Aller au contenu principal

La méthanisation, avenir de la Picardie maritine ?

Baie de Somme 3 Vallées et la Fédération départementale d’énergie de la Somme unissent leurs moyens pour promouvoir, planifier et faire émerger des projets de méthanisation agricole en Picardie maritime.

© D. R.

Cinq cents, c’est à peu près le nombre, aujourd’hui, d’unités de méthanisation de toutes origines en fonctionnement en France. Soixante-treize d’entre elles se situent dans la région des Hauts-de-France et vingt-quatre, dont vingt en cogénération et quatre en injection directe, sont d’origine agricole. Parmi elles, une seule est basée dans la Somme.
Et pourtant, la politique affichée de la Région, depuis un an, est plutôt claire. Consciente du potentiel méthanisation existant en Hauts-de-France, celle-ci et l’ensemble des acteurs de la filière se sont fixés l’objectif d’être la première région européenne dans le domaine de l’injection de biogaz dans les réseaux.

Un territoire propice
à la méthanisation
Patricia Poupart, vice-présidente en charge de l’économie rurale, la politique énergétique et l’artisanat à la communauté de communes, mais également élue au Conseil régional, a réuni, jeudi 14 juin, le temps d’un après-midi, agriculteurs, futurs porteurs de projets et différents partenaires techniques (Chambre d’agriculture, CERFrance Somme, CERDD, etc.) afin de promouvoir le développement des énergies renouvelables en Picardie maritime et par conséquent, la méthanisation.
«Riche d’une activité agricole dynamique, la Picardie maritime est particulièrement propice au développement de la méthanisation agricole», explique Didier Delobel, délégué territorial GRDF.   L’étude des gisements potentiels, menée il y a quelques années sur le territoire, révèle la façade maritime comme un excellent territoire pour l’implantation de méthanisateurs et plus particulièrement dans les axes Quend – Fort-Mahon , Friville-Escarbotin – Le Tréport.
«Globalement, une trentaine de projets sont en cours de réflexion», explique le délégué territorial. Il estime que dix d’entre eux devraient voir le jour d’ici quelque temps. «Mais avant de se lancer, il ne faut pas hésiter à se renseigner, questionner, voyager, visiter etc.», complètent Bertrand Hernu, agriculteur dans le Pas-de-Calais et Benoît Levasseur, agriculteur dans l’Oise, venus témoigner de la mise en place de leurs projets méthanisation respectifs. Deux projets totalement différents, l’un est une installation en cogénération en système élevage, associée avec six autres exploitations, et l’autre est une installation avec une injection directe du biogaz dans le réseau en système polyculture, associée avec une autre exploitation.

Les étapes
Néanmoins, pour tout projet méthanisation, il faut avant tout avoir une réflexion sur le système qu’on souhaite développer : une installation en cogénération ou injection directe du biogaz dans le réseau ? Sachant qu’aujourd’hui la Région promouvoit l’injection directe du biogaz dans le réseau. L’étape suivante consiste à définir et sécuriser l’alimentation du méthaniseur. Puis, vient le regroupement. «Un projet méthanisation peut difficilement être porté par un seul agriculteur», explique Bertrand Hernu. Ensuite, arrive le choix du constructeur et de la technique, puis le choix de l’emplacement du site. «Il ne faut pas hésiter à s’éloigner des habitations», conseille l’agriculteur de l’Oise. L’étape d’après consiste à bâtir les plans, établir les devis, valider le business plan etc. Vient s’ajouter la communication auprès des élus, mais aussi les riverains. «La communication doit être portée par les agriculteurs», explique l’agriculteur du Pas-de-Calais. Cette étape n’est ni à négliger, ni à déléguer, afin de faire accepter le projet.
D’une manière générale, «il faut compter trois ans, de la première étape jusqu’à la pose de la première pierre», explique Bertrand Hernu. Et le retour sur investissement, pour les deux projets, se fait au bout de la 7e année de fonctionnement.
En résumé, tous deux s’accordent à dire que développer un projet méthanisation est «une folle aventure humaine et économique qui nécessite néanmoins de repenser l’intégralité de la conduite et des pratiques de son exploitation». C’est également, pour eux, le moment de prendre le train tant qu’il est encore en marche. Les contrats de rachat de biogaz garantissent, aujourd’hui, un prix sur quinze ans et l’Etat subventionne ces projets, même si, d’après nos deux agriculteurs, il faut bâtir le projet sans tenir compte des subventions.
Cette première rencontre ne devrait pas s’arrêter là. «La Communauté de communes Baie de Somme 3 Vallées devrait proposer une prochaine rencontre sur le même thème, mais cette fois-ci plus technique», conclu Patricia Poupart.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde