Aller au contenu principal

La leçon de betteraves de Christiane Lambert à Yannick Jadot

Lors du débat « L’économie au secours de l’écologie, et vice-versa ? » organisé par le Medef le 27 août dernier, Christiane Lambert a sèchement recadré l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot sur le sujet des néonicotinoïdes.

L'un des moments forts de cette table ronde organisée par le Medef reste l'échange tendu entre la présidente de la FNSEA Christiane Lambert et l'eurodéputé vert Yannick Jadot sur l'interdiction des néonicotinoïdes. Sur le net, la vidéo de l'échange est en train de devenir virale.
L'un des moments forts de cette table ronde organisée par le Medef reste l'échange tendu entre la présidente de la FNSEA Christiane Lambert et l'eurodéputé vert Yannick Jadot sur l'interdiction des néonicotinoïdes. Sur le net, la vidéo de l'échange est en train de devenir virale.
© Medef

Sur les réseaux sociaux, c'est une vidéo qui est en train de devenir virale. Dans un extrait de 2 minutes 17 du film qui rend compte du débat « L’économie au secours de l’écologie, et vice-versa ? » organisé par le Medef le 27 août dernier, on y retrouve une présidente de la FNSEA très en forme face à l'eurodéputé Yannick Jadot. La raison de leur « prise de bec » ? Le recours aux néonicotinoïdes pour protéger la culture de la betterave du virus de la jaunisse ; lequel compromet le rendement betteravier de la prochaine campagne et ses conséquences sur l'économie de la filière betteravière.

Assurer la pérennité d'une filière

Pour Yannick Jadot, la possibilité d'une ré-autorisation de l'utilisation des néonicotinoïdes en enrobage pour la protection de la betterave pour une durée de trois ans ne passe visiblement pas : « On se bat pour mettre l'agroécologie au cœur du bazar (sic) et à la fin, on revient sur les néonicotinoïdes dans les betteraves » a-t-il dit.

Mais pour Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, empêcher une filière d'utiliser des moyens efficaces pour garantir sa pérennité est tout autant un non-sens. « Est-ce que la France va laisser filer ses 450 000 hectares de betteraves ? », a-t-elle interrogé. Bio ou pas, « les betteraves sont aussi jaunes » a ensuite souligné Mme Lambert, avant d'inviter son contradicteur à « venir voir ».

Car pour la présidente de la FNSEA, « venir de l'Aisne – Yannick Jadot revendique régulièrement ses origines axonaises, il est né à Clacy-et-Thierret -, ce n'est pas un doctorat en betteraves. Etre né au milieu des betteraves ne vous donne pas le fait de tout savoir sur le sujet (…) Une aberration ou une bêtise répétée 10 fois ne devient pas une vérité ». « La betterave n'est pas une plante mellifère. Elle ne fleurit pas et les abeilles n'y vont pas. Disons-nous le. Ça vous embête M. Jadot, mais c'est comme ça ! »

Prendre en compte le principe de réalité

Dans sa lancée, elle a ensuite rappelé que la France a été le seul pays européen à avoir inscrit leur interdiction dans une loi. « Sur 19 pays producteurs de betteraves, 14 pays ont réintroduit les néonicotinoïdes pour des raisons d’urgence sanitaires et économiques », a-t-elle également défendu. « C’est une question de souveraineté (...) Pourquoi Teisseire et Coca-Cola se sont-ils installés dans le Nord de la France ? Parce qu’il y a du sucre. Les Belges et les Allemands n’attendent qu’une chose. L’arrêt de la production sucrière en France pour fournir ces entreprises (…) Il y a un principe de réalité qu'il faut regarder ».

Egalement partie prenante du débat, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a justifié quant à elle les récentes annonces du ministre de l'Agriculture en pointant du doigt « l’échec collectif » sur le dossier des néonicotinoïdes, faisant remarquer qu’on « avait quatre ans devant nous. La filière n’a pas fait le travail, l’Etat non plus, la recherche non plus et à la fin, on doit prendre une décision très douloureuse ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde