Aller au contenu principal

La filière semences a le vent en poupe

Pour la campagne 2012-2013, la filière affiche des résultats exceptionnels.

Le progrès génétique obtenu grâce aux efforts soutenus de recherche des entreprises semencières, a fait augmenter la productivité de l’agriculture française de 12 % en dix ans.
Le progrès génétique obtenu grâce aux efforts soutenus de recherche des entreprises semencières, a fait augmenter la productivité de l’agriculture française de 12 % en dix ans.
© N. Ouvrard


Contrairement à la morosité générale, la filière semences est «un secteur très porteur» a assuré Daniel Segonds, le président du Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis) en présentant le rapport annuel, le 11 décembre dernier. Ainsi, lors de la campagne 2012-2013, la filière a vu son chiffre d’affaires progresser de 8 % à 3,2 milliards d’euros et elle a placé la France au premier rang européen des producteurs de semences avec près de 320 000 hectares. Autre succès dont se félicite le président, l’emploi. Les effectifs ont progressé de 3 % en 2013 et le secteur compte désormais 9 400 emplois directs, sans compter les quelque 17 800 agriculteurs-multiplicateurs, les 8 700 distributeurs et les 23 000 points de vente.
Quant à l’exportation, elle est également très dynamique : les ventes ont augmenté de 15 % pour atteindre 1,422 milliards d’euros, soit vingt Airbus A 320. Le solde a fait un bond de 39% à 836 millions d’euros. Ainsi la France se positionne en tête des exportateurs mondiaux de semences agricoles devant les Pays-Bas et les Etats-Unis. Un tel succès, on le doit d’abord aux conditions pédoclimatiques dont jouit la France, mais surtout aux efforts permanents et soutenus de recherche des entreprises, estime Daniel Segonds. Elles y consacrent 13 % de leur chiffre d’affaires (270 millions d’euros), soit la même part que la pharmacie et davantage que l’électronique, 9 %, loin devant en tout cas les industries agro-alimentaires (0,5 %). Conséquence, «l’accroissement de la productivité de l’agriculture française a été de 12 % sur dix ans, grâce au progrès génétique» même s’il n’est pas très visible d’une année sur l’autre, observe le président.

Vers de nouveaux accords interprofessionnels
Cette performance a été aussi acquise grâce un environnement réglementaire adapté. Il est fondé sur un système de propriété intellectuelle ouvert qui permet l’accès libre aux ressources génétique en ce sens qu’il autorise quiconque à utiliser une variété disponible sur le marché pour en fabriquer une nouvelle. «Un système qu’il convient absolument de pérenniser», insiste Daniel Segonds.
En attendant et fort du succès de l’accord obtenu sur les céréales à paille, le Gnis a annoncé que les discussions étaient bien avancées sur la mise en place de nouveaux accords interprofessionnels : l’un sur les protéagineux, l’autre sur les plants de pommes de terre. «L’accord est attendu en 2014», a précisé le président et si possible avant les semis. Issus de la loi du 8 décembre 2011 sur les certificats d’obtention végétale, ces accords visent à financer la recherche variétale tout en reconnaissant légitimité des semences de ferme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde