Aller au contenu principal

«L’agriculture doit recruter en milieu urbain»

L’Apecita observe un maintien du marché de l’emploi dans le secteur agricole.

Née en 1954 «en plein boom de l’agriculture», l’Apecita fête ses 60 ans cette année. De gauche à droite : Gilbert Keromnes, président, 
Philippe Pelvet, directeur, Bertrand Delesalle, délégué régional.
Née en 1954 «en plein boom de l’agriculture», l’Apecita fête ses 60 ans cette année. De gauche à droite : Gilbert Keromnes, président,
Philippe Pelvet, directeur, Bertrand Delesalle, délégué régional.
© D R

Dans un marché de l’emploi morose, les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire se portent bien : ils recrutent. En Nord-Pas de Calais – Picardie, les employeurs ont diffusé plus de 900 offres d’emplois en 2013 via l’Apecita. «Il y a d’ailleurs énormément d’emplois non pourvus», souligne le président de l’Apecita Gilbert Keromnes qui souhaite «inverser la tendance de cette désertification de nos métiers».
Pour cela, il propose, entre autres, «de recruter en milieu urbain». Le président s’exprimait à l’occasion de la 5e commission régionale de l’Apecita Nord-Pas de Calais – Picardie, organisée le 12 décembre à la Cité de l’Agriculture à Saint-Laurent-Blangy (62).
Une commission marquée par le 60e anniversaire de l’Association pour l’emploi des cadres ingénieurs et techniciens de l’agriculture. «En 60 ans l’Apecita a évolué, mais reste fidèle à sa mission première : aider les entreprises à recruter», a souligné le directeur Philippe Pelvet. «Notre rôle est important dans ce monde qui bouge, nous essayons d’apporter le service nécessaire», a voulu rappeler le président.
Bertrand Delesalle, délégué régional de l’Apecita, est revenu sur le marché de l’emploi traité par l’Apecita en 2013. Comme les années précédentes le secteur agricole domine largement ainsi que le secteur de l’agrofourniture. «2014 suit la même tendance», relève-t-il, «il y a un maintien du marché de l’emploi de nos secteurs d’activité».

Ralentissement pour l’agroalimentaire
L’agroalimentaire connaît toutefois un ralentissement, avec une légère baisse (- 5%) du nombre d’offres traitées. «Il y a certainement une plus grande prudence dans les recrutements», analyse Bertrand Delesalle. Que ce soit au niveau national comme régional, la plupart des offres d’emploi concerne des postes de commerciaux et de conseillers/animateurs. Parmi les contrats proposés, le CDI reste majoritaire (71%).
Depuis juin 2013, l’Apecita propose de nouveaux services d’accompagnement des candidats et a développé toute une gamme de services pour répondre aux besoins des employeurs. 2014 a en outre été marquée par le lancement du site jobagroalimentaire.com.
12 000 connexions ont depuis été enregistrées par mois, et 4000 annonces diffusées depuis sa création, démontrant le succès du nouveau site. «L’Apecita a encore une forte notoriété», a conclu le président Gilbert Keromnes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde