Aller au contenu principal

L'accès aux plages du département est à nouveau possible

La demande des maires de communes situées sur le littoral picard d'ouvrir l'accès aux plages a été acceptée par la préfète du département de la Somme, depuis ce matin.

A Cayeux-sur-mer, comme dans d'autres communes du littoral samarien, l'accès aux plages est à nouveau autorisé... sous conditions.
A Cayeux-sur-mer, comme dans d'autres communes du littoral samarien, l'accès aux plages est à nouveau autorisé... sous conditions.
© Ville de Cayeux-sur-Mer

Visiblement, retrouver le goût du sable pas encore chaud, marcher sur les galets et sentir l'air marin avait manqué à certains qui se sont pressés de reprendre le chemin des plages du littoral samarien, ce samedi matin.

Alors que la récouverture des plages et des plans d'eau reste interdite d'une manière générale au plan nationale, malgré que l'on soit entré dans une phase de déconfinement progressif, la préfète de la Somme a dérogé à cette règle par un arrêté du 15 mai ; lequel permet donc aux maires des communes littorales de réautoriser l'accès aux plages, à la condition que «  les modalite?s et les contro?les de nature a? garantir le respect strict des re?gles sanitaires sont mis en place ».

Autrement dit, il a fallu que les maires de ces communes - dans la Somme, sont concernées les communes de Ault, Cayeux-sur-Mer, Fort-Mahon-Plage, Le Crotoy, Mers-les-Bains, Quend, Saint-Valery-sur-Somme et Woignarue - prennent des engagements forts en matière sanitaire et de sécurité publique.

Une mesure dérogatoire et précaire

L'acce?s aux plages est ainsi « a? nouveau possible pour une utilisation dynamique telles que la promenade et les activite?s sportives individuelles », prévient la préfecture de la Somme ; ce qui signifie que buller sur le sable ou les galets reste pour l'heure impossible. « Les mesures barrie?res et les re?gles de distanciation sociale doivent y e?tre respecte?es. Les rassemblements de plus de 10 personnes y demeurent interdits », poursuivent les autorités.

Forces de l'ordre et polices municipales sont sur le qui-vive pour s'assurer du respect des mesures de se?curite? sanitaire. Toute violation des mesures pre?vues par l'arre?te? pre?fectoral sera punie d'une amende de 135 EUR.

Enfin, rappelle la préfecture de la Somme, « il s'agit de mesures de?rogatoires et pre?caires qui pourront e?tre retire?es ». Un trop grand sentiment de liberté comme des infractions à répétition pourraient rapidement remettre en cause la dérogation, voire replonger certaines zones dans le confinement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde