Aller au contenu principal

La race Aubrac mise à l'honneur par Bovins croissance

La journée Bovins croissance s'est déroulée chez Philippe Fourdrin, à Woignarue, à la tête d'un élevage de quarante-cinq vaches Aubrac d'une grande qualité.

© AAP


Pourquoi avoir choisi la race Aubrac ?

J'étais en race Blanc bleu et passionné par cette race exceptionnelle aux formes généreuses, mais exigeante pour son suivi. Après mon infarctus, j'ai préféré m'orienter vers une race plus facile à vivre. C'est lors d'un déplacement et d'une rencontre dans un élevage que j'ai flashé sur la race Aubrac. Je voulais aussi me distinguer de ce qui se faisait dans la région. Au final, c'est une race rustique qui correspond à mes attentes : vêlage facile, peu de frais sanitaires et facile à entretenir, tout en ayant la faculté de prendre de la viande en engraissement dans son épaisseur.

Au niveau génétique quelle est votre démarche ?
Dans ma carrière, j'ai toujours apporté beaucoup d'importance à la conduite génétique de mon troupeau. D'où mon adhésion à Bovins croissance et à l'Upra de la race Aubrac pour avoir des informations, des conseils et des repères. Il n'y a pas plus de temps à passer pour élever des bonnes vaches plutôt que des mauvaises. C'est bien plus passionnant, et il y a toujours un plus économique.
Je recherche surtout des vêlages faciles pour éviter de se lever la nuit. Je veux des veaux avec de la viande, dociles, et, pour le lait, la race n'en manque pas. Avec une vache vendue à 400 kg carcasse, cela me va bien. L'objectif n'est pas de faire du Blond avec de l'Aubrac. Chaque année, je suis aussi sollicité par l'Upra Aubrac pour placer un mâle issu de mes meilleures vaches pour rentrer en station de sélection.

Vous avez beaucoup oeuvré pour les éleveurs du département en ayant été président de la section bovine de la FDSEA, ce qui vous a amené à représenter le département à la FNB. Mais vous avez aussi pris la présidence de l'association des éleveurs. Vous allez prendre votre retraite, avez-vous des confidences à nous faire ?
D'abord, je suis heureux de passer le flambeau à des jeunes qui vont continuer à développer le troupeau Aubrac. Ensuite, oui, mes engagements professionnels m'ont pris du temps, dont la traversée du cataclysme de la «vache folle» avec son cortège de réunions de crise... Ces responsabilités m'ont donné l'occasion de faire beaucoup de rencontres très enrichissantes sur le plan personnel.
J'ai aussi dû travailler avec l'administration, et je reconnais que cela a souvent été fructueux pour «dépatouiller» certains dossiers. J'ai aussi pris du recul en voyant certaines régions françaises, où les conditions de vie sont plus difficiles que chez nous. Ce n'est pas pour autant qu'il faut tout accepter et ne pas défendre notre situation.
Ici, les éleveurs se soudent les coudes quand cela va très mal puis, après la période de mobilisation, tout retombe, et alors cela devient compliqué...
La disparition des abattoirs, le retournement des prairies, ce n'est pas très bon pour l'élevage du département mais, au final, le problème de fond, c'est le revenu de l'élevage qui ne va pas.

L'élevage de la SCEA

- 63 ha de prairies, dont une partie humide
- 45 vêlages sur trois mois (novembre, décembre et janvier)
- 30 % de renouvellement
- IVV : 368 jours, un vêlage difficile (torsion de matrice)
- Poids carcasse des réformes : 395 kg
- 24 broutards vendus à 330 kg à 7,7 mois


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde