Aller au contenu principal

L'agriculture biologique poursuit sa croissance

La surface cultivée et la consommation de produits bio ont progressé chacune de 9 % en 2013.

© Actuagri


«La bio a fait des progrès réguliers ces quinze dernières années, tranquillement, mais sans aucun temps d’arrêt» explique Etienne Gangneron, agriculteur bio et président de l’Agence Bio, plateforme nationale d’information et d’actions pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique. Comme tous les ans au lancement du Printemps Bio, évènement qui se tient dans toute la France du 1er au 15 juin, l’agence Bio présente les derniers résultats de la filière qui, en cette période de crise, demeure très florissante.

4ème pays européen
La France est aujourd’hui le quatrième pays européen en termes de surface biologique (4 % des surfaces cultivées sur le territoire, soit plus d’un million d’hectare), et cette surface croît avec régularité : + 9 % en 2013, à mettre en parallèle avec la consommation de produits bios qui a, elle aussi, augmenté de 9 % (en valeur) en 2013.
La stabilité relative des prix depuis 2009 garantit au producteur une rémunération correcte, d’autant plus importante que le processus de conversion est contraignant : il faut deux ans avant d’obtenir la certification.
Ainsi, bien que l’aide à la conversion soit maintenue, Etienne Gangneron se dit «très préoccupé par l’aide au maintien» qui avec la nouvelle PAC relève à présent de la responsabilité des régions et ne garantit pas un financement équitable pour tous les producteurs. Un manque de lisibilité qui est peut-être à l’origine du léger recul des surfaces en phase de conversion. Après une envolée en 2010-2011, elles sont revenues en 2013 à leur niveau de 2009, soit 130 000 hectares.

Filière d’avenir
Continuer les efforts pour soutenir le développement de l’agriculture biologique demeure donc indispensable. C’est dans cette optique que Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, et Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, sont venus lancer cette nouvelle édition du Printemps Bio lors de la Grande Tablée, mercredi 28 mai au Parc de la Villette, à Paris. La ministre de l’Ecologie s’est «réjouie de voir le ministre de l’Agriculture engagé dans la bio» et a salué ce fait «nouveau, ce partenariat entre deux ministères d’habitude en opposition» pour une filière d’avenir en matière de transition écologique et de biodiversité.
Mais avec un marché de 4,56 milliards d’euros en 2013, la bio est également un atout pour l’économie française. 75 % du bio consommé en France est produit en France, la proximité devenant un critère de plus en plus déterminant pour le consommateur. Les exportations ont dépassé 380 millions d’euros en 2013, contre 309 millions d’euros en 2012, constituées à 60% par les vins biologiques qui marquent une nette progression.
La poursuite de cette tendance permettrait d’équilibrer d’ici 2015 une balance commerciale pour le moment déficitaire de 300 millions d‘euros, les importations étant principalement dues aux produits exotiques.

100 000 emplois
L’ensemble de ces chiffres constitue «un résultat d’exception», pour Elisabeth Mercier, directrice de l’agence Bio, qui invite à saluer «la performance des acteurs de la bio» et ajoute que ces bons résultats bénéficient également à l’emploi : la filière génère actuellement 100 000 emplois équivalent temps plein et ce sur tout le territoire, en grande partie dans des PME.
L’augmentation de la consommation est une tendance de fond qui devrait se poursuivre : d’après le baromètre CSA Agence Bio, en 2013 le nombre de réfractaires aux produits bio a encore diminué, un français sur deux consomme bio au moins une fois par mois, 28 % en consomme au moins une fois par semaine et 9 % quotidiennement. 83 % ont maintenu leur budget bio et 25 % ont l’intention d’augmenter ce budget en 2014.

Plus de 25 000 producteurs
Avec 25 467 producteurs engagés en bio en 2013, les capacités de production correspondent aux attentes du marché ce qui, d’après Etienne Gangneron, «laisse le temps aux producteurs de s’organiser et de se structurer» pour répondre à la demande. 160 millions d’euros sont investis chaque année dans la filière bio à travers le plan Ambition Bio 2017 mis en place par le gouvernement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde