Aller au contenu principal

La Région soutient le contrat de filière ovine Hauts-de-France

Les élus régionaux ont approuvé fin septembre un dispositif d’aide à la mise en œuvre du contrat de filière ovine Hauts-de-France en lien avec plusieurs organisations professionnelles.

Le contrat vise à enrayer la diminution du cheptel régional de brebis.
Le contrat vise à enrayer la diminution du cheptel régional de brebis.
© D. R.



L’objectif du contrat de filière ovine Hauts-de-France est d’augmenter le nombre d’agneaux mis en marché de 10 % à l’horizon 2020. Pourra-t-il être atteint ? S’il est ambitieux et qu’il mobilise déjà un certain nombre d’acteurs de la filière ovine «bien présents sur l’ensemble du territoire», dixit le Conseil régional des Hauts-de-France, ce contrat vient de recevoir un coup de pouce significatif. Lors de la séance plénière du 25 septembre, la Région a en effet adopté une série de mesures financières destinées à accompagner sa mise en œuvre.
Piloté par la chambre régionale d’agriculture, avec le concours du GIE Lait viande Nord-Picardie, de l’Association ovine Nord-Picardie (AONP), et des Bergers du Nord-Est, ce contrat vise à enrayer la diminution du cheptel régional de brebis.
D’après la Région, celui-ci aurait en effet perdu 6 % de ses effectifs entre 2010 et 2014. Dans le même temps, le nombre d’éleveurs ovins aurait, quant à lui, diminué de 12 %. Du côté des professionnels de la filière, ces chiffres inquiètent d’autant que la production régionale ne suffit pas à l’approvisionnement de la consommation locale, en ne couvrant que 15 % des besoins.

Aide directe aux éleveurs et ingénierie
Le soutien du Conseil régional  consiste à verser aux parties prenantes une aide financière, sous forme de différentes subventions. D’après la délibération adoptée le 25 septembre dernier, il s’agit d’abord d’une subvention (81 000 €) au GIE Lait viande Nord-Picardie pour permettre le versement d’une aide directe à l’amélioration génétique des cheptels ovins des Hauts-de-France, puis d’une seconde aide de 4 175 € pour sa participation au contrat de filière ovine Hauts-de-France.
L’aide directe versée aux éleveurs devra contribuer à améliorer la performance des ateliers ovins régionaux sur le plan de la productivité et de la qualité bouchère «grâce à l’achat de reproducteurs génétiquement performants et l’utilisation d’inséminations artificielles de qualité».
Au cours de la même séance, il a été attribué une enveloppe de 2 900 € à l’AONP, une enveloppe de 10 535 € au bénéfice de l’association Bergers du Nord-Est et une subvention de 12 800 € à la chambre régionale d’agriculture pour l’animation du contrat régional de filière ovine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde