Aller au contenu principal

La tare collet à la hausse : les planteurs s’interrogent

Les arrachages sont terminés, le rendement s’achemine vers le 85 t/ha à 16.

© ASBS

Trop de pluie cette année à l’automne. Comme pour les autres travaux, les arrachages de betteraves se sont effectués dans des conditions difficiles en particulier sur la zone littorale. Ils sont à présent quasiment terminés dans la Somme.
Ces difficultés se traduisent dans le niveau de la tare terre en forte augmentation par rapport aux années précédentes : 14,6% en moyenne contre 10,4% en 2011 et 12,8% en 2010, sachant qu’un peu plus de 60% des betteraves sont déterrées dans la Somme (celles de Sainte Emile ne le sont pas du tout).
La surabondance de pluie explique également l’évolution de la richesse qui a faibli régulièrement depuis le début des arrachages alors que les poids de racines allaient en augmentant. Le niveau moyen de richesse se situe fin novembre à 18,5. Le rendement à 16 devrait atteindre au final les 85 tonnes/ha, voire 86 tonnes, ce qui reste inférieur à la moyenne des cinq ans.
C’est la sucrerie de Sainte Emilie qui doit normalement fermer la première, le 17 décembre prochain, les autres travaillant encore pendant une quinzaine de jours.

Le collet : un enjeu financier
L’un des faits marquants de cette campagne est la nette augmentation de la tare collet qui frisait les 10% fin novembre contre 9% en 2011 et 8,4% en 2010. Le sujet préoccupe les planteurs. Il a été évoqué lors du dernier conseil d’administration de l’Asbs (Association syndicale betteravière de la Somme) le 1er décembre. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette augmentation : le fait que les betteraves ont fait davantage de feuilles à la sortie de l’été, la pratique des agriculteurs qui avaient trop décolleté l’an dernier et qui seraient allés au-delà des conseils prodigués cette année, d’autant plus que les conditions d’arrachages étaient difficiles.
Mais les responsables de l’Asbs s’interrogent aussi sur le comportement des industriels à cet égard. Le sujet est récurrent. Mais «l’enjeu est essentiel», commente Dominique Fiévez, président de l’Asbs. «La betterave représente la moitié du coût de production du sucre. Retrancher par le décolletage quelques pour cent du poids de la racine, c’est une perte pour le planteur et un gain pour l’industriel. Et inversement d’ailleurs. Ce vieux débat pourrait paraître dépassé, mais les sommes en jeu sont énormes. C’est ce qui explique sans doute que l’on n’avance pas sur ce dossier avec les industriels».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde