Aller au contenu principal

La région veut attirer l’industrie de la biomasse

La deuxième édition des entretiens du pôle IAR s'est déroulée à Chantilly.

«L’intérêt de la région (Picardie) pour la biomasse est celui d’un défi, environnemental, social et économique. Notre objectif est bien de tirer le maximum de valeur ajoutée de notre ressource et cela tout au long de la filière, et dans le plus grand respect de sa production», a déclaré Anne Ferreira, vice-présidente de la région Picardie à la deuxième édition des Entretiens du pôle IAR, le 7 novembre à Chantilly.
Picardie et Champagne-Ardenne, les deux régions qui hébergent le pôle IAR, misent sur les agro-ressources comme moyen de créer des activités, si possible à valeur ajoutée. En complément des valorisations alimentaires historiques, «le développement de nouvelles utilisations de ces agro-ressources représente, pour les agriculteurs des deux régions, l’opportunité de diversifier leurs productions avec de nouveaux débouchés», souligne le pôle IAR. Et il affirme le modèle territorial de la bioraffinerie, c’est-à-dire proche des agriculteurs. «Nous n’imposons pas notre modèle de bioraffinerie au monde, mais le nôtre est celui de la proximité avec les producteurs et proche des territoires», a précisé Dominique Dutartre, président du pôle, devant des invités européens, américains, brésiliens, chinois et indiens.
Un autre message a été délivré, celui de la complémentarité des valorisations non alimentaires (pour la chimie, la plasturgie, les biomatériaux) et l’agroalimentaire. «Il n’est pas question pour nous que l’alimentaire et le non-alimentaire soient en concurrence alors qu’ils sont, et cela historiquement, complémentaires», a indiqué Anne Ferreira.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde