Aller au contenu principal

La récolte 2021 a mis les nerfs à rude épreuve

Au moins six semaines de récolte entre les gouttes, des rendements décevants, des PS et taux d’humidité problématiques… La moisson 2021 a agacé tout le monde. Un gros travail du grain et de négociation est désormais nécessaire. 

Après un bon début de moisson fin juillet, la pluie est venue gâcher la fête. La récolte très prometteuse s’avère finalement décevante.
© A. P.

Une petite parcelle de blé gris par ici. Une autre de colza pleine de liseron… En ce début du mois de septembre, les quelques pièces qui restent à récolter dans la Somme sont les témoins d’une moisson usante. La météo capricieuse, qui a forcé les moissonneuses à sortir en pointillés, a agacé tout le monde. «Au printemps, on s’attendait à une très bonne récolte, à hauteur de 90 voire 95 qx/ha pour le blé. La moyenne de la coopérative atteint tout juste 80 quintaux dans le Vimeu-Ponthieu et 83 qx/ha dans le Sud et l’Est du département. Surtout, le PS (poids spécifique) et le taux d’humidité sont mauvais», analyse Philippe Florentin, DGA et directeur de la commercialisation des céréales chez Noriap.
C’est «la douche froide par rapport au potentiel», ajoute Jean-François Florin, directeur de la coopérative Sana Terra, basée principalement dans le Santerre. Elle compte 86 qx/ha de blé en moyenne, «mais cette moyenne ne veut rien dire, tellement l’hétérogénéité est forte». À l’Ouest de la Somme, le résultat n’est pas plus glorieux pour la coopérative Calipso. «80 qx/ha de moyenne, avec un PS à 72 kg/hl», regrette Antoine Dennetière, directeur d’exploitation. Aux établissements Charpentier, dans le Doulennais, secteur le plus tardif de la Somme, - 25 qx/ha sont même à déplorer par rapport à l’année dernière (90 à 95 qx/ha à l’époque). «Nos terres profondes qui résistent bien à la sécheresse ont trinqué cette année. Le PS, parfois descendu à 69 kg/hl, est le résultat de grains qui n’en peuvent plus d’avoir été usés par l’eau», se désole Jean-Jaques Charpentier. 

Gros travail du grain

Pour valoriser tout cela au mieux, «un gros travail du grain est à réaliser», assure Jean-François Florin. «Chez nous, au moins trois semaines de séchage seront indispensables pour les milliers de tonnes de grain trop humide», ajoute Jean-Jaques Charpentier. Le triage sera aussi souvent de mise, avec le souci de réduire les déchets au maximum. Le temps de chute de hagberg, néanmoins, ne peut pas être amélioré.
Même si les coopératives et négoces du secteur sont bien équipés pour cela, personne ne pourra faire de miracle. «Cette année est particulière. Nous ne disposons pas de hauts PS pour relever les bas PS», note Philippe Florentin, chez Noriap. Ce PS, qui n’est autre que la manière dont les grains se rangent dans un volume, est pourtant un critère essentiel pour les industriels, puisqu’il traduit le rendement usine. «Il faudra être inventif et persuasif pour mettre en place des accords avec nos clients. L’enjeu est d’arriver à transformer la collecte qui ne répond pas à la demande actuelle en une matière qui pourra les satisfaire.»

Une qualité meunière pénalisée

S’il s’avérait qu’une partie plus importante que prévue de la récolte était déclassée des filières de meunerie vers le fourrager, la décote serait certaine. «Du blé fourrager se vend forcément moins cher que du blé meunier. En plus de cela, les principaux acheteurs de blé fourrager à l’export sont les destinations lointaines, comme l’Asie du sud est. Or, la cotation du fret est en hausse.» Tous veulent cependant rester optimistes. «Notre chance, c’est que la qualité meu-nière a été pénalisée partout en France et dans le monde», relève Philippe Florentin.

Colza : la bonne surprise

Si la récolte de blé est décevante, quelques productions redonnent un peu de baume au cœur des agriculteurs. Chez Sana Terra, par exemple, on se réjouit du colza qui a créé la bonne surprise. «On n’aurait pas mis une pièce dessus, mais finalement, le résultat n’est pas si mal», lâche Jean-François Florin, le directeur. Le rendement est autour de 40 qx/ha, et les prix s’avèrent rémunérateurs pour les agriculteurs. «Ces bonnes nouvelles se ressentent sur les semis de cette année. 20 % de surface en plus est emblavée chez nous.» Les conditions de semis, pour une fois, sont bonnes. «Ne reste que la pression sanitaire à gérer.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde