Aller au contenu principal

La relève des conducteurs de silo est (enfin) assurée

Les conducteurs de silo, magasiniers et gestionnaires de stock sont devenus rares. Pour répondre au besoin de main-d’œuvre qualifiée, une nouvelle formation en alternance a ouvert au Paraclet et à Tilloy-les-Mofflaines (62). Quatre alternants signaient leur contrat avec Noriap ce 16 septembre. Des places sont encore disponibles. 

Quatre alternants ont signé un contrat chez Noriap. Tous, non issus du milieu  agricole, ont trouvé leur voie grâce à un travail saisonnier à la moisson.
Quatre alternants ont signé un contrat chez Noriap. Tous, non issus du milieu agricole, ont trouvé leur voie grâce à un travail saisonnier à la moisson.
© A. P.

Réceptionner des céréales, veiller à la bonne conservation du grain, gérer un point d’approvisionnement en agrofournitures, répondre aux demandes des clients et adhérents… Les agents de collecte et d’approvisionnement sont des postes clés des organismes stockeurs. Mais ils deviennent une perle rare. «Nous avons des besoins réguliers dans les silos. Nous devons aussi anticiper une vingtaine de départs à la retraite sur ces postes. Mais le recrutement n’est pas simple car ce sont des missions bien spécifiques», confie Anne Lecup, responsable recrutement et gestion de carrière à la coopérative Noriap. 

«Le métier souffre d’une absence d’image. Le grand public ne sait pas trop à quoi correspond le poste, voire ignore son existence. La formation doit répondre à cela», ajoute Xavier Bortolin, directeur du CFPPA du Paraclet. Ce dernier et celui de Tilloy-les-Mofflaines (62) ouvrent donc conjointement une nouvelle formation CS ACA (Certificat de spécialisation agent de collecte et d’approvisionnement). Au programme : douze moins d’alternance, à raison de seize semaines en centre de formation et trente-six semaines en entreprise. Cette opportunité séduit, puisqu’une dizaine de candidats se sont manifestés. Quatre d’entre eux signaient leur contrat chez Noriap ce 16 septembre. 

Aucun n’est issu du milieu agricole, mais tous ont découvert leur appétence pour le milieu. «Nous avons travaillé en tant que saisonniers pour la première fois cet été, aux silos de Smermesnil (76) et de Formerie (60), et ça nous a plu. Faire les échantillonnages, le nettoyage, la manutention, gérer les stocks… C’est très varié. Surtout, on a adoré l’ambiance et la relation avec les adhérents», assurent Estéban et Miguel.  Plutôt que la licence de géographie qu’ils avaient prévu de suivre, voilà donc les deux frères nouveaux salariés de Noriap. Maximilien et Alexandre ont un profil similaire. Les deux étudiants, l’un en sport, l’autre en technique d’ingénieur, ont découvert le monde des céréales grâce à des jobs saisonniers. «On aime le travail au grand air et les missions assez larges. Chaque jour est différent.» 

 

Un contrat à la clé

À l’issue de cette année d’alternance, ils devraient se voir proposer un contrat – «CDD, voire CDI» – à la coopérative. «Le contenu de la formation permet aussi une montée en compétences et donc en statut dans l’entreprise. Une carrière de chef de silo peut-être envisagée par la suite», assure Roch Ducrocq, responsable de la formation. Celle-ci intègre notamment l’acquisition du Certiphyto Distri MVPP, la formation à la conduite d’un chariot téléscopique, le passage du brevet de Sauveteur secouriste du travail, le passage de l’habilitation électrique HOV BS BE Manœuvre, et la formation d’équipier de première intervention sur la sécurité incendie. 

Ne pensez pas que ces missions soient réservées aux hommes. «Trois femmes, dont une en reconversion professionnelle, font partie des effectifs. Le métier se féminise de plus en plus», constate Roch Ducrocq. Avis aux amateurs et amatrices, donc, puisque des postes restent à pourvoir, notamment dans des silos Noriap de Seine-Maritime et de Hautvillers-Ouville, près d’Abbeville. 

Contact : roch.ducrocq@educagri.fr

 

 

Conditions du CS ACA 

Le CS ACA (Certificat de spécialisation agent de collecte et d’approvisionnement) forme des futurs conducteurs de silo au sein d’une coopérative ou d’un négoce agricole. Trois conditions sont à remplir pour intégrer cette formation : être titulaire d’un BP, d’un bac pro du secteur agricole ou d’un BTSA, être titulaire d’un autre diplôme de niveau 4 ou d’un titre de niveau équivalent, pour les personnes ayant déjà occupé un emploi, au moins un an d’expérience dans le domaine de la conservation des grains ou trois ans dans un autre domaine professionnel. L’entrée en formation est possible de juillet à décembre. 
Il s’agit de contrat d’apprentissage ou de professionnalisation de douze mois. La rémunération suit les grilles suivantes : en contrat d’apprentissage, 43 % du Smic pour les 18-20 ans, et 53 % du Smic pour les 21-25 ans. En contrat de professionnalisation, 65 % du Smic pour les moins de 21 ans et 80 % du Smic pour les 21-25 ans. 100 % du Smic quel que soit le contrat pour les plus de vingt-six ans. Les évaluations, elles, sont réalisées via des épreuves en cours de formation qui s’appuient sur des mises en situation professionnelles et des études de cas avec entretien d’explicitation. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde