La FermeOgoût compte bien poursuivre le développement de son atelier de transformation. «Il y a de la demande, alors on y répond !», acquiesce Grégoire. L’exploitation est à la recherche de son troisième temps plein pour compléter l’équipe. «Un préparateur de commande, qui travaillera au laboratoire pour la préparation des produits, le conditionnement, le nettoyage…» Pas de diplôme exigé, mais «de la motivation, du courage et du bon sens». Et pour booster encore plus la vente, Grégoire mène, avec d’autres collaborateurs, un projet d’ouverture d’un nouveau point de vente de produits locaux à Saint-Fuscien.



Les Hauts-de-France visent le label «Région européenne de gastronomie»

La Région Hauts-de-France va déposer sa candidature avant le mois de mai 2020 pour décrocher le prestigieux label de «Région européenne de la gastronomie». Vous êtes intéressés par la gastronomie régionale ? Donnez votre avis avant le 7 mars en participant à la consultation publique. De nombreux restaurants étoilés, les marques Saveurs en’Or et Terroirs Hauts-de-France, des recettes héritées d’une longue tradition, des événements incontournables autour du patrimoine gastronomique… Les Hauts-de-France possèdent de nombreux atouts pour devenir une destination gourmande reconnue à l’échelle européenne et internationale. C’est le Campus des métiers et qualifications Tourisme et Innovation, porté par le lycée hôtelier du Touquet (62), qui est chargé de piloter la candidature de la Région Hauts-de-France. Il est associé, au sein d’un consortium, à plusieurs acteurs régionaux : la Région Hauts-de-France, les chambres régionales de commerce et d’industrie et de l’agriculture, la Fédération des offices de tourisme des Hauts-de-France. Afin de poser les fondements de cette labellisation, un accord de coopération entre les acteurs de la Région Hauts-de-France et l’IGCAT, l’Institut international de la gastronomie, de la culture, des arts et du tourisme, qui décerne le prix, va être signé. Dans le cadre de cet accord, les Hauts-de-France deviendront membres de la plateforme des Régions européennes de la gastronomie et s’engageront à mettre en œuvre un programme d’actions. Objectif : faire de la gastronomie un levier d’attractivité, de transformation et de développement du territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde