Aller au contenu principal

L'accès aux plages du département est à nouveau possible

La demande des maires de communes situées sur le littoral picard d'ouvrir l'accès aux plages a été acceptée par la préfète du département de la Somme, depuis ce matin.

A Cayeux-sur-mer, comme dans d'autres communes du littoral samarien, l'accès aux plages est à nouveau autorisé... sous conditions.
A Cayeux-sur-mer, comme dans d'autres communes du littoral samarien, l'accès aux plages est à nouveau autorisé... sous conditions.
© Ville de Cayeux-sur-Mer

Visiblement, retrouver le goût du sable pas encore chaud, marcher sur les galets et sentir l'air marin avait manqué à certains qui se sont pressés de reprendre le chemin des plages du littoral samarien, ce samedi matin.

Alors que la récouverture des plages et des plans d'eau reste interdite d'une manière générale au plan nationale, malgré que l'on soit entré dans une phase de déconfinement progressif, la préfète de la Somme a dérogé à cette règle par un arrêté du 15 mai ; lequel permet donc aux maires des communes littorales de réautoriser l'accès aux plages, à la condition que «  les modalite?s et les contro?les de nature a? garantir le respect strict des re?gles sanitaires sont mis en place ».

Autrement dit, il a fallu que les maires de ces communes - dans la Somme, sont concernées les communes de Ault, Cayeux-sur-Mer, Fort-Mahon-Plage, Le Crotoy, Mers-les-Bains, Quend, Saint-Valery-sur-Somme et Woignarue - prennent des engagements forts en matière sanitaire et de sécurité publique.

Une mesure dérogatoire et précaire

L'acce?s aux plages est ainsi « a? nouveau possible pour une utilisation dynamique telles que la promenade et les activite?s sportives individuelles », prévient la préfecture de la Somme ; ce qui signifie que buller sur le sable ou les galets reste pour l'heure impossible. « Les mesures barrie?res et les re?gles de distanciation sociale doivent y e?tre respecte?es. Les rassemblements de plus de 10 personnes y demeurent interdits », poursuivent les autorités.

Forces de l'ordre et polices municipales sont sur le qui-vive pour s'assurer du respect des mesures de se?curite? sanitaire. Toute violation des mesures pre?vues par l'arre?te? pre?fectoral sera punie d'une amende de 135 EUR.

Enfin, rappelle la préfecture de la Somme, « il s'agit de mesures de?rogatoires et pre?caires qui pourront e?tre retire?es ». Un trop grand sentiment de liberté comme des infractions à répétition pourraient rapidement remettre en cause la dérogation, voire replonger certaines zones dans le confinement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde