Aller au contenu principal

La mutation progressive de Calipso

Quatre réunions réservées aux adhérents de la coopérative Calipso courant mars ont donné l’occasion à ses responsables de préciser ses chantiers en cours et ses orientations dans un avenir plus ou moins proche.

Au cours de quatre réunions hivernales, Olivier Faict et Jean-Charles Denis sont allés  à la rencontre des adhérents 
de la coopérative Calipso pour exposer les changements qui s’imposent à l’entreprise et à ses membres.
Au cours de quatre réunions hivernales, Olivier Faict et Jean-Charles Denis sont allés à la rencontre des adhérents
de la coopérative Calipso pour exposer les changements qui s’imposent à l’entreprise et à ses membres.
© V. F.

«Une moisson comme celle que nous avons vécu en 2019, on en voudrait tous les ans», s’est réjoui le directeur de la coopérative Calipso, Jean-Charles Denis, lors d’une réunion ouverte aux adhérents à Chepy, le mardi 10 mars. Du 9 au 12 mars, quatre réunions répartis sur le périmètre de collecte de la coopérative ont permis aux adhérents de Calipso et ses responsables de mieux appréhender les chantiers en cours ; et au président élu il y a quelques mois, Olivier Faict, d’imprimer sa marque. Quatre principales thématiques ont été à chacune de ces occasions évoquées : l’organisation de la collecte, de l’approvisionnement, l’abandon de la fabrication d’aliments et les projets de la coopérative.

Collecte historique et réduction des charges
En ce qui concerne la collecte, le blé reste bien et de loin la première céréale cultivée par les adhérents de Calipso avec un volume de 168 497 tonnes. L’orge arrive en seconde position (27 029 tonnes), suivi par le colza (6 036 tonnes), le maiis (787 tonnes), le pois (483 tonnes), la févérole (73 tonnes) et le seigle (29 tonnes). Globalement, la collecte affiche un volume de 203 140 tonnes, ce qui correspond à une augmentation de 16 % et fait de la récolte 2019 «la deuxième meilleure année de la coopérative depuis sa création», constate Jean-Charles Denis. Forte de ce résultat, la coopérative aborde sereinement la continuité de son programme d’entretien et d’investissements dans plusieurs de ses silos. La campagne 2020 ne s’annonce pas rose pour autant. La coopérative se prépare en effet d’ores et déjà à supporter les effets de la Loi Egalim, dont la fin des 3R (rabais, remises, ristournes) et de nouvelles restrictions sur l’utilisation des produits phytosanitaires. Prévoyant une baisse du chiffre d’affaires de son activité approvisionnements de 30 % en 2020, Calipso assure s’y est d’ores et déjà préparée : «L’impact sera forcément visible et spectaculaire. Mais pour anticiper cela, nous avons déjà commencé à travailler pour baisser nos charges», a dit M. Denis. En matière d’approvisionnements, l’adhésion de Calispo à la centrale d’achat Sicapa pour la fourniture de phytos, engrais ou encore semences hybrides, participe également à cet effort d’optimisation.

Accompagner le changement
Avant-dernier sujet abordé, celui de la séparation vente-conseil. Tandis que certains opérateurs de la coopération ou du négoce agricole semblent avoir déjà fait leur choix, chez Calipso, on hésite encore : «D’un point de vue juridique, les détails de cette réforme ne sont pas encore connus, constate Jean-Charles Denis. Il est donc encore trop tôt pour se prononcer». De ce que l’on en sait déjà, il y aura bel et bien deux marchés : celui de la vente de produits phytopharmaceutiques et celui du conseil. Problème, analyse-t-on chez Calipso, la frontière entre les deux ne serait pas encore complètement intégrée par un grand nombre d’agriculteurs : «Les agriculteurs ne voient pas forcément leur coopérative comme un fournisseur de conseil alors que c’est quelque chose que nous faisons depuis de nombreuses années», explique M. Denis. D’autre part, dans un marché du conseil déjà bien fourni, le pari de s’y imposer pour une entreprise comme Calispo semble osé. «La vraie question que l’on doit se poser, c’est de savoir où nous serons le plus utile pour nos adhérents», considère Jean-Charles Denis. Une fois que cela a été dit, la réponse apparaît plus évidente : «Je pense que notre rôle est plutôt d’être un intermédiaire entre nos adhérents et le marché», esquisse le directeur de Calipso. Quant au rôle du technico-commercial, pas de changement radical n’est en vue : «le métier de technico-commercial est en mouvement, mais nos conseillers ont des missions larges. Ils vendent un certain nombre de produits, conseillent sur leur utilisation, mais ils sont aussi l’interface entre la coopérative et les adhérents. Et c’est un rôle auquel nous tenons».
Concluant ses propos par des remerciements appuyés à l’ensemble des salariés de la coopérative, Olivier Faict a voulu se montrer lui aussi rassurant, et garant de l’indépendance de la coopérative ; ce qui lui impose des changements : «Avec les phytos, nous sommes contraints tous les jours et cela nous obligera encore à évoluer. Notre coopérative se doit d’accompagner les agriculteurs vers l’agroécologie et nous nous appuierons pour cela sur nos conseillers. Nous ne devons pas laisser nos adhérents orphelins sur la partie agronomique».
Plus largement, c’est le rôle même de la coopérative qui pourrait être amené à évoluer dans les années à venir : «On le voit un peu partout, l’élevage diminue, les surfaces légumières augmentent. Peut être faudra-t-il que notre coopérative propose des contrats dans ce type de productions à nos adhérents ?», interroge M. Faict. Cette orientation, si elle venait à se concrétiser, n’est pas sans rappeler la pratique d’autres entreprises coopératives samariennes. Pour Olivier Faict, le débat mérite en tous cas d’être posé : «Ce sont des sujets que nous aurons l’occasion d’avoir au sein de notre conseil d’administration», a-t-il conclu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde