Aller au contenu principal

Bien-être animal
La qualité de l’eau doit couler de source

L’abreuvement des bovins paraît tellement évident que peu d’éleveurs s’en soucient. Une eau de qualité est pourtant déterminante pour la production. Éva, conseillère indépendante, répond aux questions sur le sujet.

L’accès à une eau de qualité parait tellement évident que peu d’éleveurs s’en soucient. 
L’accès à une eau de qualité parait tellement évident que peu d’éleveurs s’en soucient. 
© Pixabay

Pourquoi la qualité de l’eau est-elle un sujet à aborder en élevage bovin ? 

C’est un réel enjeu de santé animale. Le sujet parait tellement évident que peu d’éleveurs s’en soucient. Quand un problème survient en élevage, le facteur de l’alimentation est souvent mis en avant. Or, l’eau est un constituant de la ration, parfois même ajoutée dans la mélangeuse. En élevage laitier, par exemple, le manque d’eau peut induire une baisse de la production de lait, et un problème de qualité peut amener à des problèmes de qualité de lait. La santé peut même être mise à mal, avec l’apparition de mammites, de diarrhées, de troubles digestifs… On estime qu’un ruminant a besoin de 40 à 100 litres d’eau par UGB et par jour. Ce besoin varie selon la température extérieure, le niveau de production de la vache et la constitution de la ration. Aussi, on peut tabler sur 4 l d’eau/kg de lait produit, et 4 l d’eau/kg de matière sèche ingérée. 

 

Qu’est-ce qu’une eau de qualité ? 

On pense à tort que si l’eau n’était pas bonne, les vaches ne la boiraient pas. La charte des bonnes pratiques d’élevage est très large sur le sujet. Il suffit d’une eau claire et sans odeur. C’est cependant un bon début. Pour cela, elle doit être régulièrement renouvelée, et 70 % des élevages n’y répondent pas. Un test très simple peut être réalisé pour s’en rendre compte : remplir un gobelet en plastique blanc depuis l’abreuvoir, et se demander si nous le boirions nous-même. La réponse est souvent non. Des petites astuces peuvent être mises en place, comme accrocher une brosse à l’abreuvoir pour le nettoyer quotidiennement. C’est une routine à installer.

 

Comment la vérifier ?

Pour s’assurer de sa qualité, une analyse biologique de l’eau est à effectuer au moins une fois par an s’il s’agit d’eau du réseau, et au moins deux fois par an pour une eau de forage, de pluie, ou retraitée. Encore faut-il savoir lire cette analyse. En priorité, il faut vérifier : le pH (qui doit être compris entre 6,5 et 8,5), le carbone organique (le résultat attendu est inférieur à 2 mg/l, sinon cela signifie qu’il y a un risque de prolifération de micro-organismes indésirables), la bactériologie (les bactéries sont recherchées car elles expriment une contamination par les bouses), et le bilan ionique et minéral. La concentration en nitrites élevée entraîne une baisse de l’oxygénation du sang. Le résultat attendu est inférieur à 0,5 mg/l. L’analyse de la concentration en nitrates est complémentaire. Le résultat attendu est inférieur à 50 mg/l.

 

Quels sont vos conseils dans le choix des points d’abreuvement ? 

Les normes de bien-être animal sont d’un abreuvoir pour dix vaches. Rares sont les élevages qui y répondent ! Pourtant, la multiplication des points d’eau permet leur accès aux vaches dominées. Pour cette même raison, mieux vaut ne pas les installer dans des aires de circulation. En pâture, éviter les chemins, déjà très piétinés et étroits. Il faut aussi penser à adapter l’accès à l’eau aux animaux. Les abreuvoirs des génisses, par exemple, sont souvent trop hauts pour elles.  

 

L’eau est aussi conductrice d’ondes. Pourquoi ce constat est-il indispensable à prendre en compte en élevage ? 

Effectivement, le corps est constitué à majorité d’eau, et les cellules des ruminants étant particulièrement sensibles aux ondes électromagnétiques, il faut donc faire attention aux interférences dans l’environnement. Il suffit d’un mauvais branchement de terre pour qu’un courant passe. Les vaches se mettent alors à laper l’eau plutôt que de l’aspirer. Même un poste de radio mal branché suffit pour qu’une vache refuse d’entrer en salle de traite. La venue d’un géobiologue pour repérer les failles peut être pertinent. 

 

Contact : https://conseilenagriculture.frbonjour@conseilenagriculture.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde