Aller au contenu principal

Label bas-carbone : tout reste à construire en grandes cultures

Après l’élevage et l’arboriculture, le ministère de la Transition écologique a validé, fin août, une méthode de production bas-carbone pour les grandes cultures, sur laquelle les instituts techniques et Agrosolutions (InVivo) planchaient depuis 18 mois. Cette approbation pose un jalon essentiel pour le marché français du carbone agricole, mais marque surtout le lancement d’un chantier d’envergure pour les start-up, les associations spécialisées, les chambres, et les coopératives.

Les leviers concernent principalement la consommation d’énergie,  avec la diminution du travail du sol pour économiser du carburant.
Les leviers concernent principalement la consommation d’énergie, avec la diminution du travail du sol pour économiser du carburant.
© D. R.

Céréales, oléoprotéagineux, cultures industrielles, semences : «Tout ce qui est en rotation dans une parcelle est concerné par la méthode», résume Baptiste Soenen, chef du service Agronomie, économie, environnement au sein de l’institut technique des grandes cultures, Arvalis, et premier auteur de la méthode bas-carbone en grandes cultures. Une méthode très attendue par la profession, que le ministère de la Transition écologique a officiellement validée fin aout, après dix-huit mois de travail mené par Arvalis aux côtés de l’ITB, d’Agrosolutions (In Vivo), et de Terres Innovia. Et le travail de ces techniciens devrait peu ou prou s’arrêter là. Alors qu’en élevage bovin, l’Idele (institut technique) avait suivi la méthode depuis la rédaction du cadre technique jusqu’à la commercialisation des crédits, les instituts des grandes cultures joueront un rôle plus limité dans le déploiement du label bas-carbone. «Nous avons créé la méthode, nous avons facilité le développement des outils de diagnostic, mais nous n’aurons aucun rôle sur la façon dont le marché du carbone va se monter», assure Baptiste Soenen. 

Il appartient désormais aux start-up, aux associations spécialisées, aux chambres, mais également aux coopératives de convaincre les agriculteurs, de créer les outils nécessaires pour évaluer leurs projets, et d’identifier des entreprises ou collectivités susceptibles d’acheter les crédits générés. Un travail conséquent que la plupart espère mener d’ici la fin de l’année 2021, pour vendre les premiers crédits en 2022. «On est en ordre de bataille pour capter ce marché s’il se confirme, mais la balle est dans le camp des acheteurs de crédits carbone, souligne Philippe Heusèle, secrétaire général de l’APGB. Plus le carbone prendra de la valeur dans les années à venir, plus il aura d’effet dans les exploitations.» 

 

Trouver l’équilibre entre émissions et stockage

La méthode des instituts techniques liste les données nécessaires pour décrire précisément les rotations et pratiques des exploitations, tout en détaillant les équations permettant d’établir un bilan carbone initial. «Ensuite, le porteur de projet se projette sur cinq ans, pour choisir ses leviers techniques. Il peut s’agir de leviers d’optimisation, comme un changement de forme d’engrais, mais aussi de leviers plus complexes, avec une reconception du système de culture, comme l’introduction de légumineuses dans la rotation», précise Baptiste Soenen. 

Inspirée de l’analyse de cycle de vie, la méthode prend en compte non seulement les émissions de gaz à effet de serre, mais également les variations de stock de carbone dans les sols, ainsi que le lien entre ces compartiments. Car, comme le rappelle Morgane Hénaff, cheffe de projet Agriculture, Climat, Territoires chez Agrosolutions, et co-auteure de la méthode, «il y a des effets antagonistes assez forts entre la partie réduction de gaz à effets de serre et le stockage». 

Le stockage de carbone, détaille-t-elle, est directement lié à la restitution de biomasse au sol, qui dépend des rendements, et donc de la fertilisation – elle-même source d’émission. Si les systèmes à bas rendement type blé dur-tournesol n’auront aucune difficulté à conserver un stockage similaire tout en réduisant les apports d’engrais, le défi peut s’avérer plus complexe pour des systèmes colza-blé-orge dans les plaines céréalières. «Dans tous les cas, on arrive à trouver un compromis, mais il est plus ou moins facile à atteindre», reconnaît Baptiste Soenen. 

 

Des gains de 6 à 45 par hectare et par an 

Du côté des émissions, les leviers à actionner concernent principalement la consommation d’énergie, avec la diminution du travail du sol pour économiser le carburant, et la réduction des apports et pertes d’azote, grâce aux outils d’aide à la décision ou l’introduction de légumineuses. Et en matière de stockage, comme l’avait déjà souligné l’étude 4p1000 de l’Inrae, «il y a un vrai levier à aller chercher du côté des cultures intermédiaires dans la majorité des exploitations, en choisissant mieux les dates de semis et les espèces, pour assurer une plus grande production de biomasse», résume Morgane Hénaff de Agrosolutions. 

Arvalis teste actuellement l’effet de ces leviers sur des fermes virtuelles, et devrait prochainement publier une étude sur les économies de carbone possibles en fonction des systèmes de production. D’après les premiers résultats, «la moyenne pourrait être au dessous d’une tonne de crédit par hectare et par an», avance Baptiste Soenen. Les agriculteurs pourraient, au total, espérer générer aux alentours de 0,6 t de carbone par hectare et par an (tC/ha/an), avec une variabilité allant de 0,2 à 0,3 tC/ha/an pour les projets les plus simples, et jusqu’à 1,5 tC/ha/an pour les plus ambitieux. Soit des gains allant de 6 à 45 € par hectare et par an en considérant la rémunération de 30 €/t actuellement proposée par France Carbone Agri. 

Comme le prévoit le cadre ministériel du label, les projets devront également montrer patte blanche au-delà de leurs seuls résultats en matière de climat. La méthode approuvée impose notamment aux agriculteurs de prouver que les leviers choisis n’augmentent pas la consommation d’eau, d’énergie ou de pesticides. De manière optionnelle, les producteurs pourront également évaluer le pourcentage de cultures favorables aux insectes, la taille des plus grandes parcelles ou, même, le potentiel nourricier des cultures semées ou leur intérêt en matière de lutte contre la déforestation. Autant de «cobénéfices», qui «permettront de négocier le prix du crédit avec l’acheteur», espère Baptiste Soenen. 

 

Une grande marge de manœuvre 

Pour calculer les économies de carbone réalisées, les agriculteurs pourront choisir entre deux systèmes de références : une référence générique départementale, basée sur les itinéraires techniques et résultats de leur Otex, ou une référence spécifique, basée sur les indicateurs de leur propre exploitation sur les trois dernières années. «Un agriculteur qui a depuis longtemps mis en place les pratiques aura plutôt intérêt à choisir la référence générique», glisse François Thiérard, co-fondateur de Myeasy-carbon, l’un des outils les plus avancés pour réaliser les diagnostics sur les exploitations.

La référence choisie, tout comme les leviers que l’exploitant prévoit de mettre en œuvre et les co-bénéfices attendus, devra être décrite dans les documents déposés auprès du ministère de la Transition écologique afin d’obtenir la validation du projet. Un travail qui reviendra très probablement aux chambres d’agriculture, coopératives ou négoces... Il s’agira aussi, pour ces organisations, de détailler des aspects sur lesquels Arvalis ne se prononce pas, comme le coût du projet, ou le prix des crédits. «La méthode ne précise pas les petites lignes qui devront figurer dans les contrats», résume Phillipe Heusèle de l’AGPB. 

La marge de manœuvre est notamment importante sur le mode de paiement des crédits. «Les crédits pourront, par exemple, être versés pour 50 % au début et 50 % à la fin, ou tout au long du projet. Une coopérative pourrait même décider de rémunérer ses agriculteurs par des formations. Une autre pourrait encore choisir de payer la mise en œuvre des moyens, plutôt que les résultats», illustre Morgane Hénaff chez Agrosolutions. Car si un premier bilan évaluera le nombre de crédits que le projet pourra potentiellement générer, les agriculteurs seront également audités par des organismes indépendants à l’issue des cinq années du contrat pour vérifier les économies réelles de carbone. 

 

Trouver un million d’hectares d’ici décembre

Reste maintenant à convaincre les agriculteurs de s’engager. «La prochaine étape sera de construire les outils, mais surtout de les déployer sur le terrain, en expliquant aux exploitants les avantages de ces pratiques en tout point de vue», prévoit Olivier Dauger, président de la Chambre d’agriculture des Hauts-de-France et vice-président de l’APCA en charge des dossiers climatiques. Si le prix de la tonne de carbone sera l’un des principaux arguments, les dix millions d’euros du Plan de relance destinés à financer le «bon diagnostic carbone» pour les jeunes installés pourraient, selon lui, également faciliter l’entrée des agriculteurs dans le dispositif. «Il ne faudrait pas que l’idée de s’engager sur cinq ans rebute les agriculteurs», redoute de son côté Philippe Heusèle, de l’AGPB. Les premiers projets, attendus pour la fin 2021 ou le début 2022, devraient donc plutôt concerner des groupes d’agriculteurs pionniers déjà intéressés par le sujet climatique. «Nous n’imaginons pas que le dispositif puisse concerner demain l’ensemble des agriculteurs», tranche pour sa part Nicolas Rialland, directeur affaires publiques et environnement au sein de la CGB. 

Dernière inconnue, et non des moindres : l’intérêt des entreprises et des collectivités pour les crédits générés. «Actuellement, les grandes entreprises payent des crédits entre 10 ou 20 au maximum pour planter des forêts à l’autre bout du monde, alors que les crédits français sont aux alentours de 30 ou 40 . Il y a peut-être de nouveaux outils incitatifs à mettre en place pour convaincre les entreprises de compenser en France», avance Morgane Hénaff. Une analyse sans doute partagée par Barbara Pompili qui, après avoir imposé aux compagnies aériennes de compenser dans le secteur agricole et forestier européen par la loi climat, serait actuellement en campagne pour convaincre les entreprises françaises de s’engager à acheter un million de tonnes de crédit carbone français d’ici la fin 2022. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde