Aller au contenu principal

L’Afdi chercher à diversifier ses revenus

Le 12 juin, l’assemblée générale de l’Afdi, association de solidarité internationale, a été l’occasion de fêter ses quarante ans et d’évoquer les difficultés qui l’ont contrainte à abandonner l’un de ses partenariats.

Maintenir le partenariat avec le Cambodge ne sera plus possible pour l’Afdi.
Maintenir le partenariat avec le Cambodge ne sera plus possible pour l’Afdi.
© Afdi

«Donne un poisson à un homme, il mangera un jour. Apprends-lui à pêcher, il mangera toute sa vie.» S’il est bien une maxime qui représente la philosophie de l’Afdi (Agriculteurs français et développement international), c’est bien celle-ci. Depuis plus de quarante ans, l’association, née en 1978 en Picardie, fait de «l’échange paysan» son outil de développement de l’agriculture internationale. En mettant en contact des agriculteurs français avec certains de leurs homologues issus de pays en voie de développement, elle entend les aider à s’imprégner et à s’inspirer du système hexagonal.
«Il ne s’agit pas de leur imposer une quelconque manière de faire, précise le président d’Afdi Hauts-de-France, Luc Desbuquois. Mais plutôt de leur montrer comment il est possible de fonctionner, afin qu’ils tirent les enseignements dont ils ont besoin et les appliquent ensuite à leur agriculture.» Divers partenariats sont ainsi mis sur pied dans le but d’accompagner la transition des agriculteurs avec lesquels ils ont tissé des liens.
L’assemblée générale 2019 de l’association, qui s’est tenue le 12 juin, à la Cité de l’agriculture de Saint-Laurent-Blangy (62), a offert l’occasion de fêter ses quatre décennies et de dresser le bilan de ses différentes actions à travers le monde. Pas question, pour autant, d’occulter les problèmes financiers auxquels elle fait face.

Un partenariat de moins
Si l’exercice 2018 fut riche de projets, il le fut moins côté trésorerie. A l’heure d’évoquer le rapport financier de l’année, le président dresse un constat inquiétant. «Malgré d’importantes réductions de frais, nous sommes déficitaires pour la troisième année consécutive, révèle-t-il. Le déficit annuel, d’un montant de 20 700 , sera reporté sur les fonds propres de l’association, et donc compensé. Mais ce bilan doit nous alerter.»
L’effet immédiat de ces difficultés ? L’abandon du partenariat avec le Cambodge. L’association n’est, en effet, plus en mesure de mener cinq opérations différentes de front. A plus long terme, si la situation venait à perdurer, elle pourrait avoir des conséquences plus lourdes. «Nous avons besoin de fonds et que nos partenaires historiques se mobilisent. S’ils ne le font pas, dans quelques années, il se pourrait que j’aille les voir en leur disant “l’Afdi est morte”».

Diversification des revenus
L’association ne compte pas suspendre son sort aux apports éventuels des structures qui l’ont historiquement accompagnée. L’enjeu pour elle, sera de consolider sa base financière. Pour ce faire, elle compte sur les dons d’associations d’agriculteurs, mais aussi sur les contributions émanant d’agriculteurs individuels, ces donations bénéficiant d’une déduction fiscale à hauteur de 66 % (en donnant 100, le coût réel est de 34). Enfin, l’Afdi est en continuelle recherche de partenaires institutionnels. Si elle s’appuie d’ores et déjà sur les Conseils départementaux de l’Oise et du Pas-de-Calais, elle postule également régulièrement à des appels à projets. Un dossier a notamment été déposé auprès de l’Agence de l’eau Artois-Picardie pour tenter d’obtenir le financement d’un dispositif d’abduction d’eau à Madagascar. Autant de moyens pour l’Afdi de tenter de se maintenir à flot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde