Aller au contenu principal

Lactalis s’est expliqué à l’assemblée générale de l’Aplop

Ce jeudi, l’Association des producteurs de lait Ouest Picard a accueilli quatre représentants du groupe Lactalis, à l’occasion de son assemblée générale.

De gauche à droite : Fabien Choiseau, Serge Moly, Bernard Mancaux, Luc Renault, Jacques Borgoo et Julien Lenne.
De gauche à droite : Fabien Choiseau, Serge Moly, Bernard Mancaux, Luc Renault, Jacques Borgoo et Julien Lenne.
© Anaïs Moineau


Arrivé en renfort, le groupe laitier Lactalis a participé à l’AG de l’Aplop avec ses futurs responsables encore en formation. L’Aplop, association membre d’une association d’organisme de producteurs laitiers verticale, se livre exclusivement à ce groupe privé. Pourquoi verticale ? Car l’association est membre de l’Union des producteurs laitiers du Bassin parisien (UPLBP), lui-même membre de l’AOP Unell, regroupant plusieurs OP Lactalis de toute la France.

Le ton est donné
Bernard Mancaux, président de l’Aplop, après avoir opéré les élections du tiers renouvelable du conseil d’administration, a tout de suite donné le ton. Le président a joué carte sur table en présentant les chiffres de sa ferme. Investissement, prix du lait, dettes etc. un exemple concret qui a mis les représentants de Lactalis dans le bain. «Les conséquences de la crise de 2016 sont toujours bien présentes dans nos fermes et nous avons peur que le scandale sanitaire du groupe n’affecte le prix payé au producteur», a déclaré Bernard Mancaux. Serge Moly, directeur de l’approvisionnement en lait Lactalis, martèle désespérément que «même si le lien est fort, l’enquête n’a encore rien conclu sur l’origine de la contamination des nourrissons français». Malgré cela, «Lactalis a pris ses responsabilités en fermant l’usine de Craon, peut-être un peu tard, il est vrai», reconnaît le responsable. Serge Moly assure pourtant que «la production reprendra sur au moins une des deux tours, dès que l’administration de contrôle décidera que le site est sécurisé». Administration avec laquelle ils sont aujourd’hui «à livre ouvert concernant leurs comptes». A la question, le prix payé au producteur va-t-il être impacté ? Le directeur répond haut et fort : «Je me porte garant que le prix du lait ainsi que la collecte ne changeront pas pour nos producteurs !»

Quelle gestion des volumes demain ?
Le groupe Lactalis a annoncé clairement son intention de «réduire la voilure» concernant la production laitière en France, qui se fait trop importante par rapport à la demande. Olivier Thibaut, président des producteurs de lait de la Somme réagit : «Si vous voulez moins de lait, il va falloir nous le payer !» Hors de question, pour l’avenir des fermes laitières samariennes, de faire moins de lait au même prix. A cela, Serge Moly explique que se sont les volumes supplémentaires dus aux arrêts de collecte qui serviront à satisfaire les producteurs qui souhaitent augmenter leur production.

Pression sur les GMS
A la sortie des Etats généraux de l’alimentation, Olivier Thibaut et Françoise Crété, présidente de la FDSEA de la Somme, appellent le groupe Lactalis à faire pression sur la grande distribution. «Nous pouvons aller en manifestation, occuper les rayons, mais c’est vous qui avez le poids face aux acteurs de la grande distribution», insiste Françoise Crété. Serge Moly acquiesce :
«C’est un combat de longue haleine, la difficulté en France, c’est qu’il n’existe que quatre ou cinq distributeurs, mais il est important que vous obteniez une vraie augmentation des prix sur les produits de marque mais aussi de MDD ! (marque de distributeurs)» Et cette augmentation, il la clame, «ne devra pas se faire en dessous de 5 à 6 % avec un vrai retour aux producteurs». Le directeur affirme que «déjà des entreprises commencent à s’engager, car la pression est forte : le gouvernement avec les EGA, mais aussi grâce à vous et votre mobilisation dans les rues». Un groupe qui ne recule pas devant le défi, mais que les syndicats et ses producteurs devront suivre de près.
Sur le prix payé au producteur, pour le premier semestre, le directeur d’approvisionnement Lactalis annonce une baisse de 20 € à 30 €/1 000 l due à une production accrue et une demande mondiale sur le lait de consommation stable. Enfin, Luc Renault a présenté, à la fin de l’assemblée, les résultats d’un sondage, réalisé auprès de leurs 146 adhérents, concernant l’avenir du lait. Un sondage qui révèle que la moitié seulement des éleveurs laitiers de leur territoire déclare continuer la production laitière d’ici cinq ans…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde