Aller au contenu principal

L’agriculture européenne résiliente face à la Covid-19

Dans une étude commandée par la commission de l’Agriculture du Parlement européen portant sur les impacts préliminaires de la pandémie de Covid-19, les auteurs soulignent avant tout son haut degré de résilience. Toutefois, ils précisent que certains secteurs, comme ceux du vin ou de la viande, ont été durement fragilisés par les restrictions sanitaires. 

Le secteur vitivinicole fait partie de ceux qui ont été le plus gravement touchés en raison de sa dépendance à celui de la restauration.
Le secteur vitivinicole fait partie de ceux qui ont été le plus gravement touchés en raison de sa dépendance à celui de la restauration.
© Pixabay

Devant les eurodéputés de la commission de l’Agriculture, les auteurs de l’étude portant sur les impacts préliminaires de la pandémie de Covid-19 sur l’agriculture européenne (commandée par la Comagri), ont expliqué le 15 juin que le secteur agroalimentaire de l’UE, dans son ensemble, s’est relativement bien comporté en 2020. Les niveaux de production et d’échanges tout comme les prix des denrées alimentaires sont restés stables dans tous les secteurs. En 2020, la valeur de la production de la branche agricole n’a diminué que de 1,4 % par rapport à 2019 et, comparée à la moyenne 2015-2019, elle a augmenté de 2,9 %. La chaîne d’approvisionnement agroalimentaire a fait preuve d’une grande résilience, concluent-ils. Par exemple, les chaînes de production ont été converties afin d’éviter les gaspillages et d’assurer la viabilité économique. Ainsi, indiquent les auteurs, le vin et l’éthanol carburant ont été transformés en alcool pour les désinfectants, les produits de volaille en vrac ont été transformés en emballages de détail. En outre, ils ajoutent que les stratégies commerciales ont été adaptées et de nouveaux modèles commerciaux ont été introduits (par exemple : le commerce électronique, les livraisons à domicile et les plats à emporter dans le cas de la restauration) afin de garantir la continuité de l’approvisionnement alimentaire. 

 

Des secteurs fragilisés 

Néanmoins, l’étude souligne que certains secteurs ont été plus sévèrement touchés que d’autres. Il s’agit notamment des fournisseurs directs du secteur de la restau- ration, notamment les agriculteurs, les grossistes et les fabricants d’aliments et de boissons. Le secteur vitivinicole, très dépendant de la restauration pour la vente de vins de haute qualité, a notamment été confronté à des défis importants en raison des effets combinés du Covid-19, des restrictions commerciales spécifiques (les droits de douanes punitifs imposés par Washington depuis octobre 2019 dans le cadre de l’affaire Airbus/Boeing) et du manque de soutien financier supplémentaire de l’UE et des pays membres. Et le secteur va, en plus, devoir faire face à l’impact du gel printanier. Selon les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca), 30 % de la récolte de 2021, soit 2 Mds €, ont été perdus rien qu’en France. 

Le secteur de la viande bovine a également subi l’impact négatif de la fermeture de restaurants où la viande de veau est généralement consommée. À titre d’exemple, la consommation de veau en France, l’un des plus grands marchés européens pour ce type de viande, a diminué de 35 % au printemps 2020, par rapport à la moyenne 2015-2019. Par ailleurs, les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca) estiment, dans leur dernière évaluation sectorielle, qu’entre avril et juin 2021, la production globale de viande bovine a diminué de 9,7 % par rapport à 2020 (janvier-février). La consommation de sucre a aussi grandement subi les effets de la pandémie avec une nette baisse de 429 milliers de tonnes au cours de la campagne 2019-2020. Au cours de l’été 2020, le Copa-Cogeca a signalé une perte de valeur du sucre de 100 €/t, directement liée à l’impact de la Covid-19. Cela implique ainsi une perte de valeur d’environ 1,6 Md€ pour le secteur européen de la betterave sucrière au cours de la prochaine saison. 

Enfin, le secteur des fleurs et des plantes a subi des pertes financières importantes. Lors de la première vague de la pandémie, la demande de fleurs et de plantes a chuté de 80 %, ce qui a engendré une perte de chiffre d’affaires estimée à 4,12 Mds €. Les auteurs expliquent qu’il s’agit d’une conséquence directe des perturbations logistiques et des restrictions qui continuent d’empêcher les transports internationaux de fonctionner dans des conditions normales. 

 

Des pistes d’amélioration 

Au regard de l’expérience liée à la pandémie de Covid-19, les auteurs appellent à une approche plus coordonnée et plus structurée au niveau de l’UE lors de futures crises. À cette fin, ils recommandent avant tout d’enquêter davantage sur les raisons de l’impact limité des mesures de gestion du marché adoptées dans le cadre de la Pac pendant la pandémie, afin que ces instruments soient correctement conçus et que les opérateurs du secteur alimentaire puissent les utiliser efficacement lors de crises futures. Ils estiment aussi qu’il serait bon d’envisager le découplage de la réserve de crise des paiements directs aux agriculteurs afin de renforcer la capacité financière de l’UE en temps de crise. 

Par ailleurs, ils invitent aussi Bruxelles à contrôler l’impact à court et moyen terme sur le marché des aides d’État fournies par les États membres pendant la pandémie en évaluant si elles ont pu entraîner une distorsion de la concurrence sur le marché unique. Enfin, ils appellent à un renforcement des programmes d’assistance alimentaire. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde