Aller au contenu principal

L’agriculture de conservation transforme aussi la manière de communiquer

Portés par la dynamique des méthodes qu’ils mettent en œuvre sur leurs exploitations, dont l’agriculture de conservation des sols, les agriculteurs adhérents du réseau APAD se forment à communiquer au grand public sur leur changement de pratiques.

Explications sur les effets de l’agriculture de conservation sur les sols lors de la «Journée Patrimoine Sol» de l’Apad Picardie en 2017.
Explications sur les effets de l’agriculture de conservation sur les sols lors de la «Journée Patrimoine Sol» de l’Apad Picardie en 2017.
© Apad Picardie

«Les agriculteurs sont de bien meilleurs communicants qu’ils ne le pensent. Leur première qualité, c’est d’être sincère et de raconter ce qu’ils font.» En préambule à un webinaire proposé par l’Association pour la promotion d’une agriculture durable (Apad) sur la communication en agriculture le 18 mars, cette phrase de Marie-Hélène Charmasson ne pouvait pas mieux tomber. Elle ne doit toutefois rien au hasard puisque (bien) communiquer, c’est le métier de Marie-Hélène – elle est coach en communication après un début de carrière dans la presse scientifique – et parce que c’est elle qui anime depuis deux ans un certain nombre d’ateliers auprès des agriculteurs adhérents de l’Apad. 

Être simple et concret 

«Ce qui marche bien, a-t-elle ainsi rappelé, c’est d’être concret, de montrer les choses telles qu’elles sont.» Lorsque l’on est agriculteur et que l’on cherche à s’adresser au grand public, quelques principes de base sont à respecter. Le premier ? «Arrêter de croire que les gens à qui on s’adresse connaissent l’agriculture et les agriculteurs.» Pour que les messages «passent», il faut ensuite «être didactique, simple».

Pour l’agriculteur Christophe Marin, installé en Charente-Maritime, «communiquer est aussi d’autant plus facile quand on est chez soi». Ce que confirme Marie-Hélène Charmasson : «Il y a évidemment plus d’aisance quand on est chez soi.» La formation, quand elle est dispensée par des professionnels, sert ensuite «à structurer la prise de parole». «L’angoisse qu’ont souvent les agriculteurs, c’est d’être capable de susciter l’intérêt», poursuit la coach.  

Difficile, mais nécessaire

Au sein du réseau Apad, communiquer sur des aspects «concrets» de l’agriculture de conservation est quelque chose auquel plusieurs de ses adhérents sont rompus. «Quand vous expliquez le rôle que joue l’agriculture de conservation sur la structure des sols, la matière organique, la présence de vers de terre, vous rendez accessible vos façons de travailler», rappelle Marie-Hélène Charmasson. Pour cela, les rendez-vous existent déjà, comme en témoigne l’exemple de la journée «Patrimoine Sol» organisée depuis six ans, la participation à différents événements et salons, une activité intense sur les réseaux sociaux avec des pages dédiées à l’ACS, des interventions dans les lycées agricoles ou, encore, des partages d’expériences d’agriculteurs engagés dans cette méthode.

L’un des derniers chantiers en date est de créer des kits pédagogiques à destination d’un jeune public. Proposer un webinaire sur le sujet de la communication avait donc valeur de «piqûre de rappel», mais il montre que rien n’est jamais acquis : «Communiquer sur notre métier nous interroge en tant qu’agriculteur parce que beaucoup (trop) de gens parlent à notre place. Le problème, c’est que nous n’avons pas toujours le temps, mais c’est un mal nécessaire», témoignait François Mandin, agriculteur en Vendée et président de l’Apad France. 

 

Quand l’agriculture de conservation s’invite (aussi) au CFPPA du Paraclet

Dans le cadre de leur Projet d’initiative et de communication (PIC), Anne-Sophie Maertens, Victor Jean, Clément Leclercq et Alex Dachy, apprentis en BTSA ACSE au CFPPA le Paraclet, ont organisaient le 18 février dernier une intervention technique sur l’agriculture de conservation des sols.
Cette intervention d’une demi-journée était animée par Pierre-Antoine Brunel, technicien expert en agriculture de conservation de la coopérative Noriap et a permis d’aborder les couverts végétaux et leurs rôles dans l’ACS, la matière organique et le bilan carbone ou, encore, le choix du semoir. Si les étudiants du Paraclet ont opté pour cette thématique, «c’est parce qu’il s’agit d’un système de culture qui a de l’avenir», estiment-ils. Et Victor Jean de résumer le travail du groupe : «L’agriculture de conservation est très intéressante car elle permet de présenter un nouveau mode de culture rassemblant techniques et connaissances de l’agriculteur, tout en préservant la structure et la vie du sol. Cela permet de revoir sa manière de faire et de se tourner vers de nouvelles techniques avec, par exemple, un arrêt de travail profond pour le remplacer par des plantes travaillant le sol naturellement grâce à leurs racines ; ce qui peut ainsi restituer de la matière organique en fin de cycle.» Cette présentation globale a été suivie par les classes de BTSA ACSE 2, BTSA APV2 et BPREA adultes. Les étudiants organisant le projet ont également présenté le projet Casdar ainsi que les essais réalisés sur le pôle Semis Direct de l’exploitation du Paraclet.

 

«Bienvenue les vers de terre», le film aux 120 diffusions

Réaliser un documentaire sur l’agriculture de conservation et la régénération des sols, il fallait oser le faire, mais avec du recul, le résultat est plutôt flatteur pour son réalisateur François Stuck. Le point de départ de ce film a été la rencontre entre le réalisateur et Jean-Christophe Alibert, agriculteur dans le Lot. «Il est venu voir chez moi ce que je faisais et cela l’a fasciné…», rapporte ainsi l’agriculteur. Pour François Mandin, président de l’Apad France, «l’idée était de faire un film pédagogique plus qu’un documentaire». Démarré et produit en région Occitanie, le film a élargi son champ. Idem en ce qui concerne sa diffusion : plus de 120 séances ont été organisées en 2019-2020, dans une centaine de villes en France et en Belgique. L’avant-première à Rodez avait enregistré quelque 400 entrées. Toujours selon François Mandin, l’expérience d’un film dédié à l’ACS a été bénéfique : «On est plutôt content parce que cela a permis d’apporter de l’information et d’amener un débat.» «Notre plus grande victoire, poursuit-il, c’est quand des personnes qui ont vu le film viennent nous voir en disant qu’ils ont changé d’avis.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde