Aller au contenu principal

Environnement
La sécheresse toujours présente dans les nappes phréatiques

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a présenté le 11 août, les derniers relevés des nappes souterraines. Presque les trois-quarts des nappes restent sous la normale.

eau recharge nappes
© Pixabay

Le mois de juillet 2023 ressemble presque en tous points à celui de 2022. Au moins du point de vue de l’état des nappes souterraines. Car, il y a un an, la sécheresse et les chaleurs sévissaient. Cet été a été maussade voire pluvieux pour une grande partie du territoire. Au-delà du ressenti, les chiffres du BRGM parlent d’eux-mêmes : « 72 % des nappes sont en dessous des normales de saison et 20 % à un niveau très bas (19 % en juillet 2022 ndlr) » au 1er août. Un chiffre comparable à celui de juillet 2022 qui cependant cru de 4 % par rapport à juin 2023. « Nous sommes en période de vidange des nappes et les pluies de juillet n’ont eu quasiment aucun impact sur le rechargement des nappes », a indiqué Violaine Bault, hydrogéologue au BRGM. « Seules 3 % des nappes sont en hausse, 8 % sont stables et les autres sont déficitaires. Les tendances sont très proches de juillet 2022 », a-t-elle insisté.

Les seules zones à avoir bénéficié des pluies de juillet sont un quart Nord-Ouest de la France (Bretagne, et Pays-de-la-Loire notamment) et d’une partie du nord-est (Alsace). Elles bénéficient des nappes dites réactives, c’est-à-dire situées sous des zones de sable et de calcaires karstiques dans lesquelles les eaux de pluies s’infiltrent rapidement.

Incrustation saline

En revanche, les nappes inertielles suitées sous des zones de craie consolidées, c’est-à-dire très denses (Bassin parisien, Rhône, Saône, Artois, Sud-Alsace…) sont peu sensibles aux pluies « à moins qu’elles ne soient exceptionnelles comme en juin 2021 », a expliqué Violaine Bault. Entre le moment où la pluie tombe et le moment où elle rejoint la nappe, il peut s’écouler au moins trois mois. Plus encore, car en ces périodes estivales, la végétation est très gourmande en eau et la capte au passage.

Les pluies de juillet ont cependant été bénéfiques « car elles ont permis d’alléger la pression, c’est-à-dire de réduire les prélèvements au profit de l’irrigation et du tourisme ». Surtout, la France ne parvient plus à recharger ses nappes comme elle le faisait il y a encore quelques années pendant les périodes automnales.

Dans les vallées du Rhône et du Saône, les recharges sont déficitaires depuis quatre ou cinq ans. Dans le Bassin parisien et l’Artois, depuis au moins deux ans. Au bout du compte, les nappes inertielles se dégradent lentement pour atteindre, dans certains lieux, des situations préoccupantes. Les étiages se sont de plus en plus tardivement et le risque de voir des cours d’eau à sec en octobre est réel.

A cette sécheresse vient se greffer, sur les côtes, le risque d’incrustation saline, c’est-à-dire, l’intrusion d’eau de mer, donc salée, dans les eaux douces. Elle peut se révéler problématique et même désastreuse. L’eau salée peut, par un phénomène physique complexe, s’engouffrer jusqu’à plus d’un kilomètre dans les terres et par capillarité, contaminer les champs et les cultures. L’irrigation devient aussi impossible et « il est également compliqué de dessaler cette eau pour la consommation humaine », a expliqué l’hydrogéologue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde