Aller au contenu principal

La reconversion est dans le mouton

Ancienne cadre dans la santé publique, Aurélie Dorado s’est lancée dans l’élevage de moutons de race boulonnaise et propose des prestations d’écopâturage en baladant sa troupe entre la Somme et l’Oise. 

En développant l’écopâturage avec le mouton boulonnais, Aurélie Dorado explique vouloir «contribuer à la sauvegarde de la race autrement que par la viande».
© V. F.

Il y encore quelques mois, Aurélie Dorado était salariée de la CPAM de l’Oise et manageait une équipe d’une trentaine de personnes. Aujourd’hui, la trentenaire est à la tête d’une troupe de seize brebis qu’elle propose à la location pour pratiquer l’écopâturage dans les départements de l’Oise et de la Somme. Si elle «navigue» entre Milly-sur-Thérain au nord de Beauvais et Fontaine-sur-Somme, près d’Abbeville, c’est parce que son époux est paysagiste dans l’Oise et qu’elle envisage de reprendre prochainement l’activité de centre équestre de sa mère, dans la Somme. «J’ai toujours voulu travailler avec des animaux, poursuit la jeune femme. Ainsi, je peux associer le volet écopaturage au travail de paysagiste». Pour exercer ce nouveau métier, elle s’est formée auprès d’Alain Divo, un professionnel reconnu qui a fondé une entreprise d’écopaysage en 1991 en région parisienne et propose (entre autres) des stages pour comprendre la pratique de l’écopâturage. 

2 000 m2 minimum
Pour constituer sa troupe, Aurélie Dorado s’est rapprochée de l’association Mouton boulonnais. «Le mouton de race boulonnais est gros si on le compare à d’autres races, mais il reste vif, facile à manipuler et il est robuste, donc parfaitement adapté pour l’écopaturage», explique l’éleveuse pour justifier son choix. Avant d’ajouter :
«Je voulais aussi contribuer à la sauvegarde d’une race menacée autrement que par la viande». Ses huit premiers animaux ont été rapidement rejoint par d’autres pour faire face à l’afflux de demandes : «Les débuts sont intéressants. Si cela continue, je vais encore devoir agrandir mon troupeau». La prestation d’écopâturage peut s’adresser «à tout le monde, ou presque» ; autrement dit, particuliers, entreprises ou collectivités. La condition ? «Disposer d’un terrain suffisamment grand et d’un abri, même naturel». 
La surface minimum requise pour l’accueil de deux pensionnaires
– le mouton est grégaire et n’aime pas la solitude – est de 2 000 m2. Un hectare de friche peut ainsi accueillir entre sept et huit moutons. «Il suffit d’adapter le chargement à la surface, après un diagnostic. Le mouton entretient bien les terrains difficiles d’accès et permet de contenir une végétation envahissante», détaille Mme Dorado. Sur le plan écologique, elle constate également un enrichissement floristique et faunistique du milieu lié à la présence d’ovins quand le chargement est limité. 

Tondeuses écologiques
Lorsqu’elle signe un contrat de mise à disposition de ses «tondeuses écologiques» avec un client, l’éleveuse garde la responsabilité des animaux. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’un contrat passé avec une entreprise ou une collectivité, une personne référente est nommée pour suivre le quotidien du troupeau. La prochaine étape de son projet professionnel est de pouvoir proposer des journées thématiques autour de l’écopâturage : «J’aimerai organiser une sorte d’éco-animation autour de cette pratique, détaille Aurélie Dorado. Mais il faut encore que je me fasse la main et que le contexte sanitaire s’améliore…»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde