Aller au contenu principal

La liste des pertes liées au gel s’allonge, les calamités agricoles sollicitées

La FDSEA de la Somme sollicite la reconnaissance en calamités agricoles à l’échelle de l’intégralité du département suite aux épisodes de gel du 6 au 8 avril dernier.

gelées
Après avoir recensé sur le terrain un certain nombre de dégâts, la FDSEA de la Somme sollicite la reconnaissance en calamités agricoles à l’échelle de l’intégralité du département de la Somme.
© Vincent Marmuse

Il y a forcément eu les conséquences directes du gel sur un certain nombre de cultures consécutivement à l’épisode de gel qui s’est abattu sur la France début avril, puis celles qui ont mis plusieurs jours à apparaître. Après avoir recensé sur le terrain un certain nombre de dégâts, la FDSEA de la Somme a sollicité « la reconnaissance en calamités agricoles à l’échelle de l’intégralité du département de la Somme ».

Dans un courrier adressé à la préfète en date du 28 avril, l’organisation syndicale rapporte que « des gelées significatives ont eu pour effet de faire avorter de nombreuses fleurs, notamment d’arbres fruitiers, et ont également causé des dégâts lourds sur les productions végétales et fourragères ».

De rares productions épargnées

Toujours d’après les remontées de terrain recueillies par le syndicat, ce dernier indique que les dégâts portent sur « l’intégralité du département, de façon hétérogène, à des degrés difficiles à évaluer ». Néanmoins, quelques chiffres permettent de prendre la mesure de la situation.

En arboriculture, les dégâts se situeraient en moyenne entre 40 et 60% dans la récolte totale de fruits, avec des parcelles intégralement perdues.

En grandes cultures, « bien qu’elles soient assurables » constate la FDSEA, « des pertes de volumes sont actées en colzas avec des parcelles qui ont dû être broyées ». Il pourrait toutefois ne s’agir que d’une estimation basse, compte tenu que les craintes ne sauront être levées qu’à la récolte des céréales lorsque l’ampleur du phénomène de gel d’épis sera connue.

En betteraves, culture également assurable, la part des surfaces ayant dû être ressemées est de l’ordre de 3 à 5%, avec une perte de potentiel redoutée « à la fois sur les parcelles ressemées, mais aussi et surtout sur celles qui ont été partiellement touchées, à un taux significatif mais ne justifiant pas le ressemis intégral », poursuit le syndicat.

En lin, les dégâts sont avérés localement par une perte de pieds à l’hectare, qui pourra s’avérer préjudiciable selon les conditions climatiques jusqu’à la récolte.

En ce qui concerne les fourrages, les températures de gel associées au froid « global » vécu depuis le 10 février génèrent d’ores et déjà un manque à gagner d’une coupe d’herbe.

Enfin, en production apicole, la défloraison rapide et massive menace fortement la production de miel de printemps.

Courrier à la préfète

Compte tenu de cet état des lieux « évolutif », la profession demande aux pouvoirs publics « d’étudier étudier l’éligibilité du département de la Somme dans son intégralité au régime des calamités agricoles ». Parmi les autres mesures attendes, un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti à l’échelle du département ferait du bien aux trésoreries des exploitations agricoles du département. La décision est désormais entre les mains de la préfète et de ses services.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde