Aller au contenu principal

La situation se tend pour le lin fibre

Sans un engagement des producteurs à limiter leurs surfaces d’emblavement et une reprise prochaine de l’activité des teillages françaises liée à la demande, la prochaine campagne de lin s’annonce compliquée.

Si la réduction des surfaces est un mal nécessaire pour la prochaine campagne, reste à savoir qui acceptera d’y participer alors que les semis ont déjà bien démarré.
Si la réduction des surfaces est un mal nécessaire pour la prochaine campagne, reste à savoir qui acceptera d’y participer alors que les semis ont déjà bien démarré.
© CELC

D’ordinaire discret, si ce n’est pour participer à l’effort de promotion du lin fibre, l’interprofession française du lin (Cipalin) s’est fendu d’une longue communication fin de semaine dernière en dressant un «état des lieux objectifs de sa filière suite aux effets du Covid-19». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il règne en son sein une certaine incertitude. Les raisons de ce sentiment ? Une transformation à l’arrêt depuis le 17 mars dernier, des capacités de transformation très fortement paralysée et des marchés en berne.

Le lin ne se vend plus
Sans qu’il s’agisse vraiment d’une surprise, l’ampleur de l’épidémie de coronavirus à travers le monde - elle a débuté en Chine et s’est depuis étendue à 176 autres pays - perturbe fortement la consommation mondiale de produits autres que ceux dits de «première nécessité». «Avec 177 pays et territoires touchés par la maladie et près de 50% de la population mondiale en confinement au 1er avril, les ventes des biens de consommation non prioritaires sont en chute drastique», rapporte le Cipalin. La vente en ligne, bien qu’elle profite à certaines activités, « ne compensera pas cette baisse », d’autant que le lin reste, toujours selon l’interprofession, «une fibre associée à la mode printemps/été dont les ventes se jouent entre mars et mai». Pile poil au moment où de potentiels consommateurs sont contraints de rester chez eux et sans garantie sur une levée prochaine des mesures de confinement.
Pour nombre d’entreprises de filatures, où qu’elles soient installées à travers le monde, le coup est dur : «90% des débouchés du lin sont dans le secteur textile, rappelle ainsi le Cipalin. Les filateurs, principaux clients des teilleurs, se trouvent en difficulté. Si les filateurs chinois ont repris une activité partielle, les filateurs indiens sont à l’arrêt suite aux mesures de confinement décrétées par les autorités et entrées en vigueur en date du 25 mars. En Europe, les filatures polonaises, lituaniennes et italiennes sont soit à l’arrêt soit en activité réduite».

Des entreprises de teillage à l’arrêt
Les conséquences sur l’activité des teillages français ne s’est pas non plus faite attendre et elles sont brutales : «Les 22 entreprises de teillage français ont progressivement suspendu leur activité de transformation entre le 17 et le 20 mars dernier afin de préserver avant tout la santé de leurs salariés», constatait le 2 avril le Cipalin. La veille, «dans les départements liniers (Seine-Maritime, Eure, Calvados, Somme, Oise, Aisne, Nord-Pas de Calais, Seine et Marne), aucun teillage n’avait repris ses activités», poursuit l’organisation interprofessionnelle.
Président de l’Union syndicale des rouisseurs-teilleurs de Lin de France (URSTL), Bertrand Decock conditionne désormais la réouverture des teillages français «aux signaux envoyés par nos clients». C’est grâce à cela, assure-t-il, «que nous pourrons programmer un redémarrage».

Une baisse des surfaces demandée
Du côté des producteurs, on s’attend d’ores et déjà à vivre une campagne particulière alors que les semis 2020 devraient être synonymes d’une hausse de plus de 15% des surfaces emblavées par rapport à 2019, selon le Cipalin. Et ainsi se monter à quelque 135 000 hectares. Alors que ces semis ont déjà bien démarré, l’interprofession consent que seuls quelques «ajustements» peuvent encore être réalisés «pour limiter cette forte croissance des emblavements». Comme l’AGPL l’avait recommandé quelques jours plus tôt, le Cipalin rappelle aux producteurs qui le souhaitent qu’ils ont possibilité de laisser leurs fourrières nues pour ensuite les semer avec d’autres espèces. Une fois semées, «ces fourrières pourraient alors être classées en surface d’intérêt écologique (SIE) et être éligibles aux primes PAC sous certaines conditions». L’inconnue reste de savoir qui parmi les producteurs, et dans quels bassins de production, suivra volontairement cette consigne. Président de l’AGPL, Bertrand Gomart ne nourrissait pas trop d’optimisme sur le sujet, le 2 avril dernier, en s’attendant à «un report de paille 2020 qui sera important». Et d’appeler «chaque liniculteur à s’engager solidairement dans le stockage de ses pailles de lin».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde