Aller au contenu principal

La gestion des terres au cœur des enjeux climatiques

Dans son dernier rapport, le Giec alerte sur l’épuisement des terres mondiales et sur ses conséquences sur le réchauffement climatique. L’agriculture est pointée du doigt.

L’agriculture, si elle fait partie du problème, est aussi une formidable source de solutions. Sa transition vers l’agroécologie en est un exemple.
L’agriculture, si elle fait partie du problème, est aussi une formidable source de solutions. Sa transition vers l’agroécologie en est un exemple.
© Alix Penichou

Le 7 août, une délégation composée de 195 pays, réunie depuis le 1er août, à Genève en Suisse, a approuvé le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Les 107 auteurs, venus de 52 pays, ont examiné plus de 7 000 publications scientifiques.
Cette étude est consacrée au «changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres». Elle évalue également les conséquences de l’agriculture et de la sylviculture sur la qualité des sols. Le texte, rendu public le 8 août, décrit donc la manière dont le changement climatique impacte les sols et inversement.
Il livre un constat alarmant sur la situation climatique actuelle : minimum record enregistré au mois de juillet pour l’étendue de la couche de glace de l’Arctique, canicule qui frappe l’Europe le mois dernier avec des températures de 1,5 à 3°C au-dessus des normales saisonnières… Enfin, les températures mondiales pour le mois de juillet ont été 1,2°C au-dessus de celles de la période préindustrielle (le Giec a préalablement annoncé qu’une augmentation supérieure à 2°C entraînerait des effets dominos pour la plupart irréversibles). Les experts du Giec soulignent également que le changement climatique favorise la dégradation des sols du fait de l’augmentation des évènements pluvieux intenses, des inondations et des épisodes de sécheresse. Le rapport analyse ainsi plus particulièrement la manière dont les hommes utilisent les terres, soulignant que les activités humaines ont une forte influence sur la qualité des sols.
Durant la présentation du rapport, le 8 août, les orateurs n’ont eu de cesse de marteler que la terre était une ressource essentielle. Elle joue un rôle central pour lutter contre le changement climatique. Elle est à la fois un problème et une solution ; si elle peut stocker des gaz à effet de serre, leur exploitation peut aussi en rejeter. Le rapport met notamment en avant l’impact de la production alimentaire sur la baisse de la biodiversité et sur le changement climatique. Les conséquences de l’artificialisation des terres, qui entraîne une baisse de stockage de carbone dans les sols, n’ont pas été oubliées par les auteurs.  Cependant, l’agriculture et la déforestation ont été largement présentées comme les deux principales causes du changement climatique.

L’agriculture source de solutions
Les experts préconisent ainsi d’opérer une transformation dans la gestion des terres et dans le système agro-alimentaire afin de maintenir les températures mondiales à un niveau acceptable. Concernant les sols, ils recommandent de limiter les émissions de carbone, d’augmenter le stockage dans les sols, de restaurer les zones humides et, enfin, de renforcer la sécurité foncière pour les agriculteurs des pays du Sud.
Valérie Masson-Delmotte, co-rapporteuse, a ainsi souligné que des solutions se trouvaient dans les mains des agriculteurs, mais aussi de tous les consommateurs. Les experts appellent de ce fait à réduire le gaspillage alimentaire, et surtout à rééquilibrer les régimes alimentaires. Ceux-ci doivent comporter des aliments de qualité d’origine animale et végétale produits dans des systèmes résilients, durables et respectueux.
Une dernière proposition qui conforte les agriculteurs français dans les efforts déjà accomplis. Ils s’estiment être déjà largement engagés dans la lutte contre le changement climatique avec l’adaptation constante de leurs pratiques, pour concilier performances économiques et écologiques, des systèmes d’élevage respectueux, l’utilisation de la rotation des cultures, le développement des bioénergies et, enfin, le développement de l’agriculture de conservation des sols pour stocker du carbone.
Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, n’a pas manqué de souligner que son ministère soutenait la transition vers l’agroécologie et une bioéconomie plus résiliente, et travaillait activement à la reconquête des sols, en luttant contre leur artificialisation. Le monde agricole signale donc que l’agriculture, si elle fait partie du problème, est aussi une formidable source de solutions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde