Aller au contenu principal

La filière brassicole s’inquiète d’une baisse du taux de protéines

Un souci pour les transformateurs, des réponses possibles côté amont.

"Ce n’est pas avec des dispositions réglementaires volontairement restrictives que l'on résoudra la problématique du taux de protéine", a déclaré Rémi Haquin, président de la commission orges de l’Agpb.
"Ce n’est pas avec des dispositions réglementaires volontairement restrictives que l'on résoudra la problématique du taux de protéine", a déclaré Rémi Haquin, président de la commission orges de l’Agpb.
© Gabriel Omnès


«Après avoir craint une teneur en protéines trop élevée dans les orges, on arrive à des niveaux parfois insuffisants», a noté le président de la commission orges de l’Agpb (Association générale des producteurs de blé) Rémi Haquin, le 15 avril au 16e colloque d’Arvalis consacré à cette production. «C’est un enjeu crucial pour la filière : un taux faible ou excessif pose problème. La solution globale voulue par la réglementation n’est pas une réponse satisfaisante. Il faut aller vers un pilotage des cultures basé sur la bonne dose au bon moment. Des outils sont pour cela nécessaires».

Une «machine infernale» à faire baisser le rendement
Selon l’ingénieur d'Arvalis Alain Bouthier, l’explication de cette baisse de la protéine ne vient pas du climat. Elle n’est pas non plus à chercher dans l’évolution variétale.
Ce qui est en cause, c'est l’évolution des pratiques culturales et des contextes de production. Or, pour les brasseurs, la qualité idéale reste la même : 9,5 à 11 de protéines en orge d’hiver, 10 à 11,5 en orge de printemps.
Les producteurs en arrivent à cette question, relayée par Dominique Romelot (Axéréal) : «N’est-on pas allé trop loin dans la maîtrise des protéines en appliquant des doses d’azote trop faibles ?» Une contrainte vient de la réglementation liée à la directive nitrates. L’apport d’engrais est alors calculé selon la méthode du bilan. «La moyenne historique de rendement détermine la dose, a déploré Rémi Haquin. Pas de souci quand l’azote n’est pas un facteur limitant. s’il l’est, en cas d’année favorable, le rendement se trouve pénalisé. C’est une machine infernale. La moyenne de l’exploitation ne peut que baisser». «La bonne réponse à la problématique du taux de protéines tient à des pratiques agricoles prenant en compte l’agronomie, le climat, a-t-il ajouté. Ce n’est pas avec des dispositions réglementaires volontairement restrictives».
Il faut remettre à l’ordre du jour les outils de pilotage comme Jubil, N Tester, a estimé Alain Bouthier, convaincu que des marges de progrès existent dans la gestion des doses d'azote et l'efficacité des apports. «Il serait judicieux de remettre un peu de souplesse dans la détermination de la dose d’azote», a renchérit le technicien d’Axéréal Dominique Romelot, en regrettant le passage d’une dose conseillée, jusqu’au début des années 2000, à une «dose obligatoire» résultant d’un paramétrage normalisé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde