Aller au contenu principal

L’agriculture française, une terre à découvrir #agridemain

Initiée par quinze organisations agricoles nationales, le réseau #agridemain recrute et forme ses ambassadeurs. L’objectif est de revaloriser l’agriculture et le métier d’agriculteur par la communication.

© #Agridemain

Communiquer sur sa profession n’a jamais fait partie des missions premières de l’agriculteur. Par défaut, l’exploitant agricole laisse les autres le faire pour lui, quitte à parfois être dévalorisé, accusé à tort ou encore mythifié. Pour autant, six français sur dix expriment spontanément une opinion positive de l’agriculture, même si une grande majorité du grand public s’accorde pour dire qu’elle connaît mal les modes de productions pour le végétal (65 %) comme pour l’animal (58 %). Initié par quinze des principales organisations professionnelles du secteur agricole (1), la plateforme #agridemain a vu le jour le 1er février 2016. Elle a pour objectif de promouvoir auprès du grand public une image transparente en accord avec la réalité du métier d’agriculteur et une agriculture moderne et innovante. Cette promotion s’accomplit en donnant la parole aux agriculteurs et à tous ceux qui participent à la production agricole, avec l’ambition pour chacun de raconter l’histoire de leur agriculture sans artifice, empreinte de réalisme, avec ses atouts et ses défis. Tout au long du mois de juin, les animateurs de la plateforme sont descendus dans les régions pour écouter et échanger avec les am­bas­sadeurs. Ainsi, la première réunion dans la nouvelle grande région, les Hauts-de-France, s’est déroulée ce vendredi 27 juin à Amiens. Co-animé par Luc Smessaert, président de la Farre (Forum des agriculteurs responsables et respectueux de l’environnement), Gilles Maréchal, directeur du Farre, et Franck Prunus, directeur communication du GNIS (Groupement national interprofessionnel des semences et des plants), cette rencontre fut l’occasion de présenter les résultats de l’enquête (menée par l’agence BVA et disponible sur Internet) sur l’image de l’agriculture et des agriculteurs. Ce fut aussi l’occasion de discuter des outils de communication à la disponibilité des ambassadeurs, de présenter et d’échanger sur les futurs événements à venir.

Monter en puissance
Trois ans, c’est le temps que s’est donné #agridemain pour rassembler et mobiliser un grand nombre d’acteurs du monde agricole (objectif 1 000 ambassadeurs). Il faut aussi chercher à influencer et à sensibiliser le grand public. L’idée est de construire une histoire positive autour de l’agriculture. «Les agriculteurs d’aujourd’hui ont plein de choses à raconter qui pourrait intéresser le grand public», explique Luc Smessaert «mais il faut parler de choses qui l’intéressent et le faire de façon ludique», ajoute-t-il.

Les outils de communication
Pour cela, les ambassadeurs disposent d’un grand nombre d’outils de communication. Le tout étant, pour l’ambassadeur engagé, de choisir celui ou ceux qui lui sont le plus appropriés. «Le site Internet #agridemain récemment créé est un de vos outils de communication», a expliqué Franck Prunus. «Un espace pour les ambassadeurs y a été créé. C’est un lieu de rendez-vous et d’échanges, mais aussi un lieu où vous allez pouvoir retrouver l’ensemble des supports de communication «papier» (affiches, fiches argumentaires pour répondre de manière intelligente et à la portée de tous aux questions posées, etc)», ajoute-t-il. Les réseaux so­ciaux, très actuels dans l’air du temps, peuvent être utilisés par les ambassadeurs #agridemain comme outils de communication. Des formations vont être proposées afin de maîtriser ces outils et d’être capable de communiquer via Youtube (réalisation de vidéo) ou les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram). La prise de parole face aux journalistes, ou dans des Salons a aussi été discuté tout comme l’organisation d’événements.

Evénements à venir
#agridemain a indiqué que la plateforme proposerait aux ambassadeurs des événements réguliers sur lesquels chacun pourra se greffer. Le premier sera «la fête des moissons», prévu entre le 20 et 27 août.
Comme pour la fête des voisins, l’idée est d’inviter voisins, clients, fournisseurs et toutes les autres personnes intéressées, autour de la moisson et d’offrir un moment de convivialité. En attendant, le réseau Agridemain propose à ses ambassadeurs d’organiser des rendez-vous à l’échelle qu’ils souhaitent (famille, voisins, commune) pour raconter leur vécu, leurs histoires.

(1) AGPB, Axema, CGB, Chambres d’agriculture, Coop de France, Farre, FNA, FNSEA, GNIS, Ihedrea, JA, Syrpa, UFS, UIPP, Unifa

Devenez ambassadeur

Vous êtes agriculteur ou travaillez dans le secteur agricole ? Vous souhaitez revaloriser l’image de l’agriculture, des agriculteurs, raconter et promouvoir votre histoire ? Rejoignez la communauté des ambassadeurs #agridemain.
Pour vous inscrire, envoyer un mail à contact@agridemain.fr ou inscrivez-vous directement sur le site Internet : http://agridemain.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde