Aller au contenu principal

«La goutte d'eau qui fait déborder le pulvé !»

© AAP

INTERVIEW

Michel Lapointe
Président de la Frsea Picardie

Le projet de loi d'avenir livre chaque jour son lot de surprises. Le statut de l'animal hier, l'interdiction d'utiliser les insecticides de jour avant-hier, et aujourd'hui : l'interdiction de tout produit phytosanitaire à moins de 200 m de toute habitation ! Michel Lapointe, président de la Frsea Picardie réagit.

Quel a été le facteur déclencheur de ce projet de loi ?
"Des enfants ont été pris de crises de toux à la suite d'un traitement réalisé à proximité de leur école alors que le vent soufflait vers cette école. Les mauvaises pratiques d'un agriculteur jettent le discrédit sur l'ensemble de la profession, même quand globalement, nos pratiques sont respectueuses des citoyens. Ce que curieusement les politiques ne disent pas, c'est qu'il s'agissait d'un agriculteur bio qui épandait du soufre.
Cet exemple est symptomatique : il montre bien que nous devons plus que jamais être rigoureux et respectueux des bonnes pratiques, quels que soient les systèmes. En tant que «syndicalistes responsables» nous devons continuer à communiquer et sensibiliser nos adhérents sur le respect des règles de base : pas de traitement phyto avec un vent à plus de 19 km/h, respecter les zones non traitées, etc. Notre métier étant de transformer l'énergie du soleil en nourriture pour les hommes, il ne faut pas commencer par les intoxiquer en protégeant les cultures !"

Pensez-vous qu'un événement comme celui-là nécessite de légiférer sur le sujet ?
"Bien sûr que non ! Est-ce qu'on ferme une autoroute chaque fois qu'un automobiliste se fait flasher ?
Je le répète, la plupart des agriculteurs travaillent bien. Nos gouvernants réagissent uniquement par coups médiatiques.
On fait dans le sensationnel, plus jamais dans le rationnel. On légifère comme on fait une conférence de presse ! D'ailleurs l'Europe, qui n'est pas en reste sur ce genre de sujet, n'a pas de disposition aussi radicale ; et je le rappelle encore une fois, dans un marché unique, toute disposition allant au-delà des règles communes détruit de l'activité et de l'emploi.
Il est vrai que notre économie se porte tellement bien que nos gouvernants peuvent se permettre de se lever le matin en se disant : «quel secteur d'activité pourrai-je bien pénaliser aujourd'hui ?».

Quelles seraient les conséquences pour la ferme picarde ?
"Aucun agriculteur ne peut mettre en place une culture, même avec des itinéraires limitant les intrants, sans être assuré de pouvoir les protéger. Avec une telle réglementation, c'est une ceinture de 200 m autour de chaque habitation qui se retrouverait ainsi abandonnée. Au passage, les efforts importants faits pour développer le maraîchage en périphérie des villes seraient d'ailleurs neutralisés. En Picardie, ce seraient plus de 260 000 ha qui sortiraient purement et simplement de la production, soit près de 20 % de la SAU totale de la région. A moins que l'Etat se décide à nous racheter ces surfaces pour les entretenir, pensez-vous que les habitants de nos communes souhaitent voir orties, chardons, ronces comme paysage de leurs fenêtres ?
Au niveau national, la production ainsi perdue, atteindrait l'équivalent des exportations de blé de la France vers les pays tiers -11 millions de tonnes-, ou pire encore, ce serait l'importation de denrées produites on ne sait comment ! Au-delà de l'agriculture, la perte de compétitivité amènerait les industriels que nous fournissons soit à fermer des usines, soit à importer pour les approvisionner".

Au niveau de la Frsea, comment allez-vous réagir à ce projet ?
"Ce qui me frappe d'abord, c'est que l'interdiction des traitements phytosanitaires est décidée pour 2020 pour les collectivités et 2022 pour les particuliers : pourquoi, serait-ce immédiat pour les agriculteurs ?
Deuxièmement, même l'agriculture biologique est atteinte, car si ce système se limite aux produits d'origine naturelle, ils ne sont pas sans effet, sinon ils ne serviraient à rien. La meilleure preuve en est le produit à l'origine du problème : le soufre.
Dans la démocratie française, le pouvoir peut tout décider.
Et en plus, dans notre système français, on ne connait que le marteau pilon pour enfoncer une punaise.
Notre mission est d'alerter le préfet, le conseil régional, les conseils généraux, les parlementaires, bref ceux qui décident. En rappelant sans cesse que la santé de tous est notre préoccupation première, et que par une gestion de bon sens, nous savons concilier bien être et activité en monde rural.
A moins que charmés par les apôtres de la décroissance, nos décideurs préfèrent faire de nos villes et villages des réserves protégées pour abriter des chômeurs".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde