Aller au contenu principal

La paille, un vrai fourrage

Dans une région où de nombreuses ressources fourragères sont disponibles, la place de la paille dans le rationnement des bovins viande est souvent négligée. Sa place en tant que fourrage ne doit pas être négligée même si, cette année, elle risque de manquer.

Les efforts génétiques réalisés ces trente dernières années ont modifié la corpulence des animaux. Nous gagnons environ 3 kg de carcasse par an à l’abattage des vaches allaitantes. En 2004, le tableau de bord envoyé chaque fin d’année a donné en race charolaise 388 kg par carcasse pour 438 kg
aujourd’hui, et en race blonde 421 kg pour 489 kg. Mais les troupeaux à 500 kg de carcasse sont maintenant nombreux, et les vaches d’une tonne lors de leur départ à l’abattoir ne sont plus des exceptions. Tout est donc proportionnel et le volume de la panse de ces animaux oscille entre 100 et 300 litres selon la littérature sur le sujet, le stade physiologique et le type d’alimentation.

 

Une panse à combler

Boire de la bière fait gonfler dit-on…à condition d’en abuser… Pour le bovin, c’est pareil ! Le volume stomacal s’adapte au type de rationnement. Tous les cavaliers le savent : un cheval mis au pâturage attrape de la panse. Quand j’entends dire que la blonde (d’Aquitaine) est «faite» pour des rations à faible volume (ration sèche), je ne suis pas d’accord. C’est un argument commercial puisque des taurillons blonds nourris au maïs et à la pulpe n’ont pas besoin de plus de concentrés que leurs homologues charolais. Ils s’adaptent en faisant plus de panse, mais cela se fait au détriment du rendement carcasse.

1,3 kg de paille remplace 1 kg de maïs ensilage (UF)

Cette panse, qui est de plus en plus volumineuse, doit être remplie. Le foin est, pour cela, un bon moyen. Mais il est de plus en plus rare chez nous. La pulpe surpressée et le maïs ensilage sont riches et il faut donc les rationner pour éviter de suralimenter des vaches allaitantes qui ont de faibles besoins pour produire leurs dix à quinze litres de lait. C’est là que la paille rentre donc en scène pour remplir l’estomac et permettre un état de satiété. De quoi faire une bonne sieste après le repas, au lieu d’aller «embêter» les copines. Une fois que le rumen est bien rempli, c’est le principe du vase communiquant : plus la vache mange de la paille, plus on fait d’économie sur la distribution des autres fourrages plus coûteux. L’équivalent de
10 UF (unités fourragère) peut être apporté par 21 kg de maïs à 35 % de matière sèche ou par 27 kg de paille à 85 % de MS.

Le vase communiquant a toutefois ses limites, car la paille est pauvre en protéines et encombrante. Son coefficient d’encombrement est de 1,8 alors que le maïs ensilage et la pulpe sont à 1,1 et la betterave fourragère à 0,7. Mais des vaches de gros gabarit, en ration pulpe maïs, consomment jusqu’à 7 kg de paille par jour. Des génisses d’un an consomment jusqu’à 5 kg, lorsqu’elles y sont bien habituées. Si on peut constater que les animaux «ne mangent rien», c’est d’abord parce que la paille couvre déjà 50 % des besoins énergétiques.

 

Le problème 

de la distribution

Vient ensuite la question de la distribution de la paille… Des râteliers suspendus peuvent-ils faire l’affaire ? Pas complètement, puisqu’il faut avoir en tête que ce sont les vaches dominantes qui seront les premières à se servir. D’autre part, plus on se rapprochera du centre de la boule et plus cela sera compliqué. Tout cela ne favorise pas la consommation avec, en plus, une hauteur variable du fumier. L’une des solutions est de «cracher» avec la pailleuse dans le râtelier pour offrir de la paille en vrac, cela demande pas mal de temps et il est dommage de voir qu’une bonne partie finira dans le fumier… 

On peut donc opter pour un râtelier au sol. Sa limite est toutefois de faire prendre à la paille l’odeur du fumier, ce qui en diminue la consommation. Reste enfin la mélangeuse – et son coût de 45 000 € et le fuel pour son fonctionnement –, pour déchiqueter et mélanger. Mais vu le volume occasionné par la paille importante à mélanger, on met moins de paille qu’il ne faudrait.

La distribution à l’auge de la paille, comme on le fait pour le foin, pose néanmoins la question de l’enlèvement des refus, mais elle reste toutefois le meilleur moyen d’une consommation abondante. Autre problème, et il est de taille, la conception des nouveaux bâtiments ne prend pas souvent en compte la paille alimentaire. Cette question est pourtant à soulever et à solutionner dans chaque élevage. Sur un projet neuf, cela occasionne parfois un peu de dépenses supplémentaires et l’économique reprend le dessus. À tort.

 

On l’oublie, mais le bovin est un ruminant… 

La qualité du lait et la santé du troupeau sont en lien direct avec la qualité de l’alimentation. Des ruminants limités en fibres auront un lait plus gras, car on compense souvent en fourrage trop riche et les veaux en souffriront. Le troupeau sera aussi plus agité et sa santé plus défaillante. Beaucoup d’éleveurs se disent opposés au maïs ensilage pour des allaitantes et ils ont raison s’il n’est pas rationné. Pour des vaches en bon état avec des veaux, 2 heures après la distribution, l’auge doit être vide. En ce qui concerne les génisses, ce temps doit être de 30 minutes. La présence à volonté de paille fera le reste. Pour les taurillons, la consommation d’un kilo de paille par jour est capitale pour préserver la rumination. Celle-ci permet la salivation, et avec, la production de substance tampon. Mais cette salivation permet aussi de recycler le phosphore pour le rendre plus assimilable. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde