Aller au contenu principal

Chasse
La ville d'Amiens restreint la pratique de la chasse sur son territoire

Suite à l'émotion suscitée par la présence de chasseurs à proximité d'une école début de semaine, la ville d'Amiens vient de prendre un arrêté restreignant la pratique de la chasse.

école et chasse
L'école Les Violettes, à Amiens. Derrière ses bâtiments, des champs où la présence de chasseurs cette semaine a provoqué un incident.
© Google Street View

Pour la Ville d’Amiens, c’est l’incident de trop. Suite à des plaintes de parents d’élèves envers des chasseurs ayant tiré plusieurs coups de fusils à proximité de l’école Les Violettes, mardi 18 octobre, et l’ampleur prise par cet incident, la collectivité vient de prendre un arrêté pour instaurer un périmètre d’interdiction de la chasse autour de la ville d’Amiens.

Que s’est-il passé ce mardi 18 octobre ? Alors que les écoliers des Violettes étaient dans la cour de récréation, plusieurs tirs de fusils ont été entendus, provenant d’une parcelle voisine de l’école. Plusieurs enfants, comme leurs enseignants, auraient été surpris de voir de si près des chasseurs et ont pris peur avant que l’incident ne soit signalé aux services de police, à l’inspection académique et aux parents d’élèves.

Signé de la main de la maire d’Amiens le jeudi 20 octobre, l’arrêté précise dans son article premier que « sur le territoire de la ville d’Amiens, toute action de chasse, en particulier les tirs, est interdite dans un périmètre fixé à 150 mètres aux abords des zones résidentielles de 6h à 22h », ainsi qu’ « aux abords des équipements pouvant accueillir du public (écoles, gymnases, piscine, centres de loisirs) de 7h30 à 18h30 ».

D’après la ville d’Amiens, « le schéma départemental de gestion cynégétique présente des lacunes en matière de zone d’exclusion très proche des habitations ou d’équipements communaux de type écoles », d’où son initiative. Bien que la maire de la ville Brigitte Fouré ne soit pas réputée pour être opposée à la pratique de la chasse – chacun se souviendra de ses mots sympathiques lors de la grande manifestation régionale qui s’était tenue dans la capitale picarde le 18 septembre 2021 -, les mots sont cette plus fois durs. Dans l’arrêté de ce 20 octobre, il est en effet fait mention d’une pratique de la chasse en milieu urbanisé susceptible de causer « un trouble à l’ordre public », notamment en raison « d’un sentiment d’insécurité grandissant ».  

Interrogée par nos confrères du Courrier Picard, la fédération des chasseurs considérait à la suite de cette fâcheuse affaire que l’équipe éducative de l’école Les Violettes a « sur-réagi » en mettant les enfants à l’abri. Reprise par de nombreux médias et militants demandant la fin de la chasse, l’incident n’a en tous cas pas fini de faire parler.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde