Aller au contenu principal

Horticulture
La Saint Valentin, une date clé pour la filière horticole

Depuis plusieurs semaines, la filière horticole prépare activement la Saint-Valentin qui représente l’un des temps forts de l’année. Dans un contexte économique difficile lié à la crise sanitaire, les professionnels espèrent que les clients seront au rendez-vous pour lancer le printemps.

La « fête des amoureux » représente 37 millions de dépenses en fleurs pour les Français.
© Pixabay

L’histoire d’amour entre la Saint-Valentin et les professionnels de la filière horticole est décidément solide. D’après la dernière étude Kantar en date, 1,54 million de foyers français ont effectué un achat de végétaux à cette occasion l’an dernier, contre 1,4 million en 2019 et 1,2 million en 2018. À elle seule, la « fête des amoureux » représente 37 millions de dépenses pour les Français. « La Saint-Valentin fait partie des fêtes majeures pour la profession, notamment ceux qui font de la fleur coupée. Au-delà de cet évènement, la Saint-Valentin est très importante car elle permet de lancer la saison du printemps », explique Véronique Brun, chargée de mission Auvergne-Rhône-Alpes à la Fédération nationale des producteurs de l’horticulture et des pépinières (FNPHP).

La rose compte pour 66 % des achats

Ayant engrangé plus de 52 % des sommes dépensées en 2019, les fleuristes ont été d’autant plus privilégiés en 2020 par les Français avec 68 % des sommes totales. En 2020, ils devancent la grande distribution, 16 % contre 20 % en 2019 et les jardineries, 7 % contre 14 % lors de l’exercice précédent. « En termes de chiffre d’affaires, la Saint-Valentin représente pour nous la deuxième fête de l’année après la fête des mères », confirme Amandine Garcia, à la tête de l’établissement Aux bouquets d’Amandine dans le 7e arrondissement de Lyon. Comme chaque année, la fleuriste lyonnaise prévoit de vendre majoritairement des bottes de fleurs, représentant 50 % des achats en 2020, et des bouquets longs. Symbolisant la passion amoureuse, la rose a compté pour 66 % des sommes dépensées l’an dernier et devrait cette année encore recueillir un important succès.

La crise sanitaire dans toutes les têtes

À quoi ressemblera cette Saint-Valentin 2021 ? La question trotte dans les têtes de tous les professionnels en cette période incertaine. « La plupart des fleuristes ont peur de commander autant de fleurs que les autres années. De mon côté, j’ai passé une petite commande et j’aviserai au dernier moment », confirme Amandine Garcia. Il faut dire qu’en 2020, la filière a beaucoup souffert des deux confinements et l’État a débloqué pour elle une enveloppe de soutien de 25 millions d’euros. Mais à l’approche de cette Saint-Valentin, Véronique Brun de le FNPHP se montre néanmoins optimiste : « Au cours de l’année, de nombreux Français ont redécouvert le plaisir d’acheter des fleurs pour soi ou pour ses proches. Contrairement au premier confinement qui avait été très brutal, nous sommes aujourd’hui mieux préparés à affronter d’éventuelles nouvelles mesures restrictives. Tous les outils sont là pour que cette Saint-Valentin 2021 se passe pour le mieux ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde