Aller au contenu principal

La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne

Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne betteravière. «Une décision injuste», scandent les éleveurs, «une meilleure équité pour nos coopérateurs», rétorque
la coopérative. 

Tereos veut «rétablir une préférence envers nos coopérateurs» pour la répartition de ses pulpes, très utilisées dans les rations des bovins lait comme viande.

«Le conseil de surveillance de Tereos constate une forte pression sur le marché de la pulpe surpressée (…) Tereos s’engage donc sur un tonnage équivalent à 60 % du tonnage de pulpes surpressées livrées au cours de la campagne betteravière 2020-2021.» Pour Jean-Michel Dochy, éleveur bovin à Montmarquet (Lafresguimont-Saint-Martin), comme pour tous les éleveurs non coopérateurs de Tereos, le courrier reçu en juin a été un choc. «On ne fait plus rien pour l’élevage. Plus ça va, pire c’est», regrette-t-il. 

L’exploitation produisait des betteraves pour la coopérative sucrière jusqu’à la fermeture de la sucrerie d’Abbeville, en 2007. «On m’a fait comprendre que j’étais à 100 km de Boiry, et que je n’étais plus très intéressant. J’ai tout de même continué d’acheter des pulpes pour mon troupeau d’allaitantes.» Pour ses 150 mères blondes d’Aquitaine, ainsi que la suite engraissée, l’exploitation consomme 1 300 t de pulpes surpressées par an. «L’année dernière, par solidarité, je n’en ai commandé que 1 200 t. Aujourd’hui, ce pourcentage est calculé sur cette base. Il me manque donc 580 t», regrette-t-il. En plus de la quantité, il y a aussi l’histoire du prix. Pendant dix ans, l’éleveur a bénéficié des tarifs des planteurs, à 5,37 €/t pour le transport. En 2017, cet accord est arrivé à son terme, et le prix du transport est grimpé à 11,90 €/t, pour des pulpes à 22 €/t. Aujourd’hui, le prix a été annoncé entre 24 et 28 €/t, et sera vraisemblablement de 28 €/t pour les non coopérateurs. 

 

Un droit à restitution 

Pour les coopérateurs, assurés d’être livrés 100 % de leurs volumes commandés historiquement, la grille de prix est différente. «Nous avons décidé de mettre en place un droit à restitution des pulpes pour les coopérateurs, qu’ils soient éleveurs ou méthaniseurs. Il équivaut à 18 t de pulpes surpressées à 25 % de MS ou 5 t de pulpes déshydratées pour 100 t à 16° de betteraves livrées», présente Émilien Rose, éleveur à Houplin-Ancoisne (59), administrateur en charge des coproduits. Le prix (17,50 €/t de pulpes surpressées) a été calculé en fonction du prix panier moyen (19,50 €/t) - 2 €/t, déterminé sur la base du prix du blé, du maïs et des pulpes déshydratées. Le coopérateur peut commander un tonnage de pulpes supérieur à son droit à restitution. Le prix est alors ajusté en trois paliers, selon le volume commandé. Le troisième palier, au-delà de trois fois le droit à restitution, sera compris entre 21 et 24 €/t. «Nous ne voulions qu’aucun coopérateur ne paie plus que 30 /t, transport compris», justifie Émilien Rose. 

Une répartition elle aussi critiquée par la plupart des éleveurs coopérateurs. «Le principe n’est pas mauvais, mais ce droit à restitution est trop faible, estime Jean-Michel Régnier, éleveur à Gentelles. Je cultive une dizaine d’hectares de betteraves et j’ai besoin de 3 000 t de pulpes par an pour mon atelier d’engraissement. J’ai à peine droit à 300 t aux prix des premier et deuxième paliers. Ça fait très cher.»

 

«Rétablir la préférence coopérateur»

Ce choix a pourtant été fait «pour rétablir une préférence envers nos coopérateurs», justifie  Émilien Rose. «L’année dernière, nous avons voulu satisfaire tout le monde, mais la jaunisse est passée par là et les volumes ont été inférieurs à ce qu’on espérait. On a dû réduire de 5 à 10 % l’ensemble des commandes en pleine campagne. Nous ne voulions pas revivre une pareille situation.» Quand à la livraison des négociants en nutrition animale, pour la plupart français, mais dont quelques belges ? «Eux ont vu leurs volumes réduits de trois quarts. Nous ne pouvons cependant pas nous en passer totalement, car lors de pics de travail en plaine, ce sont les seuls qui viennent nous débarrasser de nos pulpes.» 

L’administrateur se veut rassurant envers les non-coopérateurs. «Les 40 % de volume manquant par rapport à l’année dernière pourront être livrés si la récolte est suffisante. Le calcul a été fait d’après une hypothèse de rendement inférieure à la moyenne olympique. Il ne faut pas faire de plan sur la comète, mais les parcelles de betteraves sont plutôt prometteuses pour l’instant.» 

De son côté, Jean-Michel Dochy anticipe un éventuel manque. «J’ai acheté un camion d’Amyplus pour compenser cette année. J’ai aussi emblavé 11 ha de luzerne, ray-grass et trèfle pour produire du fourrage. Des cultures adaptées à mes terres blanches», présente l’éleveur. Avec ce système, la surface de céréales a diminué, donc le volume de paille aussi. «On tourne en rond !» L’éleveur n’écarte pas l’hypothèse de planter à nouveau des betteraves et de rejoindre la coopérative en 2022 pour bénéficier des préférences coopérateurs. «L’un des buts de la réforme est bien de motiver les agriculteurs à produire de la betterave», avoue Émilien Rose. 

 

La FDSEA80 fait un état des lieux des volumes manquants de pulpes déshydratées et surpressées, chez les éleveurs non-planteurs. Répondez au questionnaire en ligne sur www.fdsea80.fr, sur la page Facebook et Twitter FDSEA80 ainsi que sur la Lettre hebdomadaire qui vous parviendra samedi matin sur votre boite mail. 

Contact : Julie Potel, animatrice syndicale, 03 22 53 30 65.

 

 

Chez Cristal Union, deux ans sans changement 

Qu’en est-il chez les autres groupes sucriers de la Somme quant à la répartition des pulpes ? Chez Cristal Union, «rien ne bougera pendant les deux prochaines campagnes», assure Vincent Caille, directeur betteravier de la sucrerie de Sainte-Émilie. Les coopérateurs comme les non coopérateurs devraient recevoir la totalité des volumes de pulpes commandés. La coopérative est, en effet, engagée via un accord de transition signé lors du rachat de la Sica Pulpe haute Picardie (PHP) en 2017. L’équilibre pourrait ensuite bouger, notamment avec la mise en service de la nouvelle unité de séchage de pulpes en septembre 2023, qui devrait transformer davantage de pulpes déshydratées, au détriment des pulpes surpressées. «Nos coopérateurs, planteurs ou méthaniseurs, seront privilégiés.»
Quant aux prix, les coopérateurs bénéficient d’un tarif tranche 1, calculé sur le volume de betteraves livrées. Le tarif tranche 2 est appliqué aux volumes de pulpes supplémentaires et aux non coopérateurs. Ces prix subissent une augmentation de l’ordre de 3 à 4 %. «Avec 80 % de planteurs non utilisateurs de pulpes, nous faisons le choix de tout mettre en œuvre pour un prix de betteraves le plus rémunérateur possible», justifie Vincent Caille.

Nous ne sommes pas parvenus à échanger avec Saint Louis Sucre sur le sujet. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde