Aller au contenu principal

La Safer et la régulation du foncier

La Safer des Hauts-de-France (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), créée en 1960, génère de nombreuses frustrations chez les exploitants agricoles, mais aussi des satisfactions, et suscite ainsi un grand intérêt.

La Safer est un organisme essentiel à la régulation du marché foncier, objet de sa mission.
La Safer est un organisme essentiel à la régulation du marché foncier, objet de sa mission.
© Fanny Godart



Société anonyme sans but lucratif, la Safer travaille sous la tutelle des ministères de l’Agriculture et des finances. Pour l’année écoulée, on compte 1 800 dossiers de candidatures pour 395 attributions dans la région des Hauts-de-France. Le peu d’attributions par rapport au grand nombre de candidatures explique le fait que la Safer peut parfois être décriée dans les campagnes. A ce titre, Xavier Flinois, vice-président de la FDSEA et président du comité technique de la Safer pour la Somme, a souhaité organiser une réunion d’information sur son rôle, ses missions et son fonctionnement. L’occasion pour certains exploitants d’exprimer leur contentement par rapport au travail de la Safer sur le terrain, comme l’a évoqué Francis Mourier, exploitant agricole à Mailly-Raineval : «C’est un outil de régulation qui peut servir aux agriculteurs, comme la FDSEA qui peut nous servir dans le cadre divers et varié de nos activités. La safer n’est pas là pour préempter.» D’autre part, Edouard Brunet, président des Jeunes agriculteurs de la Somme, faisait part à l’assemblée de son étonnement quant aux prix des terres libres proposés par la Safer, défiant toute concurrence.

A cette remarque, Juliette Saillard, conseillère foncier à la Safer, rétorque aux propos la difficulté pour la Safer de veiller au maintien des prix agricoles tout en gardant un certain pragmatisme afin d’éviter de se trouver en dehors du marché. «Les décisions de la Safer étant encadrées par les deux commissaires, à savoir Agriculture et Finances, que ce soit pour les acquisitions amiables ou les préemptions au prix ou en révision de prix. Dans l’hypothèse d’une préemption en révision de prix, les services des domaines communiquent à la Safer la valeur à notifier au notaire».

trois questions à Juliette Saillard, conseillère foncier de la Safer, secteur Vimeu et Plateau-picard sud


Quelles études avez-vous faites pour devenir conseiller foncier à la Safer ?
J’ai commencé dans le domaine du notariat, par un BTS notariat pour rejoindre ensuite la faculté de droit afin de suivre un parcours en droit privé. A l’obtention de mon master 1 droit privé, j’ai décidé de me «spécialiser» en droit rural et j’ai ainsi rejoint le master 2 expertise foncière, à l’Ihedrea. J’ai d’ailleurs réalisé cette dernière année en alternance avec un contrat d’apprentissage à la Safer, cela fait désormais cinq ans.

Pouvez-vous nous décrire une journée «type» à la Safer ?
Nos bureaux à Boves ont l’avantage d’être faciles d’accès et au centre du département, j’ai donc la possibilité d’y être présente assez régulièrement. Une journée type se passe le matin au bureau : gestion des mails, du courrier et des appels. Ensuite, visite chez un cédant pour faire un point sur l’avancement de sa cession. L’après-midi est consacrée à aller voir ou revoir les propriétaires, et négocier avec eux la possibilité de nous suivre dans le projet de cession. Très souvent, nous faisons les rendez-vous avec les propriétaires à leur domicile, quant aux candidats, nous les recevons en grande majorité dans nos locaux.

Selon vous, quel est le rôle de la Safer dans l’agriculture samarienne ?
Notre rôle est d’analyser le territoire et les structures des exploitations agricoles afin de s’adapter au maximum aux problématiques soulevées. En effet, l’agriculture de la ferme Somme évolue vers des montages sociétaires qui ne doivent pas être considérés comme des freins pour la Safer, mais plutôt comme de nouvelles perspectives. En outre, la conjoncture agricole nous a également poussé à réfléchir sur nos outils pour accompagner les exploitants et les futurs installés. Nous accompagnons les fermiers qui ne peuvent acheter les terres lorsque les propriétaires vendent en leur proposant des apporteurs de capitaux qui achèteront avec le cahier des charges Safer, afin de les sécuriser. L’évolution de nos outils est constante, en 2018, une nouvelle convention a été signée avec le Crédit agricole Brie Picardie et les Jeunes agriculteurs.

Propos recueillis par Fanny Godart,
juriste à la FDSEA 80

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde