Aller au contenu principal

Chasse
La Fondation Brigitte Bardot affiche son sentiment anti-chasse(-urs) en 4X3

Une vaste campagne d'affichage sur la voie publique a débuté ce mardi 30 mars dans la France entière et au travers de laquelle la Fondation Brigitte Bardot s'en prend directement aux chasseurs.

Campagne anti-chasseurs
La Fédération nationale des chasseurs appelle chacun à signaler la localisation des panneaux publicitaires sur lesquels la campagne anti-chasse de la Fondation Brigitte Bardot s'affiche.
© Fondation Brigitte Bardot

Le caractère de l’opération de communication est à la fois inédit par son ampleur et la violence du texte. Depuis ce mardi 30 mars, la Fondation Brigitte Bardot a en effet lancé une vaste campagne d’affichage en 4x3 « sur l’ensemble du territoire » pour, affirme-t-elle depuis son site web, « dénoncer l’imposture de la chasse et les dangers que représentent les porteurs de fusil » (sic). Sur quelque 1 500 panneaux publicitaires, toujours selon la FBB, l’association n’y va pas franchement de main morte pour clamer son opposition à la chasse et aux chasseurs avec un slogan explicite : « Chasseurs, sauvez des vies, restez chez vous ».

Accusation de plagiat

Si ce message, écrit en grand, vous rappelle forcément quelque chose, c’est parce qu’il ressemble à s’y méprendre à celui employé par le ministère de la Santé et des solidarités pour inciter les Français à respecter les gestes-barrières dans la lutte contre la propagation de la Covid-19 : « Pour sauver des vies, restez chez vous ».

Pour la Fondation Brigitte Bardot, la chasse est « un loisir qui tue », s’appuyant sur les chiffres de l’accidentologie à la chasse de l’Office français de la biodiversité (OFB). Lors de la saison 2019-2020, relève la Fondation, 141 accidents dont 11 mortels sont à déplorer. Un chiffre auquel elle ajoute quelque « 30 millions d’animaux abattus ». Histoire d’enfoncer un peu plus le clou, elle rappelle par ailleurs que, « selon l’OFB, les cinq dernières saisons de chasse (2015-2020) ont provoqué 764 accidents dont 57 mortels. En 20 ans, les chasseurs ont tué plus de 400 personnes ».

La FNC demande son retrait

Sitôt cette campagne annoncée sur les réseaux sociaux et par voie de presse, les principaux intéressés – les chasseurs et leurs représentants – ont réagi. Par cette action qu’elle qualifie de « militante », la Fondation Brigitte Bardot est-elle allée trop loin ? C'est ce que pense le président de la fédération nationale des chasseurs (FNC), Willy Schraen, qui s’en est ému sur Facebook en ce début d’après-midi : « Brigitte Bardot (en réalité, il s’agit de la fondation qui porte son nom et dont elle est présidente) surenchérit à nouveau contre les chasseurs », écrit-il.

Dans un long propos à l’adresse des chasseurs, il dit dans un premier temps regretter ce qu’il perçoit comme « une grande première » et dénonce une « apologie de la stigmatisation (…), une incitation à la violence et à la haine contre une activité pourtant légale et reconnue par l’État ». « En nous comparant à un virus mortel qui a déjà tué presque 100 000 personnes, les chasseurs sont présentés comme des assassins », poursuit M. Schraen. Ce qui est « insupportable », considérant que la FBB a « dépassé la ligne rouge ».

Cette nouvelle affaire trouvera-t-elle un épilogue devant les tribunaux ? C’est dans les tous cas l’intention de la Fédération nationale des chasseurs. Willy Schraen annonce en effet vouloir engager « une vaste procédure auprès des tribunaux compétents » pour obtenir « le retrait immédiat de cette campagne ». Il souhaite également saisir le ministre de l’Intérieur, afin, dit-il, « que cette association - la Fondation Brigitte Bardot – et sa présidente (…) soit définitivement mis hors d’état de nuire ». 

Si des suites judiciaires venaient à être engagées, ce ne serait pas la première fois que président de la FNC et présidente de la Fondation Brigitte Bardot seront opposés dans un tribunal : en février dernier, Brigitte Bardot était « invitée » par le tribunal d’Arras à s’expliquer pour des injures publiques proférées à l’encontre de Willy Schraen et des chasseurs en octobre 2019. Sur le site Internet de la Fondation, comme le rappelait il y a quelques semaines nos confrères de la Voix du Nord, Brigitte Bardot y qualifiait les chasseurs de « sous-hommes d’une abjecte lâcheté, aux trognes d’ivrognes » ou encore de « terroristes du monde animal ». Le président des chasseurs de France en personne y était également dépeint comme « un exemple flagrant de cette honteuse perversité », « prédateur au gros visage de suffisance ». Tout sauf une marque d’amour, en somme. Brigitte Bardot n’ayant pas répondu à la convocation, l’audience a été renvoyée au 27 mai prochain. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour un échantillon de producteurs suivis par le groupe Carré, les charges de structure se montent à 1 098 €/ha en 2021.
Céréales : des charges de structure bien encombrantes
Depuis 2018, le groupe de négoce Carré réalise un suivi des coûts de production chez plusieurs de ses clients agriculteurs pour…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde