Aller au contenu principal

La paroisse de Rue renoue avec la célébration de Saint-Éloi

Patron des agriculteurs et de ceux qui travaillent les métaux, Saint-Éloi sera célébré le jeudi 1er décembre (18h) en l’église Saint-André de Vron. La célébration sera orchestrée par le père Jean-François Jecker qui nous en dit plus sur ce moment de partage. 

De mémoire d’habitants du canton de Rue, il y a bien quelques années qu’on ne fête plus la Saint-Éloi, patron de ceux qui travaillent les métaux et des agriculteurs, mais qu’à cela ne tienne, la messe en son honneur, qui sera célébrée le jeudi 1er décembre prochain, pourrait donner lieu à un nouveau départ. À l’origine de cette célébration, on retrouve le père Jean-François Jecker, curé de la paroisse de Saint-Esprit-en-Marquenterre (Rue), auparavant curé des paroisses d’Albert et de Bray-sur-Somme. L’idée d’organiser une messe de Saint-Éloi lui trotte dans la tête depuis qu’il est entré en fonction sur le littoral picard, en septembre 2021 : «Si l’on met Rue de côté, qui est une petite ville, dans le reste de la paroisse, ce ne sont que des communes rurales», estime l’abbé Jecker qui les cite une à une : Fort-Mahon, Quend, Saint-Quentin-en-Tourmont, Le Hamelet, Le Crotoy, Saint-Firmin-les-Crotoy, Favières à l’ouest, et Bernay-en-Ponthieu, Arry, Vercourt, Villers-sur-Authie, Régnière-Écluse, Vron et Nampont-Saint-Martin à l’est. 

Après avoir célébré une messe pour les pêcheurs – Jean-François Jecker a, par exemple, participé à la Fête de la mer au Crotoy en procédé à la bénédiction de bateaux le 14 août dernier –, puis pour les chasseurs, proposer un temps de prière et de communion dédié aux agriculteurs et à leurs familles s’est imposé : «Il est important de tenir compte des particularités des paroisses et de ceux qui y vivent. Ici, la pêche, la chasse, l’agriculture sont des marqueurs forts. Il est normal et important que l’Église aille à la rencontre de tous ceux qui pratiquent ces activités, pour vivre quelque chose ensemble.»

 

Prières, recueillement et convivialité

Mais qu’est-ce qui différencie une messe de Saint-Éloi d’une célébration «classique» ? La réponse du prêtre est simple : «C’est une messe comme on a l’habitude d’en faire mais on va l’agrémenter d’une prière universelle avec un champ lexical agricole.» Dans l’esprit du père Jean-François, la messe de Saint-Éloi répond à plusieurs aspirations : «La première chose est de rendre grâce au Seigneur pour tout ce qu’il nous donne. C’est ensuite un temps de prière pour les agriculteurs et leurs familles, ainsi qu’un temps de recueillement.» Enfin, bien au fait des difficultés rencontrées par le monde agricole et des défis à relever, le père Jean-François veut profiter de la célébration du 1er décembre pour «apporter un message de réconfort». «Cette profession qui souffre doit savoir que nous sommes là et que le Seigneur ne les abandonne pas des périodes qui peuvent paraître difficiles. Le Seigneur est là, dans les campagnes comme ailleurs, dans les moments de joie comme dans les moments de peine.» Passé le temps de la prière et du recueillement, la célébration sera suivie d’un temps plus convivial : «C’est aussi l’intérêt de ce genre de rencontres. C’est là qu’on échange, qu’on prend des nouvelles.» 

 

«On se prépare à vivre un beau moment»

Le choix de l’église Saint-André de Vron n’est, quant à lui, pas vraiment dû au hasard : «Déjà, note le curé de la paroisse de Rue, elle se situe en zone rurale…» Sa taille lui permet aussi d’accueillir un certain nombre de paroissiens et, enfin, peut-être faut-il chercher aussi du côté d’un passé pas si lointain.  «Il y a quelques années en arrière, le 1er samedi de janvier, il y avait une fête de Saint-Éloi à Vron qui rassemblait jusqu’à 300 personnes», se souvient ainsi Annie Carlier, présidente des anciens exploitants agricoles du canton de Rue. «C’est un rendez-vous qui était très attendu…» 

Chacun s’accorde à dire que la pandémie de Covid-19 a bouleversé les habitudes, y compris dans les occasions de se rencontrer. «Pendant deux ans, nous n’avons pas tenu de réunions, poursuit Mme Carlier. On reprend progressivement le rythme et l’on se rend bien compte que ceux qui y participent sont contents d’être là.» En ce qui concerne la célébration du 1er décembre prochain, chaque partie prenante s’attend à ce que le monde soit au rendez-vous et s’organise : «On ne doute pas que ce sera un beau moment», assure le père Jean-François Jecker.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde