Aller au contenu principal

La pluie a abîmé les linières

Les parcelles de lin ont été parfois fortement touchées par de violentes averses. Quelles conséquences ?

Les parcelles les plus tourbillonnées auront du mal à se relever.
Les parcelles les plus tourbillonnées auront du mal à se relever.
© AAP

Vendredi 27 juin, dans la zone Vimeu-Ponthieu, une pluie intense a fortement abîmé les linières du secteur de la Calira. 20 à 30 mm en moins de 2 heures ont couché les lins, et cette culture dont le potentiel était exceptionnel cette année a fort souffert, du moins visiblement. «50 à 60% des parcelles sont touchées à des degrés différents», commente Vincent Delaporte, directeur de la Calira. Dans la zone à proximité immédiate de l’usine, les dégâts sont spectaculaires. Au lendemain de la pluie, les parcelles étaient totalement versées, comme roulées.

Des dégâts qui ont évolué
Au stade où les dégâts sont arrivés, il n’y a pas grand-chose à faire hormis attendre. Ce ne sont probablement ni le poids de paille, ni le potentiel de richesse qui risquent d’être immédiatement altérés. «Par contre, on peut d’ores et déjà s’attendre à ce que la qualité de la fibre soit un peu altérée, et que l’on ait des lots à commercialiser un peu moins beaux», poursuit Vincent Delaporte. Toutefois, le marché est porteur pour toutes les qualités et on pourra trouver encore de bons créneaux.
Les jours actuels sont toutefois cruciaux : il n’y a pas eu de vent, et les parcelles sont couchées sans forcément être tourbillonnées. Avec un temps séchant, elles peuvent encore un peu se redresser. «Si le lin se redresse un peu et se décolle du sol, alors il peut mûrir correctement. A l’inverse, s’il reste plaqué au sol, dans une humidité permanente, alors la richesse risque de se dégrader», précise Vincent Delaporte. Le fait que les régulateurs type Toprex ou le fongicide type Joao se soient généralisés est un avantage : d’un côté, les chances de redressement sont accrues, de l’autre, la protection fongicide accroît les résistances aux maladies en conditions difficiles.

Faut-il déclarer un sinistre ?
Bon nombre de parcelles de lin sont couvertes par une assurance multirisque climatique. L’excès d'eau fait partie des risques couverts.
Les dégâts justifient-ils une déclaration ? «A l’heure actuelle, le côté à coup sûr handicapant, c’est celui des difficultés mécaniques de récolte, de l’arrachage jusqu’au liage selon la complication», commente Vincent Delaporte. «Pour le potentiel de rendement net de la culture, le seuil de déclenchement n’est pas acté à l’heure actuelle, mais on peut au moins prendre des photos et informer son assureur». C’est le genre de phénomène qui peut être la première étape dans une perte globale de rendement. Mais les prochains jours permettront d’y voir plus clair, et ce ne sera que plus tard, dans la phase de rouissage, qu’on pourra avoir une idée plus fine du niveau de perte technique réelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde