Aller au contenu principal

La vente directe de volailles en plein essor

Bertrand Roucou, installé à Briquemesnil (80), a toujours vendu ses produits, et notamment ses volailles, en direct. Un mode de commercialisation historique boosté par la crise.

Bertrand Roucou prélève ses  volailles chaque semaine, et a donc un œil attentif sur  la qualité  de chacune. 
Bertrand Roucou prélève ses volailles chaque semaine, et a donc un œil attentif sur la qualité de chacune. 
© Alix Penichou

Cultiver et élever est dans l’ADN de Bertrand Roucou. L’homme est installé depuis 1991 à Briquemesnil-Floxicourt, village de l’ouest de la Somme, sur 180 ha, 5 000 poules pondeuses plein air, un peu de maraîchage et un atelier d’engraissement et d’abattage de volailles de chair. Pour lui, la vente directe est un prolongement du métier. «Après-guerre, ma grand-tante faisait les marchés où elle vendait ses volailles et des produits laitiers. J’ai toujours connu ça, et j’ai suivi.» Aujourd’hui, le passionné propose notamment ses poulets, dindes, pintades, chapons et canards dans trois marchés locaux (Ferrières, Saleux, et le marché du beffroi d’Amiens), ainsi que dans quelques points de vente du coin. Depuis décembre, il a également créé un petit magasin à la ferme, ouvert le vendredi en fin de journée. 

«Vendre au marché, c’est la liberté de gérer ses ventes. J’aime surtout le contact avec les clients. Une semaine ne ressemble jamais à la suivante.» Mais l’activité doit vraiment être une vocation. «Il faut toujours être à 100 %. Le jour où je suis moins en forme, je sens l’impact sur les ventes.» Bertrand Roucou a tissé des liens particuliers avec ses habitués. En cette période de crise sanitaire, il se rend particulièrement compte de la solitude dont souffrent certains. «Mon stand devient un lieu de rencontre et d’échanges.» Au fil des années, il a néanmoins appris à prendre du recul. «Les clients vous prennent aux tripes. C’est passionnant, mais il faut savoir juger lorsqu’on en a assez, et s’arrêter pour garder un peu de temps pour soi et sa famille.»

À chaque gourmand sa volaille

Bertrand connaît ses produits par cœur et sait conseiller au plus juste. Les poulets, par exemple, sont achetés à des naisseurs de la région à six semaines et sont élevés jusqu’à dix-huit ou vingt semaines. «Les poulets d’âge ont une viande plus goûteuse», assure-t-il. Trois races différentes sont choisies, pour des poulets de 4, 3,5 et 2,5 kg environ, selon les besoins. «Pour un repas de famille avec beaucoup d’enfants, par exemple, je conseille une poulette dont la chair présente une fibre plus fine, donc plus tendre. À ceux qui veulent privilégier le goût, je propose plutôt un poulet coq.» L’aliment, un mélange de céréales, et du blé, est de qualité, car «la santé est dans l’assiette». Comme les volailles sont prélevées toutes les semaines, Bertrand Roucou peut ajuster les rations régulièrement. «À l’abattage, on voit tout de suite si une poule a manqué de minéraux, par exemple.»

Cette qualité semble avoir séduit de nouveaux consommateurs qui ont privilégié les produits locaux durant le premier confinement. «J’avais triplé les ventes à cette époque. En termes de logistique, c’était d’ailleurs compliqué à gérer !»
Aujourd’hui, Bertrand estime que son activité est au moins 30 % plus élevée qu’avant la crise. «Il faut savoir fidéliser, mais la vente directe a un bel avenir. De nouvelles opportunités se présentent.» Pour lui, il y a de la place pour tout le monde. «Il faut penser en termes de dynamique et non de concurrence.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde