Aller au contenu principal

L'accès aux plages du département est à nouveau possible

La demande des maires de communes situées sur le littoral picard d'ouvrir l'accès aux plages a été acceptée par la préfète du département de la Somme, depuis ce matin.

A Cayeux-sur-mer, comme dans d'autres communes du littoral samarien, l'accès aux plages est à nouveau autorisé... sous conditions.
A Cayeux-sur-mer, comme dans d'autres communes du littoral samarien, l'accès aux plages est à nouveau autorisé... sous conditions.
© Ville de Cayeux-sur-Mer

Visiblement, retrouver le goût du sable pas encore chaud, marcher sur les galets et sentir l'air marin avait manqué à certains qui se sont pressés de reprendre le chemin des plages du littoral samarien, ce samedi matin.

Alors que la récouverture des plages et des plans d'eau reste interdite d'une manière générale au plan nationale, malgré que l'on soit entré dans une phase de déconfinement progressif, la préfète de la Somme a dérogé à cette règle par un arrêté du 15 mai ; lequel permet donc aux maires des communes littorales de réautoriser l'accès aux plages, à la condition que «  les modalite?s et les contro?les de nature a? garantir le respect strict des re?gles sanitaires sont mis en place ».

Autrement dit, il a fallu que les maires de ces communes - dans la Somme, sont concernées les communes de Ault, Cayeux-sur-Mer, Fort-Mahon-Plage, Le Crotoy, Mers-les-Bains, Quend, Saint-Valery-sur-Somme et Woignarue - prennent des engagements forts en matière sanitaire et de sécurité publique.

Une mesure dérogatoire et précaire

L'acce?s aux plages est ainsi « a? nouveau possible pour une utilisation dynamique telles que la promenade et les activite?s sportives individuelles », prévient la préfecture de la Somme ; ce qui signifie que buller sur le sable ou les galets reste pour l'heure impossible. « Les mesures barrie?res et les re?gles de distanciation sociale doivent y e?tre respecte?es. Les rassemblements de plus de 10 personnes y demeurent interdits », poursuivent les autorités.

Forces de l'ordre et polices municipales sont sur le qui-vive pour s'assurer du respect des mesures de se?curite? sanitaire. Toute violation des mesures pre?vues par l'arre?te? pre?fectoral sera punie d'une amende de 135 EUR.

Enfin, rappelle la préfecture de la Somme, « il s'agit de mesures de?rogatoires et pre?caires qui pourront e?tre retire?es ». Un trop grand sentiment de liberté comme des infractions à répétition pourraient rapidement remettre en cause la dérogation, voire replonger certaines zones dans le confinement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde