Aller au contenu principal

Manifestation
La ville d’Amiens en vigilance « orange », ce samedi 18

La préfecture de la Somme s’attend à des perturbations de circulation dans le centre-ville d’Amiens et ses alentours en raison de la manifestation des chasseurs.

© FDC 42

Un beau bazar organisé et une vague de gilets de couleur orange défilant dans les rues de la capitale picarde, c’est ce à quoi il faut s’attendre ce samedi 18 septembre avec la manifestation emmenée par les chasseurs pour la défense de la ruralité. Selon les estimations les plus faibles, ils devraient être 6 000 participants quand certains promoteurs de la manifestation tablent sur 10 000 manifestants, voire plus…

En prévision de cette mobilisation qui rassemblera des participants des cinq départements des Hauts-de-France, d’Ile de France, d’une partie de la Normandie et même de Belgique, la préfecture de la Somme a émis cet après-midi un message d’alerte concernant les conditions de circulation dans, et aux abords de la cité de Jules-Verne.

Dans un communiqué, elle rappelle ainsi que la « manifestation de chasseurs » prévue à Amiens ce samedi 18 septembre aura lieu « de 9h à 13h », et qu’elle est « susceptible de rassembler plusieurs milliers de personnes. D’importants flux de bus, de voitures et de personnes sont ainsi attendus dès 8h du matin et en début d’après-midi ».

D’autres événements et manifestations ayant lieu ce même jour, les autorités s’attendent à « une gêne importante sur les déplacements dans la ville d’Amiens », et conseille ainsi à la population « de ne pas se rendre ni se déplacer à Amiens avec sa voiture entre 8h et 14h » et « d’éviter la sortie n° 19 de l’A16 de 8 heures à 15 heures ». Et de préciser que « des contrôles seront réalisés dès 7h du matin aux entrées d’Amiens ».

parcours manif

Le départ du cortège des chasseurs sera donné à 10h, après des prises de paroles à partir de 9 h sur l’esplanade de la Hotoie. Le parcours prévu s’étend sur 4 kilomètres et devrait emprunter l’avenue Salvador Allende, le boulevard des Fédérés, le boulevard Carnot puis direction les Halles, avant de parcourir le boulevard Port d’Aval, l’avenue Pierre Mendès-France et la rue des Prés Forêts pour retrouver l’esplanade de la Hotoie. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde