Aller au contenu principal

La grippe aviaire fait trembler la côte picarde

Alors que le virus de l’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) a été à nouveau identifié sur des oiseaux morts, la préfecture a élargi la zone de contrôle temporaire le 17 juin, puis le 23 juin. Peu d’éleveurs de volailles sont concernés, mais l’inquiétude grandit. 

Les oiseaux touchés sont majoritairement de goélands, mais des mouettes,  cormorans, sternes, courlis et fous de bassan sont également contaminés.
Les oiseaux touchés sont majoritairement de goélands, mais des mouettes, cormorans, sternes, courlis et fous de bassan sont également contaminés.
© Pixabay

La grippe aviaire n’a pas de conséquence directe sur le porte-monnaie de Bernard Cagny, éleveur de poules pondeuses à Quend. En tout cas, jusqu’à aujourd’hui. Le 17 juin, puis le 23 juin, après avoir à nouveau identifié le virus de l’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) sur des oiseaux trouvés morts à Cayeux-sur-Mer, Fort-Mahon-Plage et Saint-Quentin-en-Tourmont, la préfecture a annoncé qu’elle élargissait la zone de contrôle temporaire (ZCT) qu’elle avait instaurée le 20 mai*. 

Conséquences pour les éleveurs : toutes les volailles, y compris les volailles de basses-cours, doivent être maintenus en permanence à l’intérieur de bâtiments ou sous filet. Aucune volaille vivante ne doit sortir des exploitations. Des dérogations seront tout de même possibles, après accord de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) de la Somme, pour le transfert direct vers un établissement d’abattage. Les mouvements de personnes, d’animaux domestiques, de véhicules au sein des exploitations doivent être limités au strict nécessaire. La vente directe à la ferme est donc interdite. 

Voilà donc les poules plein air de Bernard Cagny confinées. «Le lot précédent n’était déjà pas sorti beaucoup. Celles-ci ne devraient pas beaucoup plus profiter du parcours, parce qu’à mon avis, c’est parti pour durer.» Les coups de chaleur ont donc plus de conséquences pour les animaux. «J’ai des ventilateurs pour aérer. Mais ça ne vaut pas l’ouverture du bâtiment pour un bon courant d’air.» Pas de problème pour le ramassage des œufs en revanche, réalisé par Cocorette. «C’est un peu plus de contraintes. Il faut désinfecter les roues du camion. Mais ça se fait.» La vente directe ne représentait presque rien. «Je ne vendais que les œufs hors calibre ou avec des défauts. Aujourd’hui, ils partent en casserie.»

 

Plus de 800 cadavres

Il n’empêche que l’éleveur n’est pas serein. «On a beau prendre toutes les précautions, une contamination peut nous tomber dessus.» Pour l’instant, les oiseaux touchés sont majoritairement de goélands, mais des mouettes, cormorans, sternes, courlis et fous de bassan sont également contaminés. «Je n’en ai jamais vu à proximité de mon bâtiment.» Mais Bernard craint la contamination d’autres oiseaux domestiques. «Quand on va entrer en période de migration, ça va flamber.» Depuis le début de l’épidémie dans la Somme en mai 2022, 802 cadavres d'oiseaux d'eaux ont été recensés sur le littoral du département, dont 195 depuis le 10 juin, précise la préfecture. Aucun élevage n’est concerné.

La préfecture avance pourtant qu’elle pourrait lever la (ZCT) après un délai de vingt et un jours «si aucun signe évocateur d’influenza aviaire n’est décelé dans les exploitations et si aucun nouveau cas ne survient dans la faune sauvage». Pendant ce temps, la surveillance de l’avifaune est accrue. La population est appelée à «signaler sans délai à un vétérinaire tout comportement anormal ou tout signe de maladie de ces derniers.» Toute mortalité d’oiseaux sauvages dans cette zone, sans cause évidente, doit être signalée à la Fédération des chasseurs de la Somme ou à l’OFB. 

* La liste des communes dorénavant concernées par la Zone de contrôle temporaire (ZTC) est la suivante : Ault, Brutelles, Cayeux-sur-Mer, Favières, Fort-Mahon-Plage, Lanchères, Pendée, Le Crotoy, Mers- les-bains, Quend, Saint-Quentin-en-Tourmont, Saint-Quentin-La-Motte-Croix-au-Bailly, Saint- Valery-sur-Somme, Woignarue

 

 

À Abbeville, la Chambre d’agriculture inaugure sa nouvelle implantation

À la suite de la Session de la Chambre d’agriculture de la Somme qui s’est tenue ce mardi 21 juin dans ses nouveaux locaux, 12 rue René Dingeon à Abbeville, Françoise Crété avait convié M. le sous-préfet d’Abbeville, les représentants des OPA, la ville d’Abbeville, la Communauté d’agglomération de la Baie de Somme et les élus locaux à l’inauguration du site. La présidente Crété a exprimé sa satisfaction d’inaugurer des locaux modernes, pratiques et connectés. Dominique Dengreville, élu référent de la Chambre d’agriculture du secteur Ponthieu-Vimeu a été chargé du suivi des travaux qui se sont déroulés d’octobre 2021 à mars 2022. Les collaborateurs de la Chambre ont, quant à eu, pu emménagé dans leurs nouveaux bureaux en ce début du mois d’avril. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde