Aller au contenu principal

La météo contrarie l'enroulage du lin

Entre 35 et 40 % du lin est aujourd'hui enroulé, pour la coopérative Calira. Mais entre les gouttes, les fenêtres de tir sont assez restreintes pour le bon déroulement des travaux.

Cette année, plus que jamais, le sous-équipement coûte cher à certains liniculteurs, puisque l’enroulage du lin s’effectue entre les averses de pluie.
Cette année, plus que jamais, le sous-équipement coûte cher à certains liniculteurs, puisque l’enroulage du lin s’effectue entre les averses de pluie.
© Vincent Fermon

En cette fin du mois d’août, les liniculteurs sont sur le qui-vive : il s’agit de naviguer entre les gouttes, et de ne pas louper une fenêtre de tir afin d’enrouler le lin. «35 à 40 % de la récolte est rentrée. Mais la météo pluvieuse rend délicates nos interventions, car nous ne pouvons enrouler que les parcelles rouies et bien sèches. On essaie donc de s’organiser au mieux», expose Vincent Delaporte, directeur de la Calira (Coopérative agricole linière de la région d’Abbeville). Le nord de la Somme subit particulièrement les nombreuses averses, alors que, jusqu’ici, le Vimeu est plus épargné.

Première mesure : éliminer les parcelles dont le tonnage en paille est trop léger. Il faut dire que la culture a été impactée par les conditions climatiques trop continentales : manque d’eau, beaucoup de luminosité et vent de nord-est desséchant. «En-dessous de 3,5 t/ha, l’arrachage n’en vaut pas la peine, car s’est une charge fixe», ajoute Vincent Delaporte.

 

Du cas par cas

Difficile cependant d’estimer le poids juste, car les parcelles sont souvent hétérogènes. «Nous invitons tout de même tous les producteurs à nous déposer un échantillon le matin, avant d’entamer la moindre manipulation. Les décisions doivent être réfléchies, et prises au cas par cas pour éviter les dépenses inutiles.»

Une parcelle correcte en termes de t/ha peut par exemple nécessiter d’être retournée pour peaufiner l’homogénéité du rouissage. Mais, là encore, la vigilance est de mise : «les conditions venteuses sont à prendre en compte. Si le lin s’envole, il n’est plus exploitable !» Autre impact négatif de la pluie : «elle accélère le salissement des parcelles, puisqu’elle fait gerber les graines des adventices.» Le passage d’une souleveuse pour séparer les fibres des mauvaises herbes est parfois recommandé.

Cette année, plus que jamais, «le sous-équipement coûte cher à certains liniculteurs». Ceux qui dépendent de l’entrepreneur pour pouvoir intervenir dans leur parcelle peuvent parfois se retrouver coincés, lorsque celui-ci est occupé ailleurs. «Le risque, lorsqu’on attend trop longtemps pour enrouler, c’est que la fibre se dégrade, perde en résistance et que le rendement soit diminué». À l’extrême, le pourrissement de la fibre réduit la récolte à néant. La Calira encourage donc l’entraide, lorsqu’un liniculteur peut mettre sa machine à disposition une fois sa récolte terminée.

 

Lente reprise du commerce

La commercialisation, elle, est toujours impactée par le confinement et la fermeture des magasins de textile. «Les flux de matières sont fortement ralentis. Il faut avant tout que les dernières collections des magasins soient écoulées pour en confectionner une nouvelle», justifie Vincent Delaporte. Mais le professionnel reste optimiste. «Notre produit n’est pas périssable, et la petite récolte en cours devrait permettre de réguler les stocks assez facilement.» Quand à sa vision de la consommation future des produits en lin : «Ceux-ci répondent aux attentes sociétales, puisque la culture du lin a un faible impact environnemental. Notre filière a de l’avenir.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde