Aller au contenu principal

L'AGPL demande aux liniculteurs de relever le semoir

Alors que les premiers semis de lin ont démarré ces derniers jours dans les Hauts-de-France, un appel à réduire les surfaces de la part de la AGPL sème le trouble chez les liniculteurs.

© Action Agricole Picarde

Faut-il poursuivre les semis engagés, les mettre en stand-by en attendant des conditions climatiques meilleures ou répondre à l'appel de l'AGPL qui préconise une réduction des surfaces pour la campagne 2020 ?

Alors qu'Arvalis Institut rappelait il y a quelques jours aux liniculteurs qu'il encore tôt pour sortir les semoirs à lin compte tenu des conditions climatiques - « les températures fraîches en matinée ralentissent le réchauffement des sols, ce qui est peu propice à des levées rapides du lin fibre », explique l'institut technique -, l'association générale des producteurs de lin (AGPL) appelle de son côté les producteurs qui n'ont pas encore engagés leurs semis à réduire leurs surfaces.

Délaisser les fourrières

Dans un courrier daté du 27 mars, le président de l'AGPL Bertrand Gomart demande en effet aux liniculteurs de participer à l'effort « autant que faire se peut », sans mentionner explicitement d'objectif de réduction, mais en préconisant une alternative : « Par exemple en laissant les fourrières nues et en les semant avec un autre couvert végétal ».

« Inéligibles en temps normal aux primes PAC, ces fourrières deviendraient alors classées en surfaces d'intérêt écologique », rapporte l'AGPL. Et son président de conclure : « La situation que nous traversons est exceptionnelle et chacun à son niveau joue un rôle majeur pour gagner cette bataille ». Ce même « chacun » qui aura bien compris qu'il s'agit d'une allusion nette aux conséquences de l'épidémie de coronavirus sur différents marchés, dont celui du lin pour la fibre textile.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde