Aller au contenu principal

La tique, minuscule mais diabolique acarien

Les tiques véhiculent des agents pathogènes transmissibles à l’homme et aux animaux, responsables de la maladie de Lyme et d’une multitude de symptômes lourds et chroniques qui affectent le quotidien des malades.

La tique est un acarien parasite, néfaste pour l’homme. 15 % des tiques sont porteuses d’une bactérie qui transmet la maladie de Lyme. 14 % d’entre elles sont également porteuses d’un autre agent pathogène. Elles ont le pouvoir de s’attaquer à tous les animaux sans distinction. «La tique n’a pas de spécificités d’espèces. Elle passe de l’homme au chien, du lapin au mulot, du cheval au chevreuil. On en retrouve même sur les reptiles…», indique Stéphane Gayet, infectiologue au CHU de Strasbourg. De ce fait, elle peut inoculer à l’homme une multitude de parasites en provenance des animaux. «Elle est minuscule mais diabolique. Elle ne porte pas uniquement Borrelia burgdorferi sensu lato, la bactérie responsable de la maladie de Lyme. Elle véhicule de nombreuses maladies plurimicrobiennes peu connues et mal soignées», précise-t-il.

Les parties du corps qu’elle préfère

Chevilles, poignets, cou, épaules, décolleté, aisselles, région lombaire et pubienne, partie intérieure des cuisses, nombril, nuque, cuir chevelu, creux des genoux et plis du coude... Ce sont les parties du corps qu’elle préfère. «Elle se dirige vers les zones chaudes et humides où la peau est tendre et fine. La tique est aveugle, elle se repère à la chaleur du corps humain et au gaz carbonique. Plus on a chaud, plus on l’attire», ajoute le Dr Gayet. Une fois que la tique a trouvé l’endroit idéal pour mordre, il lui faut au moins deux heures pour creuser son trou sous la peau. «À ce stade, il est impossible de la voir car elle est microscopique. Quand on la voit, son intestin est déjà rempli de sang et le mal est fait. Plus la tique reste longtemps accrochée à la peau, plus le risque infectieux est important», indique-t-il.

Dites Lyme ?

«Aujourd’hui, l’appellation Lyme ne veut plus rien dire. On met tout sur son dos, alors qu’une tique peut porter et transmettre à l’homme jusqu’à dix bactéries de familles différentes», explique Ahed Zedan, médecin coordonnateur du Centre de compétences des maladies vectorielles à tiques (CCMVT) à la polyclinique Saint-Côme à Compiègne (Oise). «Il faut faire une distinction formelle entre la borréliose de Lyme, une maladie bactérienne qui se traite assez bien, et ce qu’on appelle la maladie vectorielle à tique plurimicrobiennes. La seconde rend très malade, peut durer des mois, voire toute la vie. Elle se manifeste lorsque le patient contracte plusieurs agents pathogènes de familles différentes. Il développe alors des co-infections. C’est ce cocktail de microorganismes qui est catastrophique et qui met en échec notre système immunitaire», précise le Dr Gayet.

Les symptômes

La maladie de Lyme au sens strict se distingue par trois signes physiques spécifiques qui n’apparaissent pas tout le temps. L’érythème migrant, l’acrodermatite chronique atrophiante et le lymphocytome borrélien. «En dehors de ces trois signes, aucun symptôme n’est directement et exclusivement imputable à la maladie de Lyme. Lorsque l’état du patient commence à se dégrader, cela veut dire qu’il a sans doute contracté plusieurs agents pathogènes», explique le Dr Zedan. Dans ce cas, la liste des symptômes est longue : douleurs musculaires, articulaires, osseuses, parfois cardiaques, bégaiement, sifflements et bourdonnements d’oreilles, troubles de la mémoire… «Mes patients décrivent des épisodes de brouillard mental, disent avoir des mouches devant les yeux, la tête sous pression, ressentir une énorme fatigue. Certains sont cloués au lit, n’arrivent plus à déglutir, sont atteints de paralysies partielles…», décrit-il. «Toutes ses douleurs évoluent dans le temps engendrant des conséquences dramatiques sur la vie personnelle, professionnelle et sociale des malades !», ajoute le Dr Zedan.

Tests et protocoles de soins

Face à cette maladie difficilement diagnosticable, il est important de respecter un délai minimum de deux semaines avant de réaliser le test de dépistage Elisa. Il résulte le plus souvent négatif dans le cas de co-infections. «Tout comme Elisa, le test de confirmation Western Blot recherche uniquement la présence des souches de Borrelia. Ils restent négatifs en présence d’un ou plusieurs autres agents pathogènes, responsables dans la plupart des cas de la dégradation du malade. Les sérologies disponibles ne sont ni sensibles ni spécifiques à 100 %. Une sérologie négative ne permet en rien d’écarter une maladie vectorielle à tique plurimicrobienne et doit donner lieu à un traitement d’épreuve, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Les malades continuent de consulter, représentent un surcoût pour la société et finissent par atterrir en psychiatrie. Quand on cherche bien on trouve souvent une morsure de tique…», regrette le Dr Zedan. La «simple» borréliose de Lyme est améliorée de façon significative avec l’antibiothérapie. En revanche, la maladie vectorielle à tique plurimicrobiennes ne guérit pas.

Quels impacts sur les animaux ?

Les animaux sont touchés par les mêmes agents pathogènes que l’homme. La Babesia, par exemple, reconnue chez l’homme, est la pire infection au classement chez les animaux. Lyme peut être grave chez le chien. Il y a des bactéries tout à fait banales chez l’animal, très dangereuses pour l’homme et vice versa. La différence dans la recherche, c’est que les vétérinaires analysent les bactéries une par une, ce qui leur permet de mieux les connaître et de bien soigner leurs animaux. «En médecine humaine, on considère qu’il ne peut exister qu’une maladie infectieuse à la fois. On a une approche trop dogmatique. Je ne rêve que d’une chose : que médecins et vétérinaires puissent un jour travailler main dans la main !»

 

Leur vie a basculé après une piqûre de tique

Des malades de Lyme témoignent pour rappeler à quel point quelque chose d’aussi anodin qu’une tique peut changer une vie.
Pour Annie Okrsezki, tout a commencé en 2000 lors d’une partie de golf. N’ayant jamais entendu parler de la maladie de Lyme, Annie, quarante-quatre ans à l’époque, ne découvre la tique qu’une fois sous la douche. Elle l’arrache, ignorant que cette action conduit la tique à régurgiter ce qu’elle a ingéré, avec son lot de bactéries si elle est infectée. De la maladie de Lyme, dont elle ignore tout à l’époque, Annie découvre vite les souffrances. «Cela se caractérise par des douleurs articulaires et musculaires, une sensation de brûlure permanente. Je ne pouvais plus marcher ni m’habiller seule. La maladie s’est aussi manifestée par des symptômes neurologiques comme des pertes de mémoire, des absences, des sautes d’humeur», raconte-t-elle. Contrainte de mettre son métier de professeure d’anglais entre parenthèses, Annie se heurte à des médecins qui ne parviennent pas à poser de diagnostic et doutent même de sa santé mentale. 
Une situation qui fait écho à celle de Noémie Capdevila, une Iséroise de trente-quatre ans piquée par une tique il y a onze ans lors d’une balade. «Les médecins disaient que c’était dans ma tête. La vérité, c’est qu’en France on fait face à un no man’s land scientifique», regrette-t-elle. Confrontée à cette problématique, Florinda Catalino, cinquante-huit ans et malade depuis 2017, n’a jamais vu la tique responsable de sa maladie. Elle fait partie de ces malades piqués des années auparavant et pour qui la maladie de Lyme se déclare après un choc émotionnel important. Son salut, elle le doit à une clinique en Allemagne, un pays en pointe sur le sujet, qui lui a détecté une maladie de Lyme de stade 4 et de multiples co-infections souvent transmises en même temps. Le début d’un traitement antibiotique lourd mais qui a produit ses effets et lui a permis au bout de quatre mois de reprendre tant bien que mal son poste de femme de ménage. Le début surtout d’une renaissance pour Florinda, dont la maladie de Lyme l’a menée en psychiatrie et à plusieurs tentatives de suicide, une issue malheureusement courante parmi les malades.
Quotidien bouleversé
Florinda raconte avoir mis deux ans à accepter sa maladie tant elle a bouleversé son quotidien, comme celui de la plupart des malades. «J’étais quelqu’un de très sportif, et aujourd’hui, je me lève avec de grosses courbatures le matin et je suis essoufflé dès que je monte un escalier», confirme Guillaume Salba, vingt-neuf ans, piqué dans son enfance par une tique. «J’ai eu jusqu’à plus de cent symptômes à la fois, tous inexpliqués pendant des années, ce qui a généré beaucoup d’incompréhensions autour de moi. J’ai perdu des amis et j’ai aussi failli perdre mon travail», ajoute-t-il. Il y a peu, c’est sa compagne qui a été diagnostiquée positive à la maladie de Lyme, sans doute par voie sexuelle, l’une des nombreuses incertitudes scientifiques qui demeurent sur la maladie. Et qui remet aujourd’hui en question la volonté du couple d’avoir un enfant car des études tendent aussi à prouver la transmission in utero de la maladie de Lyme.
Pour mieux faire connaître la maladie, Noémie Capdevila a lancé un site, www.kodebout.fr, grâce auquel elle raconte son quotidien avec lucidité. Ce site lui sert aussi à récolter des dons qui lui permettent de se soigner car les soins sont onéreux. L’association France Lyme est très active sur le sujet. 
Pierre Garcia
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde