Aller au contenu principal

«La viande bio est perçue comme ayant tout bon» (Interbev/Ifop)

«La viande bio poursuit son envol. Les consommateurs en redemandent mais ils veulent en trouver plus facilement», a résumé Denis Lerouge, directeur communication d’Interbev, lors de la présentation, le 20 septembre à Paris, d’une enquête Ifop sur la viande bio. Parmi les 96 % de Français déclarant manger de la viande, 74 % consomment de la viande bio (+ 15 points en trois ans). Ils sont 3 % à ne manger que de la viande bio (2 % en 2017) et 24 % à le faire dès qu’ils en trouvent (21 % en 2017). Pourquoi cet engouement ? «Parce que la viande bio est perçue comme ayant tout bon», souligne Denis Lerouge : une «image positive en termes de qualité et de goût», des «bénéfices santé», le «bien-être animal» (élevage en plein air, médecines douces). Le «respect de l’environnement» ne vient qu’en 4e position, alors qu’il «est le point essentiel du cahier des charges bio». Un seul bémol, le prix de la viande bio, qui «constitue un obstacle pour une partie de la population». Le surcoût de la viande bio vendue au détail est estimé autour de 10 à 12 % en bœuf, en veau ou en agneau, mais à 30 % en volaille et en porc. Dans les filières granivores, «90 % du différentiel de prix de revient est dû à l’aliment, qui coûte trois fois plus cher», explique Philippe Cabarat, président de la commission bio d’Interbev et d’Inaporc. En 2017, les achats bio ont atteint 317 M€ en viande bovine (+13 %), 132 M€ en charcuterie (+22 %), 85 M€ en porc (+11 %) et 55 M€ en mouton (+12 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde