Aller au contenu principal

La méthanisation, avenir de la Picardie maritine ?

Baie de Somme 3 Vallées et la Fédération départementale d’énergie de la Somme unissent leurs moyens pour promouvoir, planifier et faire émerger des projets de méthanisation agricole en Picardie maritime.

© D. R.

Cinq cents, c’est à peu près le nombre, aujourd’hui, d’unités de méthanisation de toutes origines en fonctionnement en France. Soixante-treize d’entre elles se situent dans la région des Hauts-de-France et vingt-quatre, dont vingt en cogénération et quatre en injection directe, sont d’origine agricole. Parmi elles, une seule est basée dans la Somme.
Et pourtant, la politique affichée de la Région, depuis un an, est plutôt claire. Consciente du potentiel méthanisation existant en Hauts-de-France, celle-ci et l’ensemble des acteurs de la filière se sont fixés l’objectif d’être la première région européenne dans le domaine de l’injection de biogaz dans les réseaux.

Un territoire propice
à la méthanisation
Patricia Poupart, vice-présidente en charge de l’économie rurale, la politique énergétique et l’artisanat à la communauté de communes, mais également élue au Conseil régional, a réuni, jeudi 14 juin, le temps d’un après-midi, agriculteurs, futurs porteurs de projets et différents partenaires techniques (Chambre d’agriculture, CERFrance Somme, CERDD, etc.) afin de promouvoir le développement des énergies renouvelables en Picardie maritime et par conséquent, la méthanisation.
«Riche d’une activité agricole dynamique, la Picardie maritime est particulièrement propice au développement de la méthanisation agricole», explique Didier Delobel, délégué territorial GRDF.   L’étude des gisements potentiels, menée il y a quelques années sur le territoire, révèle la façade maritime comme un excellent territoire pour l’implantation de méthanisateurs et plus particulièrement dans les axes Quend – Fort-Mahon , Friville-Escarbotin – Le Tréport.
«Globalement, une trentaine de projets sont en cours de réflexion», explique le délégué territorial. Il estime que dix d’entre eux devraient voir le jour d’ici quelque temps. «Mais avant de se lancer, il ne faut pas hésiter à se renseigner, questionner, voyager, visiter etc.», complètent Bertrand Hernu, agriculteur dans le Pas-de-Calais et Benoît Levasseur, agriculteur dans l’Oise, venus témoigner de la mise en place de leurs projets méthanisation respectifs. Deux projets totalement différents, l’un est une installation en cogénération en système élevage, associée avec six autres exploitations, et l’autre est une installation avec une injection directe du biogaz dans le réseau en système polyculture, associée avec une autre exploitation.

Les étapes
Néanmoins, pour tout projet méthanisation, il faut avant tout avoir une réflexion sur le système qu’on souhaite développer : une installation en cogénération ou injection directe du biogaz dans le réseau ? Sachant qu’aujourd’hui la Région promouvoit l’injection directe du biogaz dans le réseau. L’étape suivante consiste à définir et sécuriser l’alimentation du méthaniseur. Puis, vient le regroupement. «Un projet méthanisation peut difficilement être porté par un seul agriculteur», explique Bertrand Hernu. Ensuite, arrive le choix du constructeur et de la technique, puis le choix de l’emplacement du site. «Il ne faut pas hésiter à s’éloigner des habitations», conseille l’agriculteur de l’Oise. L’étape d’après consiste à bâtir les plans, établir les devis, valider le business plan etc. Vient s’ajouter la communication auprès des élus, mais aussi les riverains. «La communication doit être portée par les agriculteurs», explique l’agriculteur du Pas-de-Calais. Cette étape n’est ni à négliger, ni à déléguer, afin de faire accepter le projet.
D’une manière générale, «il faut compter trois ans, de la première étape jusqu’à la pose de la première pierre», explique Bertrand Hernu. Et le retour sur investissement, pour les deux projets, se fait au bout de la 7e année de fonctionnement.
En résumé, tous deux s’accordent à dire que développer un projet méthanisation est «une folle aventure humaine et économique qui nécessite néanmoins de repenser l’intégralité de la conduite et des pratiques de son exploitation». C’est également, pour eux, le moment de prendre le train tant qu’il est encore en marche. Les contrats de rachat de biogaz garantissent, aujourd’hui, un prix sur quinze ans et l’Etat subventionne ces projets, même si, d’après nos deux agriculteurs, il faut bâtir le projet sans tenir compte des subventions.
Cette première rencontre ne devrait pas s’arrêter là. «La Communauté de communes Baie de Somme 3 Vallées devrait proposer une prochaine rencontre sur le même thème, mais cette fois-ci plus technique», conclu Patricia Poupart.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde